Doussain - Zebre Toulouse - 18 janvier 2014 - DPPI
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

6e journée H Cup - Zebre-Stade toulousain (6-16) - Toulouse va devoir patienter

Toulouse va devoir patienter

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/01/2014 à 19:02 -
Par Fabien Pomiès - Le 18/01/2014 à 19:02
Incapable de prendre le bonus offensif aux Zebre (16-6), Toulouse devra attendre dimanche pour savoir s'il disputera son quart de finale à domicile.

Oui, gagner peut parfois être synonyme d’échec, et le Stade toulousain en a fait la parfaite démonstration ce samedi après-midi en Italie. Sur un terrain il est vrai compliqué, les Haut-Garonnais, archi favoris, n’ont pu faire mieux qu’une toute petite victoire sur le terrain des Zebre (6-16), une équipe italienne n’ayant jamais connu autre chose que la défaite dans la compétition. Un strict minimum pour les hommes de Guy Novès, qui ne leur donne pas l’assurance de recevoir lors de leur quart de finale. Un objectif initial qui leur tendait pourtant les bras.

Difficile en effet de trouver des excuses à Toulouse ce samedi. Avertis toute la semaine des dangers d’un éventuel relâchement, les Rouge et Noir avaient toutes les cartes en main pour ne pas tomber dans le piège. Si l’état du terrain ne plaidait pas en leur faveur, il n’expliquait pas à lui seul leur manque cruel de réalisme, face à une équipe qui a passé plus des trois-quarts du match à défendre. Sans inspiration, les champions de France 2012 se cassaient régulièrement les dents sur des Italiens certes limités mais ô combien vaillants et généreux en défense.

Clerc: "Nous avons peut-être manqué d’ambition"

Malgré un premier acte poussif, le Stade toulousain croyait être sur les bons rails lorsque Nicolas Bézy filait dans l’en-but avant la sirène, durant une période de double infériorité numérique italienne. Pas du tout ! Solidaire, l’avant dernier de Ligue celte parvenait encore et toujours à faire le dos rond, et faisait abandonner l’idée du bonus offensif à son adversaire à l’heure de jeu: "On a eu du mal à se sortir de ce bourbier, lâchait à chaud au micro de Canal+ Vincent Clerc, peu en vue pour son retour à la compétition après neuf mois d’absence. On n’a pas réussi à faire ce qu’il fallait. Nous avons peut-être manqué d’ambition. Nous n’avons plus notre destin entre nos mains et nous sommes évidemment déçus".

Une déception à l’image des attentes placées dans les Toulousains, jusqu’ici impressionnants en Coupe d’Europe. Car si le quart de finale est acquis, ils devront désormais scruter avec attention les résultats des autres qualifiés. Et si rien n’est perdu, le spectre d’un déplacement forcé le premier week-end d’avril plane sur leur tête. Quand on sait que les hommes de Guy Novès ont remporté sept de leur huit quarts de finale à domicile en H Cup, on ne peut s’empêcher de penser que ce serait un vrai beau gâchis.

 
 

commentaires


  • leo6321/01/2014 12:05

    Je ne comprend pas comment le ST a pu ne pas prendre le BO qui lui tendait les bras .J'ai regardé le match et n'en croyais pas mes yeux .Lorsque samedi soir j'ai vu le temps a Clermont Fd je le suis dit que l'ASMCA qui devait gagner avec 4 essais obligatoirement pour jouer un quart a domicile face au RM aurait toutes les peines du monde pour le faire mais lorsque j'ai regardé le match (pelouse détrempée ,ballon glissant) je me suis dit que l'équipe de l'ASMCA avait vraiment envie de gagner :ils ont jamais tenter de passer 3 points mais toujours des touches et aussi remonter le ballon a la main....

  • Overgame20/01/2014 15:14

    Faut quand même se rendre à l'évidence : être dans une poule avec Zebre et le Connacht, c'est déjà la moitié de la qualif d'assurée. Saracens l'a bien compris, 19 points contre ces 2 là, 2 BD contre le premier de la poule et hop, meilleur 2ème. Alors, n'être que le 5ème meilleur premier dans cette poule est une honte. Seulement 15 points de pris contre les 2 derniers, c'est inadmissible.

  • electronlibre20/01/2014 10:34

    On appelle ça de l'humour. Regarde dans le dictionnaire la signification de ce mot.