Icon Sport

Champions Cup - Cette défaite contre l'Ulster, les Oyomen l’ont encore en travers de la gorge

Cette défaite contre l'Ulster, les Oyomen l’ont encore en travers de la gorge

Mis à jourLe 14/01/2016 à 17:00

Publiéle 14/01/2016 à 16:59

Mis à jourLe 14/01/2016 à 17:00

Publiéle 14/01/2016 à 16:59

Article de Julien Plazanet

COUPE D'EUROPE - Battus devant leur public par l’Ulster alors qu’ils menaient largement à la pause, les Oyonnaxiens ont concédé un quatrième revers en Champions Cup. Il leur reste désormais deux duels face au Stade toulousain, ce samedi (16h15), et à nouveau contre les Irlandais pour ne pas terminer fanny. Alors oui priorité au Top 14, mais l’honneur doit être sauf.

La défaite concédée dimanche dernier face à l’Ulster (23-24) à Charles-Mathon a forcément laissé un goût amer aux Oyomen qui menaient (doit-on le rappeler ?) 23-0 à la pause ! Ils ont quitté le terrain sous la haie d’honneur des Ulstermen et avec la récompense d’homme du match pour Pierrick Gunther mais il fallait accepter la défaite. "C’est sûr qu’il y a une grosse déception mais c’est plus un bien qu’un mal" , commente le troisième ligne très en vue durant cette rencontre, qui veut sortir le positif d’un match maitrisé pendant… 40 minutes.

La haie d'honneur de l'Ulster pour les joueurs d'Oyonnax
La haie d'honneur de l'Ulster pour les joueurs d'Oyonnax - Icon Sport

Oyonnax réfute l’hypothèse du zéro pointé

Deux points de bonus défensifs (contre Toulouse et l’Ulster), c’est le bilan qu’affiche pour le moment l’USO et si la qualification n’a jamais été une ambition, ce total n’est pas synonyme de parcours satisfaisant. "On avait coché le match de l’Ulster pour ne pas finir la compétition avec le zéro pointé" , reconnaît l’entraineur Johann Authier. Pour "montrer que l’on n’y est pas pour rien en Coupe d’Europe, que nous ne sommes pas les petits et que l’an dernier, ils ne se sont pas battus pour rien. On voulait mettre tout le monde d’accord et on va essayer de se rattraper contre Toulouse" , poursuit Pierrick Gunther.

"Mais je sais que l’on va gagner un match de Coupe d’Europe. Je ne suis pas inquiet plus que ça et je suis même confiant" , rassure l’ailier Silvère Tian. La déception est ainsi perceptible comme le sentiment de revanche face à un adversaire qui n’a désormais plus trop de secrets…

Silvère Tian (Oyonnax) - Septembre 2015
Silvère Tian (Oyonnax) - Septembre 2015 - Icon Sport

De la bonne humeur à l’entrainement

Les sourires étaient tout de même de mise cette semaine pour préparer la réception des Toulousains. Une bonne ambiance régnait lors des différents exercices car même si l’on a perdu, la confiance commence à revenir" , lance Silvère Tian. Les regrets sont bel et bien là mais il y a "beaucoup de points positifs ! On marque deux essais, en première période notre défense était très bien en place et cela faisait longtemps que l’on n’arrivait pas à lancer notre jeu" , poursuit-il.

Sauf que Johann Authier tempère : "On ne doit pas occulter le fait que l’on a perdu le match. On doit haïr la défaite, qui plus est quand on est au stade Mathon. On a encore tout à prouver malgré cette bonne première période qui est un vrai motif de satisfaction". Un collectif semble enfin se dégager de ce groupe et "la Coupe d’Europe nous a permis de retrouver tout ça, notre appétit et notre envie" , analyse Silvère Tian.

Johann Authier (Oyonnax) - décembre 2015
Johann Authier (Oyonnax) - décembre 2015 - Icon Sport

Authier: "J’espère être en difficulté pour faire l’équipe face au Racing"

Alors que se profile le déplacement au Racing 92 fin janvier, Johann Authier prévient que "c’est le Racing qui va compter et pas la Coupe d’Europe mais on se doit de faire ces deux matches avec le plus grand appétit qui soit. J’espère être en difficulté pour faire l’équipe au Racing parce que cela voudra dire que beaucoup de joueurs m’auront prouvé des choses".

Toulouse samedi, cela fait dire au technicien que "c’est un match sans enjeu mais un bon match pour continuer à travailler, à construire sur le jeu" et ainsi conforter cette volonté de se recentrer sur les bases : être fort en mêlée, en touche, en défense et avoir un buteur efficace. L’USO a montré qu’elle était capable de faire de belles choses, d’appliquer un plan de jeu efficace et si l’enjeu d’une place de titulaire en championnat "n’est pas une source de motivation, je me demande bien ce qui peut l’être" , conclut Johann Authier.

0 commentaire
Vous lisez :