Getty Images

RUGBY - CHAMPIONS CUP - Toulon encore poussif, mais encore roi du money time

Toulon encore poussif, mais encore roi du money time

Le 21/10/2017 à 18:09Mis à jour Le 22/10/2017 à 00:27

CHAMPIONS CUP - Nouvelle victoire d'un point pour le RCT ! Toulon s'est imposé à Trévise, samedi (30-29), au bout du suspense. François Trinh-Duc a inscrit la pénalité de la gagne dans les arrêts de jeu. Les Varois continuent d'être poussifs... mais continuent d'engranger. Ils sont deuxièmes de leur poule, à égalité de points avec Bath, leur prochain adversaire.

Le RCT revient de loin. Tout s'est joué sur une mêlée au-delà du temps additionnel. Avec Bastareaud en troisième ligne, les Toulonnais sont allés arracher une pénalité. Celle de la gagne que Trinh-Duc passait entre les poteaux à la 82e minute de jeu pour offrir la victoire (29-30) à un RCT toujours plus inquiétant.

Avant cette fin à suspense, Radradra et Tuisova avaient marqué pour Toulon sur des actions individuelles. Les Italiens ont répondu par Gori et Brex. Le reste de la marque s'est partagé entre McKinley et Trin-Duc au pied. Toulon peut souffler avec quatre points pris mais ajoute encore beaucoup de questions quant à son niveau de jeu.

Faillite collective

Toulon est passé tout proche de la faute professionnelle. Difficile de trouver d'autres mots pour décrire la prestation du RCT. Dépassé dans l'envie et l'intensité, Toulon doit sa victoire à ses deux fidjiens et à la botte de quasi impériale de François Trinh-Duc. Des actions individuelles qui symbolisent parfaitement le non match des varois face aux Italiens de Trévise. Des transalpins certes valeureux, mais ce n'est pas leur faire offense que de dire qu'il ne s'agit pas non plus des Saracens...

Déjà inquiétant la semaine dernière, Toulon n'a fait que confirmer les doutes et a failli collectivement dans tous les secteurs de jeu. Les plus optimistes retiendront la force de caractère qui a permis aux varois d'aller chercher la pénalité de la gagne sur une ultime mêlée. Mais c'est bien là le minimum syndical.

Edoardo Gori (Benetton Trévise), face au RCT - 21 octobre 2017

Edoardo Gori (Benetton Trévise), face au RCT - 21 octobre 2017Getty Images

Radradra et Trinh-Duc comme éclaircie

Dans ce marasme, difficile de trouver des satisfactions du côté toulonnais. On retiendra cependant la bonne performance de Semi Radradra. Sur son premier ballon du match, le Fidjien a traversé la moitié du terrain et s'est amusé des italiens pour faire étalage de sa vitesse et de sa puissance et inscrire son premier essai sous la tunique toulonnaise. On l'a vu à nouveau à l'initiative durant la rencontre. Une bonne nouvelle, surtout que Toulon a vu son autre fidjien quitter prématurément la pelouse. Après son essai, Tuisova a semblé trainer la patte, avant d'être remplacé par Bonneval.

Dernier point positif pour le RCT : le match de François Trinh-Duc. Difficile de le juger dans le jeu avec une équipe à l'envers à ses côtés, mais l'ouvreur a su répondre présent face aux poteaux et dans son jeu au pied tout au long du match. Toulon respire mais inquiète toujours autant.

0
0