Groupe Bourgoin - 1 octobre 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Fédérale 1

Bourgoin, la révolte des joueurs

Bourgoin, la révolte des joueurs

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/07/2012 à 11:07 -
Par Rugbyrama - Le 05/07/2012 à 11:07
Le club rétrogradé en Fédérale 1, en attendant d’éventuels recours, la situation au CSBJ s’envenime. Informé par courrier de l’officialisation de la relégation du club, l’ensemble des joueurs rencontrera le président Gerbelot mardi. Et se réserve le droit de faire grève....

Les journées se suivent et Bourgoin-Jallieu peine à se sortir de la crise interne qui le secoue depuis le mardi 26 juin, date de la prononciation par la FFR de sa rétrogradation en Fédérale 1. Ce lundi, les joueurs ont en effet reçu par courrier, adressé par le club, la notification de relégation du CSBJ en Fédérale 1. Un document qui ne serait pas rester sans suite. Ce mardi, l’ensemble des joueurs devrait ainsi être reçu par le président Gérard Gerbelot pour discuter de leur situation.

Dans un communiqué, le syndicat des joueurs Provale, qui suit le dossier de près, commente la situation de la manière suivante, ce lundi soir: "Suite aux différentes décisions de rétrogradation du club de Bourgoin-Jallieu en première instance puis en appel de la DNACG, ainsi qu’au courrier envoyé par le club à chaque joueur, ce jour, suspendant de manière unilatérale les contrats de travail, et malgré le manque de communication flagrant du club envers les joueurs, ces derniers se rendront demain au rendez-vous fixé par le président du club. En fonction des informations de demain et compte tenu des suspensions unilatérales des contrats, les joueurs pourraient se donner le droit de ne plus s’entraîner jusqu’à nouvel ordre". Une situation sur le point de s’envenimer donc. En jeu, le futur de joueurs toujours sous contrat mais dont l’avenir sportif reste très incertain.

Gerbelot: "S’ils refusent de s’entraîner, je les vire"

Joint au téléphone, en fin d'après-midi alors que la crise couvait déjà, le président Gérard Gerbelot avait réagi à l'ensemble de ces points. En rappelant, au passage, qu’il n’était aucunement au courant d’une éventuelle réaction de son vestiaire. "Je n’étais pas au club aujourd’hui (lundi, N.D.L.R.) mais personne ne m’a prévenu de quelconques problèmes. J’imagine que s’il y avait eu quoi que ce soit, les joueurs m’auraient téléphoné. Je suis tout de même assez proche d’eux. Même Laurent Mignot, l’entraîneur, ne m’a pas appelé. […] Je rappelle par ailleurs que ces joueurs sont sous contrat. Ce sont des salariés. Ils ont l’obligation de s’entraîner. Nous ne sommes pas en cessation de paiement. Mieux, nous avons augmenté le capital de 1,2 million d’euros. Tout le monde touche son salaire. Donc s’ils refusent de s’entraîner, je les vire".

Sur le courrier mis en cause par les joueurs, le président du CSBJ détaille: "C’est en fait simple: j’ai prévenu les joueurs par courrier, comme me l’impose le tribunal de commerce, de la situation de rétrogradation du club au niveau amateur. Si nous venions à être finalement maintenus, il est évident que ces courriers seraient caducs". Alors qu’un courrier recommandé de la FFR évoquant les motifs de la relégation administrative du CSBJ est toujours attendu au club, la journée de mardi s’annonce décisive. Voire explosive.