Icon Sport

OSCARS MIDI OLYMPIQUE - Warburton, dernier de la lignée rouge

Warburton, dernier de la lignée rouge
Par Other Agency

Le 16/11/2016 à 09:20Mis à jour Le 16/11/2016 à 12:14

Le 21 novembre à Paris, sous les dorures du Pavillon Gabriel, se dérouleront les Oscars Midi Olympique. Midi Olympique décernera également des Oscars de légende aux capitaines les plus prestigieux. Place au pays de Galles. De Bleddyn Williams à Sam Warburton, ils sont nombreux à avoir porté fièrement les couleurs de la petite principauté.

Quand on parle d’un capitaine gallois, comme ça spontanément, nous pensons à John Dawes, le trois-quarts centre qui mena son équipe au grand chelem en 1971. Il n’était pas le plus rapide des trois-quarts, mais c’était un cerveau. Il était enseignant, lecteur en sciences du collège polytechnique de Londres et maître à jouer des London Welsh, le club gallois le plus brillant de l’époque. Il avait commencé sa carrière internationale en 1964 mais la lenteur de ses courses lui valut d’ailleurs d’être "oublié" par les sélectionneurs en 1967 et 1968. Mais sa science du jeu et la justesse de ses passes furent vite redécouvertes par les sélectionneurs. Avec son club, il avait imposé l’emploi d’un pack mobile et vif et le sens de la contre-attaque. En cette année bénie de 1971, il vécut deux exploits majeurs comme capitaine : le grand chelem et la tournée triomphale des Lions en Nouvelle-Zélande. Quand on repense à sa carrière, on est surpris de voir qu’il n’a commandé qu’à six reprises le pays de Galles. Mais son empreinte fut vraiment profonde. Les Gallois aiment bien citer le numéro 8 Mervyn Davies, qui ne fut pourtant que neuf fois capitaine en 1975-1976, mais il l’emporta huit fois (avec un grand chelem à la clé). Son abattage était énorme, un vrai leader par l’exemple. Hélas, il fut obligé d’arrêter sa carrière à l’âge de 29 ans à cause d’une blessure. Lui aussi était enseignant, et il est mort trop tôt en 2012. Originaire de Swansea, il avait lui aussi joué aux London Welsh pour ses études. Cette génération dorée a connu d’autres capitaines et notamment le phénoménal Gareth Edwards, encore considéré comme le meilleur joueur de rugby de tous les temps. On parle moins de lui comme un grand capitaine, mais il occupa quand même cette fonction à treize reprises (1968-1974) et reste, le plus jeune à avoir été nommé : 20 ans en 1968.

Bleddyn Williams est sans doute méconnu par les jeunes générations. Pourtant, il reste le dernier capitaine gallois à avoir battu les All Blacks. C’était en 1953 et quatre jours auparavant, il les avait battus avec Cardiff. On l’appelait le "Prince des centres". Il était costaud et finalement puissant pour son époque. Il a toujours gagné en tant que capitaine (cinq sur cinq).

Au cours de la décennie suivante, le demi de mêlée Clive Rowlands laissa sa trace car il commanda le pays de Galles quatorze fois en quatorze sélections (63-65). C’était un vrai leader qui n’eut pas à sa disposition autant de talents que la génération qui suivit. Mais c’était lui l’entraîneur du grand chelem 1971. Clive Rowlands reste l’homme du fameux match Écosse - Galles de 1963, disputé sous une averse permanente. Il choisit de balancer tous ses ballons directement hors du terrain (le règlement le favorisait). Bilan 111 touches et seulement cinq ballons touchés par son ouvreur.

À l’époque du professionnalisme, trois figures ont marqué la fonction. Le numéro 8 Ryan Jones d’abord, vainqueur du grand chelem 2008 pour sa première année comme leader (c’était aussi la première année de Gatland). Il fait partie des rares joueurs à avoir connu trois grands chelems (2005, 2008, 2012), avant de porter le record de capitanats à 33 unités (2008-2013). Il joua 150 matchs pour les Ospreys.

Le flanker Sam Warburton est bien sûr présent dans toutes les mémoires. Le joueur de Cardiff a été nommé capitaine pour la Coupe du monde 2011. Il fut à deux doigts d’amener son équipe en finale, mais il fut cruellement expulsé en demi-finale pour un plaquage dangereux sur Vincent Clerc. Le pays de Galles, à quatorze, perdit d’un point mais domina le match. L’année suivante, il prit sa revanche en recevant le Trophée du grand chelem, puis en 2013, il fut choisi pour commander les Lions en tournée victorieuse en Australie. Il a amélioré le record de Ryan Jones en le portant à 48 unités. Nous n’oublierons pas les deux cocapitaines du grand chelem 2005, celui de la renaissance galloise : le trois-quarts Gareth Thomas, forte personnalité passée par Toulouse et le numéro 8 Michael Owen méconnu à notre avis entre autres à cause de son homonymie avec un footballeur.

0
0