Coupe du monde

La Nouvelle-Zélande sous pression

A moins de deux mois de sa Coupe du monde, la Nouvelle-Zélande est déjà en ébullition et la moindre polémique prend des proportions extraordinaires. Les Anglais, qui ont prévu de jouer en noir lors du mondial et l'ailier français Alexis Palisson ont fait les frais des tensions grandissantes.

 
La NZ sous pression - Rugby - Coupe du mondeIcon Sport
 

La Nouvelle-Zélande est sur les dents. La coupe du monde est une priorité nationale et les All Blacks sont missionés pour remporter le trophée Webb-Ellis. A moins de deux mois du coup d'envoi du mondial, la pression monte au pays du long nuage blanc en témoigne les deux polémiques largement commentées et alimentées par la presse néo-zélandaise en seulement vingt-quatre heures. Entre le maillot noir des Anglais et Alexis Palisson tatoué d'un "moko" en une du magazine Têtu, la Nouvelle-Zélande se sent attaquée et le fait savoir. Le premier ministre en tête puisqu'il a vivement réagi à propos de la nouvelle tunique du quinze de la Rose: "Je pense que c'est une un bande de prétendus connaisseurs en réalité, il y a seulement une équipe qui porte le deuil avec la fierté et c'est les All Blacks".

Palisson parle d'hommage

La NZ sous pression - Rugby - Coupe du monde Moins de 24 heures après ce premier "incident", c'est le principal quotidien du pays, le New Zealand Herald, qui dégainait avec en ligne de mire Alexis Palisson, l'ailier ou arrière du quinze de France. L'ancien briviste fait ce mois-ci la une du magazine Têtu en arborant un faux tatouage facial maori, "ta moko". Une image chargée de symbole pour la communauté maori qui s'est indignée comme le souligne un de ses leaders Willie Jackson, allant jusqu'à qualifier cet acte de "pillage culturel". "Quand il s'agit de la propriété culturelle maori, les gens croient qu'ils peuvent se servir en fonction de leur besoin", a commenté Jackson dans les colonnes du très sérieux Sunday Herald, "Nous avons le sens de l'humour mais les moko sont sacrés. Les utiliser sans aucune considération dessert notre culture". Alexis Palisson qui se défend ce lundi dans Midi Olympique ne veut surtout pas alimenter la polémique: "J'ai effectué cette séance photo dans un esprit de grand respect de la culture maori, d'hommage à tous les joueurs maoris qui ont porté et portent encore le maillot de l'équipe néo-zélandaise".

Vu de France, l'incident peut apparaître minime mais il reflète parfaitement la passion du peuple néo-zélandais pour la culture maori et pour le rugby. Cette Coupe du monde 2011 est un enjeu capital pour tout un pays et la tension autour de cet événement est déjà palpable. La France, principal adversaire des Blacks lors du premier tour, a donc tout à craindre surtout après l'affaire Bastareaud de l'été 2010. "L'accueil (fait au XV de France, NDLR) sera chaud en Nouvelle-Zélande, avec une pression très forte pendant sept semaines", confiait le président de l'IRB Bernard Lapasset au mois de juin. L'ancien président de la FFR avait vu juste.

Plus d'informations ce lundi dans Midi Olympique...

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |