Romain Sola - 26.07.2013 - Brive Montpellier -Match Amical - 20132014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
European Challenge Cup

1/4 finale Amlin Cup - Bath-Brive (39-7) - Brive a pris le bouillon

Brive a pris le bouillon

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/04/2014 à 17:17 -
Par Clément Mazella - Le 06/04/2014 à 17:17
Il n'y aura pas de Français en demi-finales d'Amlin Cup après le lourd revers de Brive à Bath (39-7). Les Anglais ont su plier l'affaire dans le premier acte.
 

Le Challenge Européen n’a visiblement guère de crédit pour les clubs de l’Hexagone. Comme le Stade français, Brive a complètement bradé son quart de finale d’Amlin Cup, et subi la punition logique de Bath (39-7). Avec Julien Le Devedec comme seul rescapé de la belle victoire corrézienne contre Clermont lors du derby samedi dernier, il ne pouvait de toute façon en être autrement face au quatrième de Premiership. Les remplaçants coujous n’ont pas fait illusion contre une équipe qui a pris d’entrée de match le monopole du jeu, et qui a inscrit six essais contre un seul pour le CABCL. Il n’y aura donc pas de club français en demi-finale du Challenge Européen cette année.

Il n’y avait clairement pas photo ce dimanche entre les deux équipes, séparées par un gouffre. Concassés en mêlée, fébriles en défense et dominés dans l’engagement et les impacts, les Corréziens n’ont jamais donné l’impression de pouvoir lutter face aux Anglais. Sans la maladresse presque gênante du jeune demi d’ouverture George Ford (6e, 10e, 34e, 36e), l’addition aurait pu être encore plus corsée dans une première période synonyme de cauchemar pour les hommes de Nicolas Godignon et Philippe Carbonneau. Assuré de la victoire avec un cinglant 39-0 dès la 50e minute, Bath se relâchait logiquement, permettant à son adversaire se sauver quelque peu l’honneur grâce à Kieran Murphy (65e).

Agulla se rappelle aux bons souvenirs de la Corrèze

Si les Anglais dans leur ensemble se sont régalés face à une très faible opposition, un joueur a un peu plus tiré son épingle du jeu. Passé par le CAB entre 2008 et 2010, Horacio Agulla a joué un bien vilain tour à son ancienne formation. Un hat-trick (9e, 35e, 49e) en guise de cadeau de retrouvailles, avec en point d’orgue une fulgurance qui a amené le quatrième essai de Bath (35e). Un coup d’accélérateur aussi fatal qu’impressionnant, à l’image de la rencontre: les Brivistes ne pouvaient pas suivre.

Pratiquement assuré de conserver sa place dans l’élite du rugby français, le CABCL, à trois points du Stade toulousain sixième, espère peut-être secrètement accrocher le wagon des phases finales. Cela paraît la seule explication plausible pour lâcher de façon aussi significative un quart de finale de coupe d’Europe. Avec une belle raclée dans les valises, Brive en termine avec son aventure européenne. Il retrouvera samedi prochain le Stade toulousain, également les fesses rougies par le Munster ce week-end. Lui avait quand même joué le jeu…

 
 

commentaires


  • fred98508/04/2014 09:53

    Voilà un vrai et bel article de Charles VIGIER, réaliste, renseigné et bien analysé: "Battu en quart à Bath (39-7), le CAB a utilisé l’Europe comme revue d’effectif" Dès l’intersaison, le staff briviste avait décidé d’opter pour un gros roulement entre le Top 14 et le Challenge Européen. Au final, avec une qualification en quarts, et de nombreux jeunes joueurs alignés, l’opération a été enrichissante. Sept matchs… Pour certains des dépucelages, pour d'autres des tremplins… pour tous, des auditions. La première volonté du staff briviste, en écartant de l'effectif européen une dizaine de cadres, était sans doute pragmatique : Éviter toute consommation d'énergie superflue en dehors d'un Top 14 déjà assez usant. Mais ce choix brillait d'une autre vertu : celle de passer au révélateur bon nombre de joueurs. Jeunes, inexpérimentés, outsiders dans la concurrence à leur poste… Là où le Top 14, avec ses exigences, ne leur offre que trop peu d'occasions d'entrer sur la pelouse, le Challenge aura été leur terrain d'expression, avec des degrés divers de réussite… ou d'échecs. Ils ont découvert le monde pro: Trois jeunes Brivistes ont pu, grâce à cette compétition, faire leurs toutes premières armes en pro : Anderson Neisen, Yusuf Tuncer et Victor Lebas. Ce dernier a livré des prestations encourageantes, notamment à Bath, en deuxième ligne, en face d'Attwood, sacré client. Pour les deux autres, l'apprentissage en accéléré ne pourra être que bénéfique. Laranjeira, Lebas, Mafi, Murphy… Coups gagnants. Ils se sont révélés: Arrivé dans l'anonymat, le troisième ligne gallois, Kieran Murphy, a été très régulier dans la performance. Le jeu ouvert et aéré lui a collé à ravir, (il est un des joueurs qui a réalisé le plus grand nombre de courses avec ballon dans la compétition), et fut récompensé d'un essai, le seul de Brive, à Bath. Autre satisfaction, Damien Lavergne a réussi des bonnes prestations dans l'engagement, le jeu, en se montrant très actif et disponible. Par séquences, Louis Acosta a aussi montré de belles dispositions. Baptiste Delage, dans son style combattant, a montré qu'il avait des qualités qui devraient lui permettre de faire sa place dans le rugby professionnel. Ils se sont relancés: Joueur le plus utilisé dans la compétition, Thomas Laranjeira est peut-être le plus grand gagnant du Challenge. Solidement installé au centre, il en a profité pour retrouver aussi la confiance dans les tirs aux buts, après une période compliquée en Pro D2. Au sortir des fenêtres européennes, il a pu embrayer par des titularisations à domicile contre des grosses écuries : Toulouse et Toulon. Peu utilisé sur la première partie du Top 14, Thomas Sanchou a profité de bonnes performances européennes début janvier pour se relancer dans la concurrence, notamment au centre. Alfie Mafi aura lui aussi profité du Challenge pour se faire une santé. Arrivé hors de forme à Brive, il a retrouvé des sensations grâce au Challenge, et a pu ensuite embrayer avec succès sur le Top 14, où il offrit à son équipe des actions de grande classe, contre le Stade Français et Clermont. Ils n'ont pas saisi leur chance: Les Fidjiens Galala et Naikatini n'ont pas crevé l'écran, spécialement à Bath. La justesse technique, pour le premier, et l'engagement, pour le second, ont fait défaut."

  • fred98508/04/2014 09:36

    Encore @ Anthony TALLIEU Voici l'interview d'après match d'un des joueurs "Espoirs" Briviste qui a joué le match d'hier: "Baptiste Delage (3/4 centre Espoirs du CAB): On a fait sept matchs de Challenge et c’était l’occasion de se montrer, de prouver qu’on peut avoir notre place. Cette compétition sert de rampe d’accès et le but est de s’en servir pour accrocher des rencontres de Top 14. Là, on a vu qu’il nous manque encore du travail. Entre les Crabos et les espoirs champions de France, le club possède deux bonnes générations et a décidé de s’appuyer dessus. Ça fait plaisir." Vous comprenez mieux maintenant la philosophie du staff qui était à l'origine de ces compositions d'équipes ?

  • jeiza08/04/2014 07:37

    Oui alors déjà un point ce serait idéal...