Chômeur, Régis Lespinas tente sa chance au pays des All Blacks

Sans club en France, Régis Lespinas a décidé de se lancer un défi de taille : réussir en Nouvelle-Zélande. En signant aux Magpies, il a réussi une partie de son challenge.

 
Chômeur, Lespinas tente sa chance au pays des All Blacks - RugbyIcon Sport
 

Non conservé par le club de Lyon à la fin de la saison, le demi d’ouverture, Regis Lespinas (28 ans), Briviste d’origine, avait décidé de tenter l’aventure à l’autre bout du monde: en Nouvelle-Zélande. Exit donc le rugby professionnel après avoir porté les couleurs de Brive, Montpellier, Montauban et du Lou.

Arrivé début juillet au pays des All Blacks, l’ancien joueur lyonnais a donc décidé de rejoindre le club amateur des Napier Old Boys Marist en espérant attirer l’attention d’une province et prendre part ainsi à l’ITM Cup. Et il ne lui aura pas fallu longtemps pour convaincre les dirigeants des Magpies de la province de Hawkes Bay. Après quelques matchs avec les Marist et des entrainements avec les Magpies, il a signé ce jeudi un contrat avec ces derniers. Une première étape importante alors que le club débute sa saison le 17 août dans le Championship (deuxième division néo-zélandaise).

Le Super 15 en 2014 ?

L’histoire de Regis Lespinas, c’est finalement celle des joueurs professionnels qui évoluent dans les différentes divisions françaises, de plus en plus nombreux à se retrouver sans contrat. La faute à l'arrivée massive de joueurs étrangers, diront certains, malgré la règle des Jiff. Peu utilisé dans l’effectif lyonnais, l’ouvreur avait déjà tenté en février det du temps de jeu en passant des essais à Gloucester. Malheureusement, l’essai dans le sud-ouest de l’Angleterre ne fut pas concluant et c’est donc vers le pays du long nuage blanc qu’il a décidé de poser ses valises.

De nombreuses franchises du Super 15 viennent chercher des joueurs dans la région de Hawke’s Bay dont les All Blacks, Zac Guildford et Israel Dagg, entre autres. De là à rêver de retrouver Regis Lespinas dans l’élite du rugby de l’hémisphère sud en 2014 ? C’est tout le mal que l’on peut souhaiter à celui qui deviendrait alors seulement le deuxième Français à jouer pour une équipe néo-zélandaise après Christian Califano (Aukland Blues) et le septième dans le championnat après Thierry Lacroix (Natal Sharks, Afrique du Sud), Olivier Roumat (Natal Sharks, Afrique du Sud), Laurent Cabannes (Western Province, Afrique du Sud), Frédéric Michalak (Sharks, Afrique du Sud) et Virgile Lacombe (Southern Kings, Afrique du Sud).

Après avoir pris "l’autoroute à contre-sens", Regis Lespinas est désormais en train de réussir un pari fou, guidé par l’envie de prouver qu'il a encore de belles années devant lui. Celui qui raconte désormais son quotidien via Twitter avec un hashtag évocateur (#Jiffenbalade) espère montrer la voie à d'autres joueurs sans club et pourquoi pas revenir en force en France, enrichi par une aventure au pays des Champions du monde.

Son tweet d'annonce

Regis Lespinas semble aimer la vie néo-zélandaise

Avec le maillot des Marist

Sous les couleurs des Magpies

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |