Essai Matt Giteau - Toulon-Saracens - 24 mai 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Coupe d'Europe - Toulon: un monstre à sang-froid prêt à tout dévorer

Toulon: un monstre à sang-froid prêt à tout dévorer

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/05/2014 à 10:10 -
Par AFP - Le 26/05/2014 à 10:10
Toulon a dégagé, lors de sa victoire en finale de la Coupe d'Europe face aux Saracens (23-6), une puissance physique et une sérénité à toute épreuve qui en font le candidat idéal pour un doublé rarissime lors de la finale du Top 14 samedi prochain.

Un doublé (presque) inédit

Depuis la création du Top 16 en 2001 (devenu Top 14 en 2005), aucune équipe française n'a remporté la même année les titres national et continental. En 1996 toutefois, Toulouse a gagné à la fois le Championnat de France et la Coupe d'Europe. Mais il s'agissait de la première édition d'une compétition continentale encore embryonnaire, jouée sans les clubs anglais. Les Toulousains avaient alors disputé quatre matches face aux Roumains de Constanta (54-10), aux Italiens de Trévise (18-9), aux Gallois de Swansea (30-3 en demi-finale) et Cardiff (21-18 a.p. en finale). La finale se jouait en janvier, cinq mois avant la finale du Championnat de France. Déjà à la tête de l'équipe toulousaine à l'époque, Guy Novès a régulièrement répété ces dernières années que dans l'ère moderne, le doublé était "impossible" en France. Ailleurs sur le continent, deux équipes ont réalisé le doublé Coupe - Championnat: les Anglais de Leicester (2001) et les London Wasps (2004).

Toulon, monstre de puissance

Samedi, le RCT a marqué les esprits en annihilant physiquement les Saracens qui fondent pourtant leur jeu sur la puissance des frères Vunipola, Brits, Burger et autres Barritt. Les Varois récoltent les fruits d'une préparation ajustée par rapport à la saison dernière. En 2013, le manager Bernard Laporte avait disputé les phases finales de Top 14 et de Coupe d'Europe avec son équipe-type arrivée usée en finale contre Castres. Cette saison, il a effectué davantage de rotations, parfois choisies, parfois contraintes par les blessures (Fernandez Lobbe, Botha, Rossouw, Williams...). De retour après de longs mois de blessure, ces cadres affichent aujourd'hui une fraîcheur physique et un appétit décuplés. Ils ont aussi privilégié la récupération notamment par la cryothérapie (3 minutes à -140°C) grâce à un camion habituellement utilisé par l'équipe cycliste fdj.fr et installé dans le Var ces dernières semaines. Au pays de Galles où ils resteront jusqu'à mardi, ils logent au centre d'entraînement du XV de Galles équipé d'un dispositif similaire. "Je ne sais pas comment on peut en mesurer les effets mais je me sens bien", affirme Juan Martin Fernandez Lobbe. Le RCT a également recruté Paul Stridgeon, ancien préparateur physique du XV d'Angleterre et de Lions britanniques et irlandais également passé par l'équipe de XIII de Warrington, qui restera au club la saison prochaine. "On n'a rien changé. Paul est juste là en plus, élude l'entraîneur des trois-quarts Pierre Mignoni. Il y a aussi beaucoup de mental parce que je peux vous assurer que les joueurs sont très fatigués !"

Une tranquille ambition

Au Millennium Stadium, les Toulonnais ont dégagé un sang-froid qui s'explique par le poids de l'expérience de cadres rompus au très haut niveau international (Hayman, Wilkinson, Botha, Williams, J. Smith, Giteau, Fernandez Lobbe...). Ce groupe a également tiré une expérience collective de ses quatre finales précédentes (Challenge européen et Top 14 en 2012, Coupe d'Europe et Top 14 en 2013). "Il y a de la pression, on essaie de la gérer comme on peut, sans trop le montrer. Mais cette année, il y a une certaine sérénité dans le groupe, je ne ressens pas d'inquiétude", confie le deuxième ligne Jocelino Suta. Cette fin de saison revêt en outre une dimension émotionnelle particulière. Elle marquera la fin de carrière du légendaire Jonny Wilkinson, du Springbok champion du monde 2007 Danie Rossouw et du capitaine emblématique du RCT entre 2009 et 2013 Joe van Niekerk. Les désormais doubles champions d'Europe sont déterminés à conclure cette aventure par une page d'histoire. Et les retrouvailles face à Castres, qui avait mis fin brutalement à leur rêve de doublé l'an dernier, ajouteront encore à leur ambition.

Jonny Wilkinson  Delon Armitage - Toulon-Saracens - 24 mai 2014
Jonny Wilkinson Delon Armitage - Toulon-Saracens - 24 mai 2014 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • LeicesterTigersEnglandXV28/05/2014 19:01

    c'est chouette d'attirer tout les grand joueurs mais on verra au 6nations et à la RWC qui des equipes nationales sera la plus forte! Ce n'est pas grâce à vos internationaux que vos clubs gagnent mais grâce aux joueurs étranger!! On viendras vous mettre une bonne raclée!!!!!

  • RainsOfCastamere28/05/2014 15:00

    Pour revenir au premier message, je ne vois absolument pas le rapport, c'est pas parce que tu es français que tu devait éperdument supporté Toulon pour cette finale, l'équipe étant constitué majoritairement d'étrangers la différence profonde entre Toulon ou les Sarries pour un français moyen non-toulonais devrait être objectivement nulle. Les Toulonnais on mouillé leur maillot et on remporté logiquement la rencontre, une équipe de "mercenaire" n'en aurait pas fait autant. Cependant le succès de Toulon est bâtie sur une défense de fer, quand je compare le jeu produit au 6 nations ou au tri nations par une équipe comme l'Irlande ou la Nouvelle Zélande, et le jeu toulonnais on est aux antipodes...On pourrait comparer la pauvreté du jeu en top 14 et la richesse du jeu en première ligue anglaise également et c'est plus qu'édifient... Pour moi les équipes comme Toulon ne font pas avancer le rugby, à l'image de la moyenne d'âge des joueurs qui y joue, c'est pour cela que je supportais les Sarries et non pas Toulon (oh que c'est méchant). Ca n'a rien à voir avec le fait qu'il s'agit soit disant d'une équipe de "mercenaire", car les joueurs toulonnais on montré sur le terrain que c'était faux. Ce que je critique c'est la politique de jeu, on à toujours été en retard à ce niveau là par rapport aux pays du Sud, et c'est pas avec les équipes actuelles du top 14 que ça va changer.

  • sebasta7428/05/2014 10:24

    Oui et ce n'est pas fini que veux tu il y a des choses qui dépasse le "chambrage" entre supporters , ne pas respecter le décès d'un individu c'est à mon avis inacceptable !