Camille Lopez, l'ouvreur de Clermont face à Bordeaux-Bègles - Icon Sport
Champions Cup

Champions Cup - Pour Clermont, plus question de faire des calculs

Pour Clermont, plus question de faire des calculs
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/01/2016 à 18:26 - Publié le 20/01/2016 à 18:26
Par Julien TEILLER - Le 20/01/2016 à 18:26

Deuxième de sa poule, Clermont veut arracher sa qualification pour les quarts de finale ce dimanche. Les Auvergnats veulent battre Bordeaux avec le bonus pour s'éviter tout calcul, et ne pas dépendre de leurs concurrents.

C'est une situation que Clermont n'a plus vécue depuis trois saisons. Quart de finaliste à domicile lors des trois dernières éditions de la Coupe d'Europe, l'ASM avait à chaque fois validé sa qualification avant la dernière journée de poules. Cette année, dans un groupe (Ospreys, Bordeaux, Exeter) qui semblait abordable, Clermont devra lutter jusqu'au bout pour arracher une place en quarts. Battus à Exeter et vendredi dernier sur la pelouse des Ospreys, l'équipe auvergnate est au pied du mur à l'aube de la dernière journée.

Objectif bonus offensif

Comme tout est encore possible dans cette poule où les quatre équipes se tiennent en cinq points, les Clermontois ne perdent pas de temps à faire des calculs. "Pour être encore en course après ce weekend, il faut une victoire, et certainement bonifiée", résume l'entraîneur Franck Azéma. Une victoire avec le bonus offensif contre Bordeaux enverrait à coup sûr Clermont en quarts, soit comme premier de poule, soit en tant que meilleur deuxième.

Wesley Fofana (ASM Clermont) face aux Ospreys - 15 janvier 2016
Wesley Fofana (ASM Clermont) face aux Ospreys - 15 janvier 2016 - AFP

Deux points derrière les Ospreys, les Clermontois pourraient aussi se contenter d'une simple victoire, associée à une défaite des Gallois (à 1 ou 0 point) à Exeter, pour terminer premiers de la poule et se qualifier. Inversement, en cas de victoire des Ospreys, Clermont pourrait terminer au mieux second. Enfin, s'ils sont battus par Bordeaux, les Auvergnats feraient, sauf petit miracle, une croix sur la Coupe d'Europe.

Pas encore qualifiés, les Auvergnats ne se préoccupent pas de savoir où et contre qui ils pourraient jouer s'ils valident leur ticket, mais le quart au stade Michelin paraît bien improbable. Les Saracens, Leicester et le Racing sont hors de portée, et termineront aux trois premières places. Il ne reste plus qu'une infime chance de terminer quatrième du général, et de recevoir en quart de finale. Elle se jouera entre les Ospreys, Toulon, les Wasps, le Stade français et Clermont. Moins bien classés des cinq, les Auvergnats de Franck Azéma n'y croient plus. "La vraie déception, ce serait de ne pas se qualifier. Mais si cette année on mérite un quart de finale, ce sera certainement à l'extérieur".

Daniel Kotze et Wesley Fofana (Clermont) tentent de faire tomber Paul James (Ospreys)
Daniel Kotze et Wesley Fofana (Clermont) tentent de faire tomber Paul James (Ospreys) - Icon Sport

Clermont ne cache pas ses lacunes

Dans le dur depuis trois mois, imprécis dans le jeu et inconstants dans leurs performances, les Clermontois ne méritent pas mieux. Incapables de gagner trois matches de suite, les joueurs et le staff assument, et veulent au moins sauver les meubles dimanche, pour ne pas faire une croix sur le premier objectif de leur saison. "On va tenter d'accrocher cette qualification parce que tout le groupe a envie d'aller plus loin. A moins que l'on se mente depuis le début de la saison, on en a tous l'ambition", espère le talonneur Benjamin Kayser. "Pour l'instant, les critiques sont justifiées parce qu'on n'a pas rempli les objectifs qu'on s'est fixés. Faisons un grand match dimanche et on fera les comptes à la fin".

A défaut d'être constante, l'ASM a prouvé qu'elle savait réagir, et son deuxième ligne Paul Jedrasiak est persuadé qu'elle saura le faire ce weekend, dans ce vrai rendez-vous couperet. "Quand on a la pression, on arrive à faire de gros matches donc à nous de faire le boulot. On va travailler très dur cette semaine et essayer de sortir grands de ce match contre Bordeaux-Bègles".

La charge de Paul Jedrasiak (Clermont) contre Brive
La charge de Paul Jedrasiak (Clermont) contre Brive - Icon Sport

Bordeaux encore dans le coup ?

Finalement, le fait que Bordeaux ait un mince espoir de qualification en cas d'exploit à Clermont rend les choses plus simples. Les Clermontois devront s'employer pour déborder une équipe libérée de toute pression. "Ils ont accumulé de la confiance et je pense qu'ils auront envie de faire un gros match ici", prévient Azéma. Vainqueurs d'Exeter le weekend dernier, les Bordelo-Béglais ont montré qu'ils étaient dignes d'une Champions Cup qu'ils découvrent cette saison. "Je pense qu'ils ont pris goût à cette compétition et qu'ils la respectent, et ils vont venir pour jouer le coup à fond", alerte Benjamin Kayser.

C'est déjà la troisième fois cette saison que Clermont affronte Bordeaux-Bègles. Pour un nul et une victoire. Pour éviter une immense désillusion ce weekend, Azéma attend ses joueurs sur deux secteurs. "Il faudra très bien défendre parce que c'est une équipe capable de beaucoup produire. Et il faudra garder le ballon, et mieux maîtriser qu'à Swansea où on a perdu 23 ballons au contact !"

Yann Lesgourgues sert Ole Avei (Bordeaux-Bègles) face à Exter - 16 janvier 2016
Yann Lesgourgues sert Ole Avei (Bordeaux-Bègles) face à Exter - 16 janvier 2016 - AFP

Et puisque ce sera probablement déjà le dernier match européen de la saison au stade Michelin, les Clermontois doivent retrouver de l'allant et redonner le sourire à leurs supporters. Benjamin Kayser comprend la frustration et les doutes nés de cette saison qui ne décolle pas. "Les supporters regrettent, mais nous aussi. Parce que c'est un partage et que ça nous fait plaisir d'être soutenus par un véritable seizième homme. Nous sommes les premiers déçus mais tout le monde nous pardonnera si on va le plus loin possible dans cette compétition". L'avenir se joue dimanche, et Clermont n'a plus de joker.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×