Ouedraogo France fidji 2010 - Icon Sport
 
Test-matchs

Le malaise Ouedraogo

Le malaise Ouedraogo

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/11/2010 à 17:24 -
Par Rugbyrama - Le 15/11/2010 à 17:24
Considéré par Marc Lièvremont comme le meilleur avant tricolore lors de la victoire face aux Fidji, le troisième ligne montpelliérain Fulgence Ouedraogo a pourtant quitté le CNR de Marcoussis ce lundi matin, non retenu pour affronter l'Argentine à Montepllier. Il s'est confié à Midi Olympique.
 

Le flanker de Montpellier avait du mal à cacher à son amertume dimanche matin au bar de l'hôtel des Bleus dans la banlieue nantaise. Seulement quelques minutes après l'annonce du groupe retenu pour affronter l'Argentine, le café avait du mal à passer pour Fulgence Ouedraogo, considéré la veille comme le meilleur avant français par Marc Lièvremont lors du succès face aux Fidji. Non retenu pour disputer le test-match face aux Pumas dans sa ville de Montpellier, les sentiments se sont bousculés dans la tête de celui qui a longtemps été considéré comme un « chouchou » du sélectionneur. "C'est l'une des plus grandes déceptions de ma carrière. J'ai l'impression de manquer le bon wagon", avoue-t-il ce lundi dans les colonnes de Midi Olympique, "Ce match à Montpellier me tenait véritablement à coeur. Là, je ressors de ma semaine en Bleu avec une immense frustration." Frustré mais aussi déboussolé par ce choix qui lui avait été signifié dès le matin du match face aux Fidji : "J'ai l'impression que, dès que le niveau monte, le staff ne me fait pas confiance."

Face à face à Marcoussis

Le sélectionneur, lui-même, a présenté officiellement ses excuses au joueur lors de la conférence de presse de dimanche : "Je m'excuse pour lui. Je suis sincèrement désolé pour ses formateurs du Pic-Saint-Loup qui ne le verront pas à La Mosson. Je tiens compte de l'affectif dans ma gestion du groupe mais je ne peux pas me baser que là-dessus. On est dans la démarche de la construction d'un groupe plus que dans celle d'une équipe type." Des arguments que le sélectionneur a tenté de rappeler le soir même à Fulgence Ouedraogo lors d'un entretien individuel au centre national de Marcoussis. Le rappel du Montpelliérain pour le dernier test face à l'Australie aurait permis de trouver un terrain d'entente. Ce face à face aurait donc calmé les esprits mais il n'est pas certain que cet épisode n'ait pas des conséquences dans la vie de l'équipe de France, aussi bien pour le staff technique que pour les joueurs. Maxime Médard, qui avait vécu une mésaventure similaire lors de la venue de l'Afrique du Sud à Toulouse, avait alors perdu confiance. Même causes, même effets ?

Retrouvez l'intégralité de l'entretien ce lundi dans Midi Olympique.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×