Coupe d'Europe

Rougerie: "A Clermont d'assumer"

Après l'exploit retentissant des siens sur le terrain du Leinster (28-21), le capitaine clermontois, Aurélien Rougerie, sait que le statut de l'ASMCA a changé.

 
Rougerie: "A Clermont d'assumer" - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Au-delà de la victoire, comment analysez-vous cette rencontre et ses impacts ?

Aurélien ROUGERIE: L'équipe grandit. Elle a même poussé d'un coup ce week-end. On a réussi à ne pas nous enflammer dans les moments clés, ce qui est notre fil rouge depuis le début de la saison. Il y a toujours de la bonne volonté, des bonnes intentions mais parfois on confond vitesse et précipitation. Cette fois, on a mis les choses dans le bon sens. En deuxième mi-temps, on se met encore un peu le feu tout seul et on encaisse cet essai. C'est un peu dommage mais dans l'ensemble, sur la gestion, cela ne s'est pas trop mal passé.

Que dites-vous à vos joueurs quand vous les réunissez dans l'en-but après le premier essai du Leinster ?

A.R.: On avait pris 17 points d'avance, qui me semblaient logiques sur l'ensemble du match. On gardait du coup une avance confortable. J'ai simplement dit aux gars de se calmer, de remettre la main sur le ballon et de reprendre l'initiative du jeu. Chose qu'on a d'ailleurs pas toujours bien fait ensuite (il sourit).

La clé du match, est-ce cette entame où vous avez très vite mis votre emprise pour éviter la furia ?

A.R.: Oui. Très vite, ils ont compris qu'on était présent. Ils avançaient un impact sur deux, peut-être même un sur trois. Il fallait être présent tout de suite. Si on avait commencé à regarder l'environnement de ce stade superbe où à les regarder jouer eux, on aurait pris 20 points comme il y a deux ans. On en revient à l'idée de départ. On a un peu grandi. La semaine avait été très studieuse, malgré un entraînement de jeudi très mitigé. Cela nous a un peu mis la pression. Mais on s'est rassuré le lendemain. On était prêts.

Vous avez notamment impressionné par la maîtrise collective du match. Y'a-t-il un moment où, vous, vous avez douté ?

A.R.: Je n'avais pas vraiment le temps. Entre les nombreux choix qui se présentaient et un œil toujours sur la montre... On était vraiment tous concentrés dans notre match.

Le fait que ce soit Wesley Fofana qui marque l'essai de manière similaire à l'action de la demi-finale, est aussi un joli clin d'oeil...

A.R.: On avait un petit contentieux. Voilà, il est réglé...

Dans le scénario du match, vous vous attendiez à avoir autant le ballon ?

A.R.: Il y a deux ans, ils se pavanaient que chez eux sur un terrain très large, ils pouvaient envoyer du jeu de partout pour mettre les adversaires à mal. On s'en est aussi un peu servi cette semaine. "Le terrain est grand? Tant mieux, alors nous aussi on va pouvoir envoyer du jeu. Et on verra s'ils peuvent suivre". C'était un peu l'idée. Entre Nalaga, Sivivatu, Wesley, Lee...On a quand même de quoi faire.

Clermont se place-t-il aujourd'hui en favori de la compétition ?

A.R.: On a gagné chez le double-champion. Et alors ? On n'a pas une médaille, pas un trophée. Rien. Il faut se calmer. Je suis fier et content de ce groupe qui a progressé et a été récompensé ici, à Dublin. Mais on n'a rien gagné. On voit aussi que si on ne leur offre pas l'essai en seconde période, ils sont morts. On a laissé passer l'occasion. C'est une bonne leçon.

Malgré tout, cette victoire donne forcément à nouveau statut à votre équipe dans la compétition...

A.R.: On va être attendus. C'est certain. A nous d'assumer.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |