Coupe du Monde

Une fin de loups

Les Lobos ont terminé leur Mondial sur une courte défaite contre la Roumanie (14-10). Pas d'exploit pour cette première participation, mais une formidable aventure pour les Portugais, qui ont marqué cette Coupe du monde par leur enthousiasme.

 
Une fin de loups - Rugby - Coupe du MondeMidi Olympique
 

35 532 spectateurs pour un Roumanie-Portugal... Le message lancé aux grands pontes du rugby mondial, qui se demandent si la Coupe du monde doit passer de 20 à 16 équipes, est fort. Le Stadium de Toulouse était plein pour ce match entre des "petites équipes", acquis majoritairement à la cause des Lobos ("les loups" en français).

Il faut dire que depuis le début de la compétition, le public portugais a répondu (très) présent. A l'image de ses protégés. On les attendait débordés, surclassés, ridicules, atomisés. Les Lusitaniens se sont en fait montrés courageux, accrocheurs, enthousiastes et surprenants. Pour eux, ce Mondial était une fête. Un grand bonheur. Qu'ils ont gagné chèrement. "Vous n'imaginez pas tous les sacrifices que nous avons fait pendant quatre ans, explique le deuxième ligne de Blagnac David Penalva. Nous avons tout donné. Tous nos congés y sont passés. Pendant quatre mois, nous avons été payés 1300 euros par mois, alors que certains sont avocats ou vétérinaires... Ils ont tout laissé en plan pour préparer ce Mondial. Mais au final, ça valait le coup. Nous avons fait bonne figure je crois."

"Une bonne image du rugby portugais"

Une fin de loups - Rugby - Coupe du Monde Plus que ça même. Les Portugais ont réussi à inscrire au moins un essai par match. Même contre les Blacks. Malgré une très lourde défaite (108-13), la réalisation de Cordeiro était leur victoire à eux. Le drop de Malheiro contre ces mêmes Néo-Zélandais à la 22e - le premier du Mondial - aussi. Personne n'attendait cette équipe à ce niveau. Si son jeu reste limité, elle a su emballer le public avec quelques beaux mouvements.

Mais c'est son enthousiasme qui a surtout marqué la planète rugby. Le Portugal y compris. "Le nombre de licenciés est en augmentation, reprend David Penalva. Les gens ont entendu parler de rugby, des valeurs qu'il véhicule. C'est très bien pour le futur." "Nous avons donné une bonne image du rugby portugais, ajoute l'ailier Antonio Aguilar, qui a terminé la compétition sur une demande en mariage sur écran géant au Stadium de Toulouse... Mais notre objectif, c'était de gagner au moins un match, ce match contre la Roumanie. Nous sommes un peu déçus."

Ce sera bien le seul regret des Lobos. "Les joueurs ont passé seulement sept à huit semaines ensemble, rappelle l'entraîneur Tomaz Morais. Ils ont vraiment fait une Coupe du monde excellente. On a entendu parler de cette équipe et personne ne s'y attendait." Rendez-vous en 2011.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |