Fabrice Culinat, Colomiers. - Other Agency
 
Article
commentaires
Fédérale 1

Colomiers champion de France

Colomiers champion de France

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 16/06/2012 à 18:45 -
Par Rugbyrama - Le 16/06/2012 à 18:45
Plus puissant et supérieur en mêlée fermée, Colomiers a battu Massy ce samedi (20-16) et décroche le titre de champion de France. Massy peut nourrir des regrets, ayant manqué de réalisme.
 

La rencontre n’avait, au final, qu’une portée honorifique, les deux équipes ayant assuré, depuis deux semaines déjà, leur accession au Pro D2 la saison prochaine. Mais quel honneur ! Au coup de sifflet final, les Columérins ont exulté sur la pelouse de Saint-Junien. Crié leur joie d’être sacrés champions de France de Fédérale 1, au terme d’une saison aussi longue que la finale fut épique. Si le tableau d’affichage n’enregistrait finalement que 36 points pour deux essais seulement, la finale entre Massy et Colomiers a pourtant tenu toutes ses promesses. Seule la concrétisation a finalement manqué. Entreprenants, n’hésitant pas à remonter à la main des ballons récupérés dans leurs 22m, les Columérins tiraient les premiers. Au terme d’une superbe action collective, les Haut-Garonnais héritaient d’une pénalité que transformait Perkins, pour ouvrir les hostilités (3e, 3-0). Un geste qu’il répéta par trois fois en première période, pour permettre aux siens d’atteindre la mi-temps avec 12 points. Suffisant ? Pas vraiment.

Car les Massicois, pas forcément favoris avant cette rencontre, jouaient crânement leur chance dans le sillage d’une mêlée dominatrice en première mi-temps. Des prises de risque d’abord mal récompensées. Excellent dans l’animation offensive, l’ouvreur francilien Bonetti franchissait une première fois, se jouait de plusieurs défenseurs pour finalement taper à suivre pour lui-même et aplatir. Refusé pour un en-avant ! Peu importe. Sur l’action suivante, Bonetti reprenait l’initiative et servait Di Martino pour le premier essai du match. Avec la transformation et deux autres pénalités converties par l’incontournable Bonetti, Massy basculait en tête à la pause (13-12). Mérité, mais pas décisif.

La passe de trop

Le second acte repartait sur un jeu plus restrictif, dans un périmètre réduit. Du combat, des guerres de conquête tout juste illuminées par un éclair de Rodrigues. L’ailier Massicois, à la soixantième-deuxième minute, déposait son vis-à-vis à quelques mètres de la ligne. Pour un essai tout fait ? Las. Alors qu’il n’avait plus qu’à aplatir, Rodrigues tentait une dernière passe pour son deuxième ligne Hikila... directement en touche ! Massy a laissé passer sa chance. Le chassé-croisé entre les deux buteurs prenait définitivement fin quand Bortolaso, le troisième ligne centre columérin, aplatissait en coin l’essai de la victoire pour l’USC (76e, 20-13 score final). Colomiers, premier de la saison régulière et favori des phases finales, a validé son excellente année. Massy pourra lui se consoler avec la perspective d’évoluer, dès septembre prochain, dans le monde professionnel pour la première fois de son histoire.