Sailosi TAGICAKIBAU - 25.09.2011 - Samoa - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Samoa : Une toute petite chance

Samoa : Une toute petite chance

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/09/2011 à 17:37 -
Par Rugbyrama - Le 29/09/2011 à 17:37
Les Samoa ont encore une chance d’obtenir un billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Vendredi, ils devront venir à bout des champions du monde sud-africains. Pas une mince affaire d’autant que les Boks montent en puissance. Mais les Samoans ont de sérieux arguments à faire valoir.
 

La chance des Samoa pour voir les quarts de finale s’avoue bien minime. Mais elle existe bien. Pour se qualifier, les coéquipers de Census Johnston devront battre les champions du monde sud-africains par plus de sept points d’écart. Une mission délicate tant les Sud-Africains semblent monter en puissance – leur écrasante victoire devant les Fidjiens en atteste – mais pas irréalisable ! Surtout, les Samoans n’ont pas le choix. "C'est notre dernière chance si on veut aller plus loin dans la compétition", a résumé l'entraîneur samoan Titimaea Tafua. Les chiffres ne plaident pas en faveur des insulaires puisqu’ils n’ont jamais battu l’Afrique du Sud en six confrontations. Pire, les statistiques sont éloquentes avec une défaite moyenne sur le score de 50 à 10. C’est donc à la quête d’un incroyable exploit dont s’attaquent les Samoans. "Ce ne sera pas facile, mais on va tout donner. Ca va être un sacré match", a promis le capitaine Mahonri Schwalger. Dans le combat physique, l’impact dans les rucks et la confrontation en mêlée fermée, le choc promet d’être explosif.

«Retrouver de la spontanéité»

Si les Samoans ont quelque peu perdu leur instinct créatif, ils ont gagné au niveau des fondamentaux. En mêlée fermée, ils sont redoutables. Tout comme en défense. Mais pour rivaliser face à la puissance des Sud-Africains, leur arme principale, le centre Seilala Mapusua promet un tout autre visage de la part de son équipe. "Nous devrons nous détacher de ce rugby trop structuré. C’est vital. Si on défie les Springboks sur leurs points forts, nous serons broyés par leurs avants. Il est temps de retrouver un peu plus de spontanéité. Nous ne les battrons pas en nous entêtant dans le jeu au près". Le jeu vers les extérieurs semble donc privilégié. Tant mieux, les Samoans disposent d’un atout non négligeable: l’ailier Alesana Tuilagi. Un monstre de puissance (120 kg !) qui a marqué trois essais depuis le début de la compétition et qui a impressionné sur chaque prise de balle. "Alex, mieux vaut l’avoir à ses côtés qu’en face. Il est grand, gros, il va vite et a une tête de tueur", souligne dans Midi Olympique l’arrière Paul Williams. Les Samoans en auront bien besoin pour tenter de rééditer l’exploit de 1995, seule fois où ils ont atteint les quarts de finale d’un Mondial.