Icon Sport

Coupe du monde 2023 : l'Afrique du Sud en pole position, la France dans les cordes !

Coupe du monde 2023 : l'Afrique du Sud en pole position, la France dans les cordes !

Le 31/10/2017 à 11:23Mis à jour Le 31/10/2017 à 15:58

Révélée ce matin par le Midi Olympique et officialisée depuis, la recommandation de World rugby pour l'organisation de la Coupe du monde 2023 se tourne vers l'Afrique du Sud. C'est un désaveu important pour la candidature française... mais pas encore définitif, l'organe suprême du rugby mondial se prononçant à titre consultatif. Le verdict sera rendu le 15 novembre.

World Rugby a rendu public son avis pour la désignation du pays hôte de la Coupe du monde 2023, ce mardi à midi. Et c'est le dossier de l'Afrique du Sud qui est "recommandé à l'unanimité", au détriment de ceux de la France (2e) et de l'Irlande (3e). Cette communication n'a qu'une valeur consultative, avant l'élection officielle le 15 novembre prochain à Londres, mais elle pèsera nécessairement sur l'issue du vote.

Un choix en forme de surprise, tant les dossiers français et irlandais faisaient figure de favoris, l'Afrique du sud n'ayant accéléré sa candidature qu'en fin de parcours. "Nous avions entre les mains trois dossiers exceptionnels, mais nous avons identifié l'Afrique du sud comme le leader clair, en se basant sur la performance de son projet sur les points clés d'une candidature" a expliqué le président de World Rugby, Bill Beaumont.

Les vuvuzelas avaient marqué la Coupe du monde de football 2010

Les vuvuzelas avaient marqué la Coupe du monde de football 2010AFP

L'Afrique du sud emporte notamment la mise sur le critère "villes et stades", le plus important aux yeux de l'organe suprême du rugby mondial, forte des nombreuses enceintes construites pour la Coupe du monde 2010 de football. Sur ce critère, la France n'arrive que deuxième, malgré ses enceintes construites pour l'Eur de football 2016. A noter que l'Irlande arrive en dernière position sur tous les critères.

Dossier capital pour Bernard Laporte

Dans ce contexte qui se complique pour la candidature française, Claude Atcher (directeur de la candidature) et son équipe auront désormais deux semaines pour inverser le cours des choses. Il sera alors beaucoup question de lobbying, pour sécuriser le maximum de voix entre les différents pays et confédérations appelés à voter, alors que World Rugby devrait désormais appuyer l'Afrique du Sud, qu'elle a choisie.

L'enjeu est notamment capital pour le président de la Fédération française de rugby. Dossier prioritaire de son début de mandat, sur lequel il s'est énormément investi et n'a pas ménagé ses efforts, Bernard Laporte devrait repartir au combat pour les deux semaines restantes.

0
0