Getty Images

RUGBY - CHAMPIONS CUP - Toulon, dernier avertissement sans frais ?

Dernier avertissement sans frais pour le RCT ?
Par Rugbyrama

Le 23/10/2017 à 14:55Mis à jour Le 27/10/2017 à 23:43

CHAMPIONS CUP - Quatre et quatre qui font huit. Après deux journées le RCT est invaincu et premier de sa poule de Champions Cup, à égalité de points avec Bath. Pourtant bien que précieuses, ces victoires n'ont en rien rassuré le groupe toulonnais, qui devra rapidement trouver un nouveau souffle.

Après deux journées de Champions Cup le RCT est co-leader de la poule 5 avec Bath et a assuré l'essentiel, à la fois à domicile face à un sérieux outsider et à l'extérieur chez un "petit", comme on a longtemps aimé surnommer les équipes modestes. Mais les Toulonnais se sont fait peur contre Llanelli (21-20) et ont arraché la victoire à la 82e minute contre Trévise (29-30). Le jeu ?

Des démarrages en fanfare (18-0 contre les Gallois à la 23e ; un essai de Semi Radradra dès la deuxième minute de jeu contre Trévise), mais de trop nombreuses approximations, de surprenantes maladresses et de cruelles baisses de régimes. Résultat, s'ils sont toujours en vie, et joueront en grande partie leur avenir européen en décembre, lors de la double confrontation face à Bath, les joueurs de Fabien Galthié ne se sont en rien rassurés avec cette coupure européenne.

François Trinh-Duc a passé la pénalité de la gagne, pour le RCT, à Trévise - Champions Cup - 21 octobre 2017

François Trinh-Duc a passé la pénalité de la gagne, pour le RCT, à Trévise - Champions Cup - 21 octobre 2017Getty Images

"Face à Trévise, on s’est vraiment fait une grosse frayeur. On parvient encore une fois à se faire peur, reconnaissait amer Fabrice Landreau. Face à cette équipe de Trévise vaillante, on a bien failli se battre tout seul. On a bafouillé notre rugby. On s’est crispé, on a perdu beaucoup de ballons. Une fois encore, on n’a pas su concrétiser nos actions et on a encore connu des passages à vide. On rate des plaquages, on se fait sanctionner en mêlée. Dans la possession du ballon, on accuse un déficit. En partant de là, ça devient compliqué. On se met à manquer de confiance. A tel point que l’adversaire nous passe devant au score et qu’on termine à poil."

Un bon début de saison, pourtant...

Et s'ils ont trouvé des ressources pour prendre le meilleur sur leurs rivaux du week-end, les Toulonnais ont une nouvelle fois attendu de se retrouver dos au mur pour se libérer, et n'ont pas fait preuve de la maîtrise suffisante pour redevenir un candidat naturel au titre. Les Saracens, le Leinster ou même les Rochelais, qui ont récité leur rugby lors des deux premières journées, ont-ils été impressionnés par les deux victoires minimalistes, du RCT ? Difficile à croire.

Tuisova (RCT) marque un essai face à Trévise - Champions Cup - 21 octobre 2017

Tuisova (RCT) marque un essai face à Trévise - Champions Cup - 21 octobre 2017Getty Images

Malgré tout, avec ces deux avertissements frais, et même s'ils auraient sans aucun doute préféré terminer ce premier bloc continental avec neuf ou dix points, les Toulonnais sont partis sur de bonnes bases arithmétiques. Dans une compétition où chaque défaite peut être éliminatoire, les victoires, mêmes restrictives − tant par le jeu que le score − sont précieuses. Un constat fait par le capitaine, Mathieu Bastareaud, à l'issue du déplacement en Italie : "Ce n'est pas un chemin de croix. Beaucoup d'équipes aimeraient avoir deux victoires comme nous". Certes.

Maintenant, Toulon va devoir se retrouver. Et vite. Les joueurs ne pourront pas se permettre de jouer les rois du suspense tout au long de la saison. Et s'ils comptaient sur cette coupure européenne pour se rassurer, c'est désormais via le Top14 qu'ils comptent réaffirmer leur bonne santé. Car oui, le RCT est en bonne santé. Après neuf rencontres, les Toulonnais comptent six victoires et deux défaites bonifiées, sont invaincus en Europe et à Mayol, sont sixièmes en Top 14. Honorable, d'autant que les joueurs de Fabien Galthié ont déjà croisé le fer avec Montpellier, Toulouse, Clermont, La Rochelle ou évidemment Llanelli.

Brive et Agen pour se rassurer ?

Maintenant s'il ne faut en aucun cas tirer la sonnette d'alarme, les coéquipiers de Guilhem Guirado devront impérativement retrouver leur forme dans le jeu courant. "Une remise en question s’impose, affirmait justement le capitaine du XV de France samedi. Pourquoi ces grains de sable se mettent dans la machine, pourquoi on se montre aussi fébriles, pourquoi a-t-on failli, pourquoi on ne joue pas bien en équipe ? On a une bonne étoile au-dessus de nos têtes". C'est désormais par une réception de Brive (14e) et un déplacement à Agen (13e) que les Toulonnais devront réaffirmer leur rugby. Vous avez-dit facile ? N'oubliez pas qu'une défaite à domicile contre Grenoble − l'un des fameux "petits" − en janvier 2014 a mis le RCT sur la route du doublé cinq mois plus tard. Parce qu' "ici, tout est différent"...

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

0
0