Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Racing-Mont-de-Marsan à la loupe

Racing-Mont-de-Marsan à la loupe

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 20/06/2008 à 14:06
Avant la finale Racing-Mont-de-Marsan samedi à 15h00, voici les points forts et les points faibles des deux formations, secteur par secteur.

. CONQUETE

Pour la mêlée, avantage aux Parisiens. "Sa première ligne est solide, explique David Darricarrère, entraîneur de La Rochelle, dans Midi Olympique. Quant à sa troisième ligne, Leo'o-Héhéa-Russell, elle est des plus complémentaires. Les Montois, eux, sont plus légers en mêlée même s'ils ont une plus grande faculté à la faire tourner". Niveau touche, avantage à Mont-de-Marsan "dont l'alignement est de qualité avec des solutions dans tous les blocs", toujours selon Darricarrère. Les Parisiens Auradou et Raiwalu ne sont évidemment pas les premiers venus en touche. Il faudra se lever tôt pour les contrer.

. ATTAQUE

Ce n'est pas le point fort des Landais (40 essais, 12e attaque de Pro D2) surtout si Benat Arrayet n'est pas dans un bon jour... ce qui lui arrive rarement, heureusement pour Mont-de-Marsan. Les Parisiens peuvent eux compter sur leurs individualités capables d'exploits personnels (71 essais, 2e attaque derrière Toulon). On pense notamment à Agustin Pichot, qui peut faire basculer un match à lui tout seul. Mais vu que les défenses vont sûrement prendre le dessus, ce qui arrive souvent en phase finale, les buteurs auront sans doute les clés pour bouger le tableau d'affichage.

. DEFENSE

En demi-finale, la défense du Racing-Métro, pourtant la meilleure de la saison régulière (426 points), a encaissé deux essais des Rochelais. "Les Parisiens sont solides physiquement, ils ne reculent pas à l'impact", avoue toutefois Darricarrère. Mais les Montois ne sont pas en reste dans ce secteur. Lyon en a fait les frais lors du match précédent. "Les Landais coupent très vite les extérieurs, reconnait l'entraîneur du LOU" , Matthieu Lazerges. Stratégiquement, c'est une équipe bien en place, difficile à manoeuvrer". Cette finale s'annonce donc clairement fermée.

. JEU AU PIED

Pas besoin de présenter les "pieds" montois. Le centre Lafforgue et l'arrière Cazeaux offrent des bouffées d'oxygène. Quant à Arrayet, c'est le meilleur réalisateur du Pro D2 (314 points) mais il pourrait passer à la mêlée si Duthil, seul n°9 disponible, se blessait. Côté parisien, Wiesniewski sait occuper le terrain et a retrouvé la mire, perdue depuis quelque temps, contre La Rochelle (6 pénalités sur 6, une transformation ratée). Avantage aux Montois malgré tout... si leur demi de mêlée n'est pas victime d'un coup dur pendant la rencontre.

. DYNAMIQUE ACTUELLE

Les deux formations restent évidemment sur une victoire puisqu'elles sont en finale mais elles n'ont pas la même valeur. Mont-de-Marsan a écarté Lyon (12-6) grâce à son buteur mais n'a jamais vraiment été mis en danger par les Rhodaniens. C'est l'inverse pour le Racing qui, s'il a rapidement mené devant les Rochelais, s'est fait rejoindre à 17-17 avant de prendre le contrôle pour de bon. D'un côté la maîtrise des Landais, de l'autre l'orgueil des Parisiens, capables de finir en boulet de canon. La différence ne se fera pas dans la motivation de toute façon.