Romain Sola - 26.07.2013 - Brive Montpellier -Match Amical - 20132014 - Icon Sport
 
European Challenge Cup

1/4 finale Amlin Cup - Bath-Brive (39-7) - Brive a pris le bouillon

Brive a pris le bouillon

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/04/2014 à 17:17 -
Par Clément Mazella - Le 06/04/2014 à 17:17
Il n'y aura pas de Français en demi-finales d'Amlin Cup après le lourd revers de Brive à Bath (39-7). Les Anglais ont su plier l'affaire dans le premier acte.
 

Le Challenge Européen n’a visiblement guère de crédit pour les clubs de l’Hexagone. Comme le Stade français, Brive a complètement bradé son quart de finale d’Amlin Cup, et subi la punition logique de Bath (39-7). Avec Julien Le Devedec comme seul rescapé de la belle victoire corrézienne contre Clermont lors du derby samedi dernier, il ne pouvait de toute façon en être autrement face au quatrième de Premiership. Les remplaçants coujous n’ont pas fait illusion contre une équipe qui a pris d’entrée de match le monopole du jeu, et qui a inscrit six essais contre un seul pour le CABCL. Il n’y aura donc pas de club français en demi-finale du Challenge Européen cette année.

Il n’y avait clairement pas photo ce dimanche entre les deux équipes, séparées par un gouffre. Concassés en mêlée, fébriles en défense et dominés dans l’engagement et les impacts, les Corréziens n’ont jamais donné l’impression de pouvoir lutter face aux Anglais. Sans la maladresse presque gênante du jeune demi d’ouverture George Ford (6e, 10e, 34e, 36e), l’addition aurait pu être encore plus corsée dans une première période synonyme de cauchemar pour les hommes de Nicolas Godignon et Philippe Carbonneau. Assuré de la victoire avec un cinglant 39-0 dès la 50e minute, Bath se relâchait logiquement, permettant à son adversaire se sauver quelque peu l’honneur grâce à Kieran Murphy (65e).

Agulla se rappelle aux bons souvenirs de la Corrèze

Si les Anglais dans leur ensemble se sont régalés face à une très faible opposition, un joueur a un peu plus tiré son épingle du jeu. Passé par le CAB entre 2008 et 2010, Horacio Agulla a joué un bien vilain tour à son ancienne formation. Un hat-trick (9e, 35e, 49e) en guise de cadeau de retrouvailles, avec en point d’orgue une fulgurance qui a amené le quatrième essai de Bath (35e). Un coup d’accélérateur aussi fatal qu’impressionnant, à l’image de la rencontre: les Brivistes ne pouvaient pas suivre.

Pratiquement assuré de conserver sa place dans l’élite du rugby français, le CABCL, à trois points du Stade toulousain sixième, espère peut-être secrètement accrocher le wagon des phases finales. Cela paraît la seule explication plausible pour lâcher de façon aussi significative un quart de finale de coupe d’Europe. Avec une belle raclée dans les valises, Brive en termine avec son aventure européenne. Il retrouvera samedi prochain le Stade toulousain, également les fesses rougies par le Munster ce week-end. Lui avait quand même joué le jeu…

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×