Julien Brugnaut - Racing - Septembre 2011 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Racing: Brugnaut raconte son Munster

Racing: Brugnaut raconte son Munster

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/10/2012 à 19:00 -
Par Rugbyrama - Le 12/10/2012 à 19:00
Le pilier du Racing-Métro, Julien Brugnaut, a passé une saison au Munster. Il revient sur cette expérience au moment où son nouveau club reçoit son ancienne équipe.
 

Julien Brugnaut n’est définitivement pas un joueur ordinaire. Son parcours en atteste. Le pilier international, appelé en équipe de France à deux reprises en 2008 alors qu’il évolue à l’époque à Dax, est l’unique joueur français à avoir évolué au Munster. A l’aube de la saison 2009-2010, le Racingman quitte en effet le Pays basque pour l’Irlande. A l’heure où le Racing-Métro reçoit la province double championne d’Europe (victoires en 2006 face à Biarritz et en 2008 face à Toulouse) à Yves-du-Manoir, Julien Brugnaut revient sur son année à Cork sur le site du club francilien. Une saison au sein d’un des plus grands clubs de l’histoire en Europe, qui restera forcément dans sa mémoire.

Préférence nationale et amour du maillot

Le pilier le confesse: "C'est une année qui fut vraiment marquante, fantastique. C'était, en quelque sorte, un second départ pour moi. Jeune, je n'avais pas eu la chance d'évoluer dans un grand club. […] Ce manque fut comblé au Munster". Même si il n’a pas forcément eu les faveurs des entraîneurs cette année-là, qui ne le considéraient pas comme un premier choix, Julien Brugnaut reste admiratif de la "méthode Munster". Une histoire de tradition…Il s’explique: "En Irlande, il y a la priorité nationale. Il faut savoir que dans ce pays, nous sommes licenciés à la fédération et non au club. […] Et à l'époque, notre effectif comptait Tony Buckley, Marcus Horan et John Hayes, les trois piliers de la sélection. J'ai vu de très bons jeunes joueurs irlandais ne pas arriver à percer au Munster et pour eux, il n'y avait pas d'autres objectifs que de jouer pour et sous ce maillot. Ils ne cherchaient pas à gagner de l'argent ou à devenir professionnel. Non ! C'était pour porter ce maillot du Munster.[…] Ils sont fiers de leurs couleurs, de porter le maillot de leur province. Je pense réellement que ça décuple leurs forces".

Avec O’Gara comme chauffeur personnel!

Même en dehors du terrain, le Munster apparaît comme une véritable machine, rôdée, avec un fonctionnement bien précis. A l’image du jeu extrêmement huilé de la "Red Army", ce club hors-norme ne laisse donc rien au hasard. Brugnaut raconte: "Le Munster a un fonctionnement très à part. Je ne sais pas si un autre club au monde vit de la même sorte que lui. L’équipe est répartie sur deux villes, en tout cas à l'époque, je ne sais si c'est encore le cas. Une partie de l'effectif était basée à Cork et l'autre sur Limerick. C'est particulier, il y a tout de même cent kilomètres qui séparent les deux villes! À part lors des entraînements collectifs, les autres joueurs, tu ne les vois pas. C'est spécial, même si la plupart d'entre eux jouent ensemble depuis leurs quinze ans. Et puis, de toute façon, de l'équipe première aux moins de quinze ans, le jeu, les lancements, les annonces sont les mêmes. Tout est identique". 

Le pilier francilien n’oublie surtout pas de partager quelques anecdotes croustillantes, comme nouvelles preuves de l’organisation toute particulière de la province irlandaise. "Dès mon premier soir chez moi, Denis Fogarty était venu me chercher pour me faire visiter la ville et pour que l’on mange ensemble. Le lendemain, alors que je n'avais pas encore ma voiture, Billy Holland m'attendait en bas de chez moi pour m'emmener à l'entraînement. En fait, je crois que tous les jours, lors des deux premières semaines, j'avais une personne à mes côtés... Et même avant que je signe, c'est carrément Ronan O'Gara qui était venu me chercher pour des tests physiques. Ça m'avait marqué, j'étais à l'hôtel à l'époque, et O'Gara vient te chercher... C’est la classe quand même ! Et le lendemain c'était O'Callaghan !", se rappelle-t-il.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×