Samoa Eliota Fuimaono-Sapolu - Reuters
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Les Samoans, rois des îles

Les Samoans, rois des îles

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/09/2011 à 08:43 -
Par AFP - Le 25/09/2011 à 08:43
Les Samoans ont fait craquer les Fidji (27-7), dimanche, grâce à une puissante mêlée qui a privé de munitions le XV du Palmier. Malgré la pluie, les deux équipes ont envoyé du jeu tant que possible. Les Samoa sont condamnés à l'exploit face aux Boks, et les Fidjiens à prendre 5 points à Galles.
 

Les Fidjiens avaient annoncé la couleur avant même de commencer à jouer. En entamant leur Haka alors que les Samoans n'avaient pas fini le leur, les "Flying Fidji" ont exacerbé la détermination de Census Johnston et ses coéquipiers. Le XV du Palmier peut regretter d'avoir ainsi provoqué son voisin du Pacifique, traditionnellement meilleur dans le jeu d'avant. Le "Manu Samoa", encore plus qu'à son habitude, a concassé le pack Noir et Blanc en mêlée ou dans le jeu au sol, et capitalisé sur leurs nombreuses fautes par l'ouvreur Tusi Pisi (4e, 9e, 26e, 44e), également auteur d'un drop (13e). Au bout de 26 minutes, les Samoans menaient 12 à 0, après avoir vu deux essais refusés à la vidéo aux ailiers Sailosi Tagicakibau (8e) et Alesana Tuilagi (17e).

Les Fidjiens n'ont pas su renverser la pression et, sevrés de munitions, se sont montrés incapables de développer le jeu de trois-quarts qui fait leur réputation. Approximatifs, jamais lancés, et avec un temps pluvieux qui n'a rien arrangé, ils se sont très rarement créé des occasions de marquer. Pleins de réalisme, les Samoa ont pris le large avec un essai de Kahn Fotuali'i (62e) puis de Geroge Stowers (70e), rendant vain celui du troisième ligne fidjien Netani Edward Talei (67e).

Dans cette poule D, qualifiée de poule de la mort, Samoans et Fidjiens sont tous deux condamnés à l'exploit. Face aux Springboks pour les premiers, alors que les seconds devront battre les Gallois avec point de bonus. Une différence majeure existe tout de même entre les deux formations. Aux yeux du monde, le "Manu Samoa" est désormais roi des îles.