Jean-Baptiste Poux pourrait dépanner sur le flanc droit de la mêlée de l'UBB - Icon Sport

Jean-Baptiste Poux (Bordeaux-Bègles): "L'UBB doit élever son niveau de jeu"

Poux: "L'UBB doit élever son niveau de jeu"
Dernière mise à jour Le 19/08/2014 à 17:58 - Publié le 19/08/2014 à 17:58
Par Pierre FALAR - Le 19/08/2014 à 17:58

Passée tout près de la correctionnelle face à Lyon, l'UBB doit impérativement "élever son niveau de jeu" face au Racing selon son pilier Jean-Baptiste Poux, qui pourrait revenir à droite pour l'occasion.

Quels enseignements avez-vous tiré de ce premier succès compliqué face à Lyon ?

Jean-Baptiste POUX: C'était un premier match de championnat, ce n'est jamais évident de rentrer dans la compétition, ça n'a rien à voir avec les matches amicaux que l'on a pu faire. On a été fébrile, on a fait pas mal d'erreurs individuelles, on a perdu pas mal de ballons au contact avec des fautes de mains dans le jeu, ce qui nous a rendu le match difficile. Il a fallu s'y reprendre en seconde mi-temps. Ça a été une première sortie compliquée mais l'essentiel est qu'on ait pu gagner. 

Le côté rassurant a été votre capacité à vous resserrer après la pause...

J-B.P: Oui car cela aurait pu mal se passer. Juste avant la mi-temps, on était revenu dans ce match et heureusement que l'on n'a pas pris cet essai en fin de première mi-temps sur leur ballon porté. On a su revenir petit à petit en seconde période, prendre le score et avoir un écart plus conséquent à force d'abnégation, en revenant sur des choses simples. 

Le fait d'avoir gagné de cette manière est-il le signe d'une équipe qui gagne en maturité ?

J-B.P: On sait qu'on a gagné pas mal de matches comme ça l'année dernière, on essaie quand on n'est pas au mieux de revenir sur des choses simples qui ont fonctionné. 

Au regard de cette première journée, vous n'êtes pas les seuls à être en rodage. Ca vous rassure un peu ? 

J-B.P: C'est difficile ce premier match. Des entraînements, des matches amicaux, on peut en faire plein mais ça ne remplace pas les vrais matches de championnat, avec la tension de la première réception. Il fallait entrer dans la compétition, on est entré fébrilement, j'espère que la semaine prochaine, ça sera mieux car il y a une grosse équipe qui arrive donc il va falloir élever notre niveau de jeu et moins faire d'erreurs que le week-end dernier. 

Vous avez été impressionné par la performance du Racing à Montpellier

J-B.P: Ce sont des grosses écuries, ces équipes-là peuvent gagner n'importe où. Montpellier aura peut-être l'occasion de gagner au Racing au match retour. Face à ces Racingmen qui vont venir avec beaucoup d'appétit, avec plein de confiance, on doit vraiment élever notre niveau de jeu. J'espère qu'on sera un peu plus libéré, qu'on fera moins d'erreurs. Collectivement, on va pouvoir se retrouver et il faudra rentrer sur le terrain sans appréhension. 

" Si je dois passer à droite, il va me falloir un petit moment d'adaptation mais je peux toujours dépanner si l'équipe a besoin de moi à ce poste"

Avec le resserrement de ce Top 14, vous confirmez que jouer à domicile, c'est se mettre une grosse pression à chaque fois ? 

J-B.P: Ca a toujours été le cas, à domicile il y a un peu plus de pression. On l'a vu l'année dernière, vu comment cela a démarré cette saison, cela va être dur du début à la fin, il faut s'accrocher. Heureusement qu'on a gagné contre le LOU en étant dans un jour sans. Là, on a une base de travail, on peut analyser les autres équipes, nous aussi on peut analyser notre jeu, gommer les erreurs, s'améliorer. C'est maintenant que c'est important. 

Depuis que vous êtes à l'UBB, on a observé une grosse amélioration du secteur de la mêlée. Comment la jugez-vous par rapport à ce qui se fait en Top 14 ?

J-B.P: Franchement, il n'y a plus comme à l'époque des mêlées qui sont faibles, il faut toujours se remettre en question. C'est vrai qu'on essaie de travailler régulièrement ce secteur qui est très important, de s'améliorer, de voir ce qui n'a pas marché car il y a des choses qui n'ont pas fonctionné face à Lyon. Il faut garder ce niveau d'exigence, c'est ça qui nous permettra de gagner des gros matches. 

Contre le Racing, vous serez décimé à droite avec les blessures de Benjamin Sa et Francisco Gomez Kodela. Vous êtes candidat ?  

J-B.P: Régis (Sonnes, entraîneur des avants) veut peser les piliers et le plus lourd passera à droite donc il faut bien manger cette semaine (rires). Non, on a des bons jeunes qui montrent le bout de leur nez, il faut leur faire confiance. Après, pourquoi pas, il n'y a pas de souci là-dessus. On est assez complet au niveau des postes. Il y a des joueurs qui sont polyvalents dans ce groupe de piliers, on en discutera entre nous. Pour ma part, j'avais fait vingt minutes à droite il y a trois ans avec Toulouse contre Castres. Mon dernier match débuté à ce poste date de 2009. 

Les repères s'oublient ? 

J-B.P: Disons que les régles ont évolué, la mêlée a quand même pas mal changé par rapport aux gabarits. Les droitiers sont souvent aujourd'hui des joueurs qui font 125 ou 130 kilos, c'est complètement différent. Après, avec les nouvelles règles, il y a moins d'impacts, il faut toujours s'adapter. Si je dois passer à droite, il va me falloir un petit moment d'adaptation mais je peux toujours dépanner si l'équipe a besoin de moi à ce poste. 

Jean-Baptiste Poux (UBB) lors d'un échauffement
Jean-Baptiste Poux (UBB) lors d'un échauffement - Icon Sport
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×