Julien Peyrelongue - biarritz - 26 octobre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Peyrelongue: "Biarritz doit rester humble"

Peyrelongue: "Biarritz doit rester humble"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/12/2012 à 14:17 -
Par Rugbyrama - Le 15/12/2012 à 14:17
Malgré le succès des Biarrots vendredi face au Connacht (17-0), le demi d’ouverture, Julien Peyrelongue, n’a pas voulu céder à une certaine euphorie.

Après une semaine agitée, les Biarrots ont réussi à se donner un peu de baume au cœur en remportant son match de H Cup contre les Irlandais du Connacht, vendredi soir, malgré un terrain à la limite du praticable. Mathieu Rourre, coentraineur par intérim du BO avec Laurent Rodriguez, s’est montré satisfait de la réaction des joueurs basques à l’issue de la rencontre: "Il fallait être sérieux au vu des conditions qui étaient vraiment exécrables, dantesques. Je suis très content pour eux, pour le club, c'est très bien. Je suis satisfait de l'état d'esprit. C'était sur un retour d'une énorme déception. Ils avaient envie de revenir sur des choses simples, des valeurs, ils ont montré ça. J'ai envie de les voir continuer, voir notre club avancer, je vais profiter ce soir". Serge Blanco, le président, lui, préférait tempérer: "C'était le minimum que l'on pouvait faire, redresser un petit peu la barre".

Peyrelongue: "Avoir une pensée pour Serge et Jack"

Si le capitaine, Imanol Harinordoquy, avait confié cette semaine sur notre site qu’il "sentait le groupe fébrile" avant de recevoir le Connacht, le demi d’ouverture, Julien Peyrelongue, a confirmé que la préparation de la rencontre a été difficile pour le groupe biarrot. "On a passé une semaine un peu délicate depuis notre non-match au Connacht la semaine dernière. C'était compliqué, il y a des décisions qui ont été prises. On avait donné une très mauvaise image du club et de notre équipe. On avait envie de se relever et montrer que le BO n'était pas celui de la semaine dernière, avec un bon état d'esprit, beaucoup de solidarité et d'agressivité". Avant de poursuivre: "On doit avoir une pensée pour Serge (Milhas) et Jack (Isaac) et rester humble car c'est un peu à cause de nous. Les conditions étaient délicates mais c'est souvent dans ces conditions que le groupe se resserre, que le rugby se simplifie".

Quant aux futurs entraineurs de Biarritz, Serge Blanco n’a pas voulu dévoiler encore leurs noms. Sa principale inquiétude du moment étant la blessure du pilier droit international argentin, Franciso Gomez Kodela, sorti à l’heure de jeu. "Je ne peux rien dire (sur les futurs entraîneurs) et même si je pouvais, je n'ai pas envie car vous êtes déjà tous au courant (…) Ce qui m'inquiète un peu, c'est que l'on a un troisième pilier droit blessé, on espère en récupérer un".