Leinster Clermont Malzieu - AFP
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

La frustration selon Clermont

La frustration selon Clermont

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 09/04/2010 à 15:39
Le sort est décidément cruel pour Clermont qui ne méritait pas de perdre à Dublin. Défaits d'un point 28-29 sur le terrain du Leinster en quart de finale de H Cup, les Français ont payé au prix fort la déveine de leur buteur Brock James malgré un match extraordinaire et un triplé de Malzieu.

80e minute de jeu, dernière action d’une rencontre d’une rare intensité. Clermont est mené d’une petite longueur sur la pelouse du champion d’Europe en titre. Les avants auvergnats créent un ultime point de fixation sur les 22 mètres du Leinster. Brock James est en position… Il peut offrir à l’ASMCA sa première demi-finale européenne. Le ballon sort, il tente le drop mais celui-ci passe à droite des poteaux ! Certes, les hommes de Vern Cotter peuvent sortir du terrain dublinois et de la H Cup la tête haute. Mais assurément, ce sont bien les regrets et la frustration d’être passés tout près d’un exploit retentissant qui prédominent. En effet, les Auvergnats ne se sont pas contentés de rivaliser… Non, loin de tout complexe d’infériorité, ils se sont payé le luxe de prendre le dessus sur leurs adversaires durant une majeure partie du match.

Mais on ne devient jamais champion d’Europe par hasard. Et le Leinster l’a encore prouvé… L’expression peut paraître simpliste mais au final, la réalité est effrayante. Ce sont les Irlandais qui l’ont emporté ! Menés, acculés, bousculés par instants, notamment pendant les vingt premières minutes, les Irlandais ont par exemple regagné les vestiaires à la pause avec un confortable avantage (20-10) alors que les Auvergnats avaient réussi une entame parfaite. Dominateurs sur le plan physique, ils campaient dans la moitié de terrain locale et allaient concrétiser par un essai de Julien Malzieu (12e), bien servi par Aurélien Rougerie. Les hommes de Vern Cotter, qui menaient 10-0 après 17 minutes, pouvaient commencer à rêver…

Le triplé de Malzieu

Mais vingt minutes plus tard, les Français comptaient dix points de retard. La faute à deux essais de Jamie Heaslip et deux pénalités de Jonathan Sexton. Le froid réalisme d’un ténor continental ou l’art de profiter de chaque erreur de l’adversaire. Brock James ratait deux plaquages en deux minutes (22e et 24e). Le premier débouchait sur un coup de pied de Sexton. Le deuxième permettait à Brian O’Driscoll de servir Heaslip pour le premier essai irlandais. A la 34e, c’est Anthony Floch qui commettait une faute grossière. Il dégageait directement en touche après avoir entré le ballon dans ses 22 mètres. Résultat : touche à 5 mètres, bonne prise de balle, deux temps de jeu et… Doublé d’Heaslip !

Malgré le sursaut des champions d’Europe, les Clermontois ont eu le mérite de ne jamais abandonner. Bien au contraire. Julien Malzieu, décidément intenable, relançait totalement le match en seconde période… D’abord par un essai en bout de ligne à la 44e minute. Puis à la 62e, son adversaire direct Shane Horgan manquait sa réception, puis son dégagement était contré par… Julien Malzieu évidemment ! Ce dernier s’emparait du ballon et s’offrait un triplé. Surtout, il permettait à son équipe de reprendre les rênes de ce quart de finale. Mais à ce niveau de la compétition, tout est question de lucidité. Le moindre faux pas ne pardonne pas. Alors que les Irlandais se révoltaient à nouveau dans les 25 dernières minutes, Anthony Floch écopait d’un carton jaune (68e) lourd de conséquence.

James héros malheureux

Jonathan Sexton passait deux nouvelles pénalités et le chassé-croisé continuait (29-28 pour le Leinster). En face, Brock James ne connaissait pas la même réussite… Outre ses deux plaquages ratés, il a laissé en route 23 points au pied, dont trois drops (deux dans les cinq dernières minutes) ! Une statistique qui fait renaître de vieux démons dans les rangs clermontois. Les saisons se suivent et se ressemblent. L’ouvreur australien, impérial tout au long de l’exercice, a pris la fâcheuse habitude de passer à côté des grands rendez-vous. Les Auvergnats, en particulier les avants auteurs d’une performance incroyable, ont simplement été héroïques. Mais comme dans tout roman à suspense, il fallait un héros malheureux…