Stander - Munster Toulouse - 5 avril 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

H Cup - Munster-Toulouse (47-23), l'antisèche - Toulouse a pris une leçon de ballon porté

Toulouse a pris une leçon de ballon porté

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/04/2014 à 17:28 -
Par Clément Mazella - Le 05/04/2014 à 17:28
Le Munster est un spécialiste des ballons portés. Toulouse le savait mais s’est fait broyer dans ce domaine. Et a raté ses entames de mi-temps. L’antisèche.

Le jeu : le Munster en mode rouleau compresseur

Un pack de fer. C’est une habitude pour le Munster. Mais ce samedi, en quart de finale de H Cup, la mêlée du Munster a évolué sur une autre planète. Il faut le reconnaître : elle a broyé son homologue toulousain. Et notamment sur les ballons portés, véritable ciment du succès des Irlandais. Toulouse a pris une leçon dans ce secteur, n’arrivant jamais à trouver la solution pour les stopper, tout comme dans la conservation du ballon. En jouant tout le temps dans l’avancée, le Munster a fait très mal à la défense toulousaine, qui a craqué à de trop nombreuses reprises. Et puis, les hommes de Novès ont totalement raté leurs entames de mi-temps. Après cinq petites minutes, Earls avait déjà plongé dans l’en-but haut-garonnais. Au bout de vingt, les Irlandais étaient confortablement en tête (13-3). Dans cette situation, difficile d’espérer pouvoir battre le Munster. Surtout à Thomond Park. Les essais de Kilcoyne (42e) et Stander (46e) ont mis fin aux espoirs toulousains.

Les joueurs : O’Mahony peut dormir tranquille

Le public de Thomond Park pestait après la sortie de son capitaine, Peter O’Mahony, avant la 20e minute de jeu. Mais son remplaçant, CJ Stander, l’a suppléé avec brio. Le troisième ligne était aux quatre coins du terrain, a abattu un travail considérable dans les rucks et réussi un 100% au plaquage (10/10). Elu logiquement homme du match. Gros match également de l’attelage Foley-O’Connell, surpuissant sur les ballons portés et parfait en conquête. Derrière son pack, Murray n’a pas eu de mal à dynamiser le jeu, tentant souvent sa chance au ras.

Côté toulousain, Yacouba Camara a démontré qu’il avait un énorme potentiel. En défense, il a découpé à tour de bras. Dans le jeu courant, il a affiché une incroyable mobilité. Sur son aile, Hosea Gear s’est mis plusieurs fois en évidence, marquant un bel essai. Tolofua a eu du mal en touche, Montès a été pris en mêlée, Maestri et Albacete ont souffert de la comparaison. Gaël Fickou a trop souvent gardé le ballon.

Le tournant qui n’a pas eu lieu : Fritz défiguré

Que s’est-il passé à la 60e minute de jeu ? Florian Fritz, visage en sang, s’est plaint auprès de l’arbitre Nigel Owens d’une brutalité. Derek Bevan, préposé à la vidéo, était sollicité. Mais un seul angle de caméra, ô combien lointain, était utilisé. Rien de plus. Impossible d’y voir quoique ce soit. Pour un quart de finale européen, c’est vraiment incompréhensible. Et Fritz ne s’est pas défiguré tout seul. Vraiment étrange. Si Toulouse avait pu évoluer en supériorité numérique, ne serait-ce que dix minutes, avec un score de 27-16, la fin du match aurait pu être tout autre.

Le tweet hommage : le Munster sera dur à jouer en demie

Il n’y a rien à dire sur la victoire du Munster. Celle-ci est vraiment logique au vu de la domination sur les fondamentaux. Bon courage à Toulon ou au Leinster qui devra se coltiner le Munster, et notamment son pack, en demie.

La stat : 0

Le Munster n’a pas perdu un seul ruck (sur 69) lors de son quart de finale face à Toulouse. Preuve de la solidité de son pack et de sa performance majuscule.

La question : Le pari McAlister était-il judicieux ?

Toute la semaine, Luke McAlister était incertain. Vendredi, le Néo-Zélandais était annoncé remplaçant. Ce samedi, Guy Novès décidait finalement de le titulariser. Il est vrai que McAlister demeure indispensable dans le jeu toulousain. Mais face au Munster, cela ne s’est guère vu. Surtout que l’ouvreur toulousain s’est entêté à faire jouer son équipe dans les 20 premières minutes alors que celle-ci avait l’avantage du vent. Il a fallu attendre la demi-heure de jeu pour enfin voir les Haut-Garonnais occuper le terrain. Une stratégie qui semblait bien plus indiquée. Et ce petit jeu-là, Lionel Beauxis, prévu titulaire à la base, le maîtrise totalement. Il avait excellé contre Toulon le week-end dernier...

 
 

commentaires


  • ketamine.08/04/2014 16:42

    Tes 5 semaines ne couvrent même pas le Tournoi !!!

  • stadeone07/04/2014 23:52

    @cedricdetoulon a

  • stadeone07/04/2014 23:51

    @LaPigne83000 pauvre type