Novès - Toulouse - 5 octobre 2013 - DPPI
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Guy Novès (Stade toulousain): "Maintenant aux internationaux de montrer leur niveau"

Novès: "Aux internationaux de montrer leur niveau"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/10/2013 à 17:36 -
Par Rugbyrama - Le 15/10/2013 à 17:36
"Si les internationaux ont envie de montrer leur niveau c'est maintenant", a estimé Guy Novès, le manageur de Toulouse qui se déplace vendredi à Wembley pour affronter les Saracens, leaders du championnat d'Angleterre, pour la 2e journée de coupe d'Europe.

Qu'avez-vous pensé de ce match des Saracens qui se sont imposés (23-17) au Connacht ?

Guy NOVES: Ils ont eu deux essais refusés. C'est une équipe qui en huit minutes mène 17 à 3 (14-3, ndlr) et qui a maîtrisé ce match, même si après ça s'est équilibré. Finalement, ce match ressemble au nôtre (contre les Zèbres, ndlr) quand nous avons très rapidement mené et qu'on n'était absolument pas arrivé à finir le boulot. Ils ont montré encore une fois qu'ils étaient difficiles à battre et qu'ils sont toujours invaincus.

Les Saracens vous ont battus lors de vos deux seules confrontations en 2000-2001. Pensez-vous que votre équipe a les moyens de s'imposer à Wembley ?

G.N: Vous savez, la saison où nous sommes allés gagner en Angleterre (20-11 contre les Harlequins, le 9 décembre 2011), les Anglais sont venus gagner ici (31-24 au Stadium). C'est un match de très haut niveau, chaque joueur est international anglais ou sud-africain. Il n'y a pas la place à un ballon lâché. Il faut se mettre dans une dimension de très, très haut niveau, que les joueurs internationaux se mettent au niveau international, il n'y a pas le choix. Je pense qu'en termes d'intensité et de niveau, ce match se rapprochera du premier test-match de l'équipe de France au mois de novembre. Donc si les internationaux ont envie de montrer leur niveau, c'est maintenant.

Jouer les Anglais impose-t-il une préparation particulière ?

G.N: Je ne crois pas. L'Angleterre est une nation forte du rugby. Les Anglais vont organiser la prochaine Coupe du monde et ils l'ont déjà gagnée, contrairement à nous les Français. On a l'impression qu'on se doit de rivaliser avec ce genre d'équipe, même si elle est favorite. Quand on joue contre les Italiens, on est obligé de gagner parce qu'autrement on va être évidemment et logiquement critiqué. Quand on joue les Anglais, on se dit qu'on peut jouer sans pression parce que s'ils gagnent, c'est un véritable exploit (sourire). La priorité reste Toulon (le 26 octobre en Top 14) mais on ne va pas en Angleterre pour se promener quand même. On mettra la meilleure équipe possible compte tenu du fait qu'on a 80 à 90% des joueurs disponibles. Évidemment, l'équipe sera conséquente.

DPPI