Frederic MICHALAK Toulouse Cardiff H Cup - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Le tour de Midi Olympique

Le tour de Midi Olympique

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 21/12/2009 à 09:57
La prestation de Michalak, les plaquages de Baï, la source de motivation du Munster... Les envoyés spéciaux du Midi Olympique décryptent pour vous les moments forts de la 3e journée de H Cup, retirant chacun un joueur, un instant clé, ou une image de chaque rencontre. Tour d'horizon.

Perpignan-Munster : 14-37. Nicolas ZANARDI

"Et dire que certains membres de notre corporation de plumitifs s'interrogent encore quant à la raison profonde de l'usage de la langue de bois lors des discours d'après-match... Tuè-je la profession ? Peut-être. Toujours est-il que, du côté de Perpignan, Yohan Vivalda va certainement changer d'approche dans son rapport avec les médias. Etincelant à Limerick voilà dix jours, ce dernier avait en effet eu l'impudence de confier à notre collègue Philippe Kallenbrunn ne pas avoir été impressionné par le Munster. Poussant même l'outrecuidance jusqu'à affirmer que, titularisé en compagnie de ses potes Bertrand Guiry et Yannick Parent, le match de Thomond Park lui avait rappelé ses saisons espoirs... Erreur de com' ? Contexte d'interview mal maîtrisé ? Toujours est-il que les Munstermen, selon Paul O'Connell lui-même, ne se firent pas prier pour retourner la chose à leur avantage. Lesquels placardèrent la feuille jaune dès le lundi matin dans leur vestiaire, traduction et stabilo à l'appui, qui conférèrent au papier de l'ami PK une importance dont il se serait sûrement bien passé. Remontés à l'extrême, les Irlandais ne laissèrent ainsi aucune chance à l'Usap, faisant montre d'une maîtrise des événements et d'une force collective en tous points subjugante. Tout ça pour un bout de papier jaune ? On n'ose pas le croire, mais on en serait presque flatté. Si cela ne s'était avéré aussi préjudiciable..."

Leicester -Clermont : 20-15. Marc DUZAN

"On peut-être Fidjien et se signaler autrement que par des plaquages à la carotide, des passes sur un pas ou des crochets électriques. En Top 14, on connait donc Napolioni Nalaga, Vilimoni Delasau et... c'est à peu près tout. A Welford Road, on a pourtant découvert Seremaïa Baï, le trois-quarts centre clermontois. Ou plutôt redécouvert, puisque l'ancien joueur de Crosskeys au pays de Galles est à l'ASMCA depuis juin 2006. Quel engagement ! Quelle présence au centre du terrain ! Samedi, le Fidjien s'est donc surtout illustré en défense, où ses plaquages au sternum ont fait irrémédiablement reculer Toby Flood, Jordan Crane, Lewis Moody et tous les lancements de jeu des Tigers. Et si Clermont a pu ramener des Midlands un point de bonus lui ouvrant pratiquement les portes des quarts de finale de la H Cup, c'est en partie grâce à son diable de Fidjien. "Samedi, nous n'avons eu qu'à nous mettre au diapason de Seremaïa, plaisantait Mario Ledesma. A Leicester, il en a découpé de la viande !" Du rosbeef à la peau laiteuse et aux joues rouges, oserait-on dans un raccourci quelque peu primaire..."

Toulouse- Cardiff : 23-7. Grégory LETORT

"Manager général du Stade toulousain, Guy Novès n'a pas précisé l'enjeu du pari. Mais dans la chaleureuse salle de presse du Stadium, le technicien a pris la presse à témoin avouant qu'un pari était en cours avec ses adjoints Yannick Bru et Philippe Rougé-Thomas. "J'ai parié qu'en jouant demi de mêlée, il serait en équipe de France pour le Tournoi des 6 Nations". L'Histoire en prend note. Cela veut-il dire que les cartes sont redistribuées à Toulouse et que Michalak sera fixé jusqu'à la fin de la saison derrière la mêlée après un an d'alternance ? Novès s'en défend. "Je ne fixe rien du tout. Frédéric Michalak a envie de jouer numéro dix. Mais le fait qu'il soit capable de faire un bon match au poste de demi de mêlée, ce n'est pas nouveau". Michalak, international aux 51 sélections s'agace qu'on lui ressasse l'éternelle question sur sa préférence entre numéro 9 et numéro 10. Il assume et le clame : c'est à l'ouverture qu'il s'éclate. Mais l'affaire est quand même complexe. David Skrela s'interroge : "Il a peut être plus de libertés derrière la mêlée qu'à l'ouverture. En tout cas, il est capable de jouer au plus haut niveau aux deux postes". Bonne nouvelle car avec la suspension de six mois qui plane sur Julien Dupuy en attendant un éventuel appel, le talent de Frédéric Michalak ne sera pas de trop en équipe de France pour le Tournoi... En tout cas, le match de Frédéric Michalak contre Cardiff fut prometteur : il a collé au ballon, dynamisé le jeu, défendu sans accroc et alterné quand il le fallait. Le tout parachevé par cinq pénalités et un drop. Si on peut se joindre au pari, on se placerait d'évidence sous la bannière de Guy Novès."

Newport - Biarritz : 8-26. Pierre MAILHARIN

"Il fallait s’y attendre : en programmant une rencontre de H-Cup un jeudi soir, en plein mois de décembre, à Newport, Pays de Galles, la probabilité qu’elle puisse se disputer était à peu près aussi élevée que celle, pour un Français normalement constitué – c’est-à-dire peu doué en langue étrangère - de comprendre un mot d’Anglais local. C’est dire si, au moment de l’annonce du report de Newport-Biarritz, en raison du gel du terrain des Dragons, on a été déçu, mais pas surpris. Comme, du reste, on s’est trouvé dépité, mais toujours pas étonné, le lendemain, de constater qu’au Parc Y Scarlets de Llanelli, où fut finalement délocalisé le match, à cent kilomètres de Newport, seuls quelques 600 supporters gallois avaient effectué le déplacement. Au point de faire sonner creux comme un tonneau vide cette enceinte pouvant théoriquement en contenir 15000. Messieurs de l’ERC et des télévisions, pour éviter ce genre d’ambiance de cathédrale, à quand des horaires adaptés aux saisons ?"

London Irish-Brive : 34-13. Charles GAUDIN

"Nous racontons suffisamment dans Midi Olympique, ce lundi, comment l'arbitre de la rencontre, le Gallois James Jones, a pris fait et cause pour les London Irish et puni sévèrement les Brivistes en comparaison de la clémence qu'il a eue à l'égard des Anglais. Pas la peine d'y revenir. Il n'est pas inintéressant, en revanche, de revenir sur les qualités collectives et individuelles des "Exilés londoniens". Pas brillants en mêlée fermée, ils sont à l'inverse très impressionnants dans les airs et étincelants dans leur jeu de ligne. Le tout est servi par des individualités hors du commun. La paire de centres, Mapusua-Seveali'i, par exemple, n'a rien à envier aux meilleurs paires européennes. Les deux arrières, Peter Hewat et Delon Armitage ont déjà prouvé leurs qualités de match-winner. Le jeune ailier Tom Homer (19 ans) vient d'inscrire trois essais en deux matchs face au CABCL et suscite beaucoup d'espoirs. Steffon Armitage, lui, n'est pas seulement un plaqueur-gratteur. Il a aussi la pointe de vitesse de bon nombre d'ailiers. En numéro 8, entre Hala'Ufia et Stowers, les Irish peuvent compter sur deux poids lourds. Bref, vice-champion d'Angleterre et en constants progrès depuis quatre ans, avec un groupe qui change peu, les London Irish s'affirment parmi les favoris de la H Cup."

Stade français Ulster : 29-16. Arnaud BEURDELEY

"Évidemment, on aurait aimé vous parler de cette belle et grande fête organisée à Bruxelles. De cet engouement populaire autour d'un match de rugby dans un pays dingue de ballon rond. Seulement voilà, samedi autour du stade du Roi Baudoin, il ne régnait que déception et frustration. Que ce soit ce groupe de joueurs d'un club de rugby hollandais venu en voisin ou ces jeunes Bruxelloises venues admirer les "Dieux du Stade", tous affichaient des mines déconfites. Des milliers de supporters tristes et amers. Mais aussi désireux de voir le Stade français tenter une nouvelle expérience dans un avenir proche. "Mais dites-leur d'organiser ça au mois de mai, nous a lancé ce quadragénaire belge planté devant l'entrée principale, son billet à la main. Vous verrez, Bruxelles, c'est encore plus joli au printemps. Et nous, on pourra voir le match cette fois-là." L'idée vaut sans doute son pesant de cacahuètes. Posons la question directement à Max Guazzini. "Alors Max, le Stade français de nouveau à Bruxelles, c'est pour quand ?""