AFP

COUPE D'EUROPE - Flashback : Il y a 20 ans, Brive était champion d'Europe face à Leicester

Flashback : Il y a 20 ans, Brive était champion d'Europe...

Le 25/01/2017 à 11:25

CHAMPIONS CUP - Jamais sacré champion de France, le CA Brive affiche pourtant une sublime étoile sur son maillot, celle de champion d'Europe 1997. Une épopée qui a commencé par une qualification en remportant le Challenge Yves-du-Manoir et qui s'est achevée, il y a pile vingt ans, par une finale d'anthologie face aux Leicester Tigers.

Dans les tribunes, les 11 500 spectateurs sont gelés comme la pelouse du stade Charlety. Les officiels ont eu beau faire jouer des enfants en lever de rideau afin de casser la pelouse figée par les températures négatives, cela n'a servi à rien. Il faut se rendre à l'évidence : ce 27 janvier 1996, le terrain de Charlety qui doit accueillir la finale du challenge Yves-du-Manoir entre Brive et la Section paloise est impraticable. "Du carrelage", fustigent des joueurs. "Du verglas", glissent d'autres.

Mais c'est une finale et elle est diffusée alors elle va se tenir coûte que coûte. Les joueurs patinent en crampons, les doigts s'engourdissent et le match est d'un ennui mortel mais il fera le bonheur du CA Brive : grâce à deux drops d'Alain Penaud, le club corrézien domine Pau (12-6) et s'offre le premier titre national de son histoire. Plus qu'un titre, un acte fondateur : ce 27 janvier, le CAB valide sa qualification pour la deuxième édition de la Coupe d'Europe que les clubs anglais s'apprêtent à intégrer. Un acte fondateur parce que presque un an plus tard, jour pour jour, Brive - qui a entre temps perdu une quatrième finale du championnat de France contre Toulouse - parviendra au sommet de l'Europe.

Alain Penaud - Brive - 25/01/1997

Alain Penaud - Brive - 25/01/1997AFP

Brive face à une montagne

Une date, un lieu : 25 janvier 1997, Arms Park de Cardiff . Et surtout, un adversaire : les Tigers de Leicester, référence du rugby anglais. Vice-champion en Courage League en 1996, armé d'un budget de 6,1 millions d'euros colossal pour l'époque et d'une constellation d'internationaux - parmi lesquels Back, Greenwood, Underwood, Richards, Johnson, Rowntree - , Leicester, entraîné par Bob Dwyer - le coach des Wallabies champions du monde en 1991 - a éliminé le Stade toulousain, champion en titre, en demi-finale.

Certes, les Brivistes ont réussi un parcours sans faute : premiers de la poule C devant les Harlequins avec 4 victoires en 4 matches (13 essais marqués, 8 encaissés) malgré une frayeur contre les Ecossais de Caledonia Rugby (32-30), ils ont écarté Llanelli en quart de finale puis Cardiff en demie.

Sebastien Viars - Brive - 25/01/1997

Sebastien Viars - Brive - 25/01/1997AFP

Mais à l'Arms Park, c'est la formation des Midlands qui s'avance dans la posture du géant. Question d'atmosphère déjà. Le stade qui affiche 46 000 spectateurs est paré de vert et de rouge. Dans les vieilles tribunes qui ont vu défiler l'histoire du rugby, les Corréziens ne font pas le poids. Sur le terrain, à première vue, le CA Brive non plus : dans le XV majeur, cinq Brivistes seulement ont une carte d'international (Viars Lamaison, Venditti, Penaud et Carbonneau). Quant au pack corrézien, il rend cinquante kilos à son adversaire : 811 contre 863 pour les Tigers…

Un combat de titans

Cela tient du défi ultime. Mais les Brivistes de Laurent Seigne et Pierre Montlaur vont le relever superbement. Un début de match comme dans un rêve : sur une pénalité, Lamaison ouvre le score (3-0 ; 4e) puis sur le renvoi, Viars sonné d'entrée de jeu à la réception d'une chandelle, retrouve ses esprits pour assommer les Tigers. Kakala perce, Carbonneau suit et décale Viars qui marque un essai de funambule (8-0 ; 5e). Ensuite c'est un combat de titans. Face à une équipe briviste en état de grâce, Leicester s'accroche et prend même l'avantage (8-9 ; 54e). Ça ne sera l'affaire que de quelques secondes. Sur le renvoi, le ballon récupéré par Laurent Travers est écarté et sur l'aile opposée, Gérald Fabre signe une superbe numéro pour replacer Brive devant…

Leicester est KO. L'ailier Carrat, sensation de cette édition, met la touche finale en inscrivant un doublé pour donner au score l'ampleur méritée au vu du caractère sublime du jeu briviste : 28-9, le CAB qui n'avait jamais touché le Brennus, met la main sur la Coupe d'Europe. "Fabuleux", admettra Alain Penaud. Il y a eu des moments d'intense bonheur. "Il y a toujours eu la pression sur nous. Mais, parfois, on a pratiqué un rugby… Comment dire ? Presque parfait. Oui, c'est ça, presque parfait !"

0
0