Tolofua - Toulouse Ospreys - 8 décembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Toulouse: Tolofua, retour gagnant

Toulouse: Tolofua, retour gagnant

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/12/2012 à 15:30 -
Par Rugbyrama - Le 10/12/2012 à 15:30
Après six semaines de suspension pour un déblayage dangereux à Trévise, le jeune talonneur toulousain Christopher Tolofua est revenu à la compétition contre les Ospreys. Avec succès.

Quelle que soit la crise que traverse actuellement le rugby gallois, affronter une équipe issue de la Principauté n'est jamais une partie de plaisir. Les Toulousains, pour l'avoir déjà payé par le passé contre Cardiff ou Llanelli, le savaient pertinemment. Une expérience qui a grandement aidé les hommes de Guy Novès à ne pas paniquer après le long temps fort des Ospreys, revenus à 12-7 à la pause malgré une domination totale des Toulousains lors des vingt premières minutes... "Nous savions parfaitement à quoi nous attendre contre eux, souriait l'ailier Vincent Clerc. Cette équipe des Ospreys est capable de proposer des séquences longues d'une minute trente ou deux minutes. Face à elle, il était important de les priver de ballon, ce que nous avons bien réussi à faire en début de match et lors de la seconde mi-temps".

Une seconde mi-temps au cours de laquelle s'est faite ressentir l'influence de Christopher Tolofua, entré à la 44e minute en remplacement de Gary Botha. Pour son retour après six semaines de suspension causées par un déblayage dangereux à Trévise, le bouillant talonneur s'est -hormis sur une faute évitable à quelques mètres de l'en-but gallois- cette fois montré sous son meilleur jour... "Ce geste, c'était une erreur dans ma vie et je me donne l'objectif de ne plus renouveler ce genre de bêtise. Les entraîneurs m'avaient déjà dit que je devais faire attention à la discipline. C'est le genre de geste de je dois rectifier".

Tolofua: " J'ai vécu un peu tout seul"

Dynamique dans le jeu et puissant dans ses charges, Tolofua s'est surtout montré précieux sans le secteur de la mêlée fermée et très précis dans ses lancers, signant même un six sur six. Un rendement qui ne fut pas pour rien dans la main-mise du paquet toulousain lors des quarante dernières minutes... "L'idée, c'était d'oeuvrer pour l'équipe, d'autant que la semaine dernière nous avions été un peu justes devant, analysait le jeune international. Je sais avoir une chance que certains n'ont pas forcément. En ce qui concerne les lancers, je pense avoir éliminé avec l'habitude un peu de la pression qui me gênait. J'ai aussi la chance que William Servat me laisse relativement à l'aise par rapport à cela...."

L'expérience, toute relative, commence ainsi à faire son petit effet. Et ces six semaines de frigo n'y sont pas forcément étrangères... "Cette bêtise de Trévise m'a servi, dans le sens où j'ai veillé à ce que la frustration ne se retourne pas contre moi. Avoir envie, c'est normal, mais la canaliser, c'est mieux. Pendant ces six semaines de suspension, j'ai vécu un peu tout seul. Avec le recul, cela m'a au moins été bénéfique dans le sens où j'ai dû me faire violence sur le plan physique pendant six semaines, sur le plan du gainage, de la course. Et même si j'avais un peu perdu mes marques, cela m'a au moins permis de me sentir bien tout de suite". Des sensations qui ne demandent que confirmation lors du match retour à Swansea.