Manon André lors de France Canada - 2 novembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Coupe du Monde Féminines - Manon André : "En aucun cas on abordera l'Australie avec sérénité"

André : "En aucun cas on abordera l'Australie avec sérénité"

Par Vincent Péré-Lahaille
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/08/2014 à 11:55 -
Par Vincent Péré-Lahaille - Le 07/08/2014 à 11:55
Grâce à une nouvelle victoire bonifiée face à l’Afrique du Sud (55-3), l’équipe de France est désormais bien placée pour une qualification en demi-finale du Mondial. Pour Manon André (troisième-ligne), l’implication des Bleues est la clé de leur réussite. Et elles devront rester sur la même dynamique samedi soir face à l'Australie, un adversaire qui inspire tout de même une certaine méfiance.
 

Vous n’avez laissé aucune chance à l’Afrique du Sud mardi soir (55-3). Ce match confirme une nouvelle fois la qualité de votre jeu…

Manon ANDRE : Il valide surtout nos efforts et le travail effectué ces derniers jours. On a bien insisté sur nos faiblesses entrevues contre le Pays de Galles (victoire 26-0), notamment dans le combat. On a mis autre chose en place pour mettre en avant nos points forts. On s’est vraiment montrées solides devant en jouant toutes ensemble, sans que ce soit décousu sur les phases de mauls.

Ce bonus offensif vous place en tête de la Poule C (10 points). Vous jouerez sans pression contre l’Australie (samedi, 20h45) ?

M.A : Les résultats nous positionnent peut-être dans un rôle de favorites mais en aucun cas on abordera ce match avec sérénité. Même si l’on a décroché deux bonus, la victoire contre l’Australie est impérative pour une qualification en demi-finales. On connaît suffisamment les Australiennes pour savoir qu’elles vont proposer un jeu totalement différent des Sud-Africaines et des Galloises. Il nous reste trois jours pour préparer cette opposition avec le plus grand sérieux.

" Le groupe joue avec beaucoup de cœur."

Malgré une large revue d’effectif sur ce second match, l’équipe reste très performante. Ce sera déterminant pour aller au bout de cette compétition…

M.A : On se rend compte que le groupe de 26 joueuses est de qualité. Les remplaçantes apportent également en terme de performance. C’est difficile de savoir quelle sera l’équipe titulaire face à l’Australie. Dans tous les cas, toutes les joueuses ont prouvé qu’elles étaient mobilisées et au niveau d’exigence de ce Mondial. Le groupe joue avec beaucoup de cœur.

La défaite des Néo-Zélandaises contre l’Irlande (14-17) démontre que la compétition est assez ouverte…

M.A : C’est vrai que la défaite des "Black Ferns" est une immense surprise. Ça bouleverse la compétition. Sur les autres années, on avait l’impression que les équipes comme la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre dominaient tout et que le résultat final était acquis. Aujourd’hui, ce Mondial s’annonce extrêmement serré et la dernière journée va proposer d’autres surprises.

" A aucun moment, on se dit qu’on est favorites. C’est ce qui fait notre force !"

Mais vos résultats depuis huit mois vous autorisent de viser le titre mondial…

M.A : On est un groupe qui vit vraiment bien avec des joueuses très impliquées. Il n’y a aucune distinction entre nous toutes. On s’est boosté toute l’année ! On est humbles et hargneuses ! Mais à aucun moment, on se dit qu’on est favorites. C’est ce qui fait notre force ! Le statut de favorites est purement théorique. On doit avant tout miser sur notre solidarité.

L’engouement populaire autour de votre équipe ne cesse de grandir (la retransmission de votre match contre l’Afrique du Sud a réuni 1.473.000 téléspectateurs, ndlr). Ce soutien doit vous sublimer ?

M.A : On est vraiment étonnées ! C’est assez fou ce qui se passe. On a des sollicitations de tous les côtés. Les supporters présents sur le domaine de Marcoussis sont fantastiques. On n’a jamais connu un tel enthousiasme. Notre Grand Chelem n’était rien à côté. Ça valide tous nos efforts aux yeux du monde entier.

Manon André (avec le casque) et Elodie Poublan lors de France-Afrique du Sud - 5 août 2014
Manon André (avec le casque) et Elodie Poublan lors de France-Afrique du Sud - 5 août 2014 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • ThierryItalia08/08/2014 15:52

    A 100% d'accord avec toi. Comment est-il possible que personne n'imagine la situation vue du còté visiteurs ? Nous sommes sur une scène internationale que diable!!

  • IlliaDegun08/08/2014 01:47

    Je me répète à propos des filles et de Marcoussis. Mais Je viens de tomber ce soir sur le quotidien sportif du jour qui encense l'organisation "dans un seul terrain" champêtre, bucolique et nous voyons les Australiennes entrer aux vestiaires dans les fameux préfabriqués montés à la va vite... et continue le journal, " au milieu des supporters (assis dans l'herbe devant la porte!!) :on aime bien le rugby à l'ancienne".. voilà pour le nombrilisme franco-français.. Vous imaginez l'image que vont emporter ces équipes du Sud (ou d'Europe) chez elles ?? Cette coupe du Monde féminine préparée dans des "algeco" , dans un stade d'entrainement, fait pour ne pas dépasser les 4850 places et organisée par une Fédé RICHE et qui se vante d'avoir le "meilleur championnat du Monde" de rugby masculin et des stades de rêve. Quelle image pour le RESPECT de la Rugbywoman qui montre de si belles choses...sur le terrain !!! BON j'arrête avec ces trucs-là mais une occasion perdue de se refaire une virginité rugbystique après ces cacophonies des "serviteurs"..

  • dynanick07/08/2014 21:14

    @fxw15 : Merci. Pas de rubriques "Test match" et "Coupe du monde" sous Android alors que sur iPhone oui. Ca m'oblige à prendre l'iPhone de ma femme pas cool pour la paix des ménages RR ;)