Icon Sport

Charlie Hebdo - Mourad Boudjellal: "On ne meurt pas comme ça, parce qu'on dit ce que l'on pense"

Boudjellal: "On ne meurt pas comme ça, parce qu'on dit ce que l'on pense"

Le 08/01/2015 à 14:26

Mourad Boudjellal s'est présenté en conférence de presse ce jeudi matin. Il a d'abord parlé (un peu) rugby avant d'évoquer l'attentat de Charlie Hebdo. Proche notamment de Charb, dont il a été l'éditeur, le président toulonnais s'est montré très affecté et empli d'émotions, notamment au moment d'évoquer ses origines et sa crainte de l'amalgame.

Quelle est votre réaction après cet attentat contre Charlie Hebdo ?

Mourad BOUDJELLAL: Cabu a eu deux personnages, le grand "Duduche" et le "Beauf". Je pense que ce sont des beaufs de l'Islam qui l'ont abattu. Des beaufs qui n'ont rien compris. Charlie Hebdo et Hara Kiri étaient très proches. Si cet événement s'était passé il y a quelques années, on aurait tué des mecs comme Coluche, le Professeur Choron ou Reiser. C'est le talent français. Ils ont été victimes d'une mort bête et méchante. Wolinski avait 80 ans, Cabu n'avait pas d'âge, c'était un adolescent éternel. Ce qui est impensable, c'est de pouvoir mourir criblé de balles en France. Ça n'existe pas dans notre pays. On ne meurt pas comme ça, parce qu'on est humoriste ou journaliste, parce qu'on dit ce que l'on pense. Au nom de personne on ne peut faire ça.

Une minute de silence est prévue par la Ligue avant les rencontres de ce week-end. Allez-vous rendre un hommage particulier aux victimes ?

M.B.: Si j'étais très proche de certaines victimes, je ne veux pas m'accaparer cette tristesse et dire que c'est la tristesse du RCT. Je n'ai pas cette légitimité, car le RCT appartient aux Toulonnais. Mais sur un sujet comme ça, tout le monde se sent très proche. On essaiera de rendre hommage. Mais en même temps, pour en avoir connu certains, dont Charb ou Cabu, ils auraient dit "il n'y a que les gros cons qui rendent hommage" . C'est pas du tout leur façon de voir les choses. Cependant, la plus belle façon de leur rendre hommage est d'éviter que les gens se déchirent et que leurs morts servent à rapprocher les gens. Que l'on obtienne l'effet inverse de ce que les assassins ont voulu.

" Le 11 septembre, ma fille en avait pris plein la gueule à l'école. Aujourd'hui, j'ai une autre fille de 11 ans, qui je le sais, va en prendre plein la gueule"

A titre personnel, craignez-vous un amalgame après cette attaque ?

M.B.: Je suis d'origine arabe comme les deux hommes dont j'ai vu la photo ce matin. Mes parents sont venus dans les années 50, je suis né en France, c'est mon pays. Ma guerre, ce ne sont pas les kalachnikovs, de croire en Dieu ou de dire que ma religion est meilleure qu'une autre. Moi, la guerre que j'ai menée est celle de l'intégration, de me faire accepter. J'ai voulu apporter quelque chose à ce pays, de dire j'amène quelque chose à la quote part de ce pays. Je suis heureux d'être Français, car la France est un grand pays qui peut être fier d'avoir des enfants issus de l'immigration. Aujourd'hui, je pense à ces crétins qui font beaucoup de mal, à ceux qui ont beaucoup de consonnes dans leur nom. Le 11 septembre, ma fille en avait pris plein la gueule à l'école. Aujourd'hui, j'ai une autre fille de 11 ans, qui je le sais, va en prendre plein la gueule car les gamins ne sont pas intelligents dans leur analyse, ils amalgament tout et on ne peut pas leur en vouloir. On va en prendre plein la gueule à cause de mecs qui ne mesurent pas, d'abord l'horreur de ce qu'ils font, et les conséquences pour les gens qui sont issus de l'immigration.

Les commentaires sont désactivés pour cette publication