Challenge Européen

Lagisquet: "Doués pour nous compliquer les matchs..."

Après la qualification de son équipe en demi finale de l'Amlin Cup, le directeur sportif du Biarritz Olympique Patrice Lagisquet déplorait le manque de finition des siens, qui ne leur a pas permis de tuer la partie face aux Wasps (26-23). Yachvili a donné la victoire au BO sur une dernière pénalité.

 
Lagisquet sur sa réserve - Rugby - Challenge EuropéenIcon Sport
 

La qualification est au bout de ce dôle de match contre les Wasps. Mais votre équipe s'est fait très peur, la faute à un certain manque de finition...

Patrice LAGISQUET : C'est le moins que l'on puisse dire ! (sourire) Cela avait commencé en première mi-temps, avec cet en-avant de Wenceslas Lauret sans opposition en bout de ligne, et ce deux contre un que Iain (Balshaw) ne joue pas avec Takudzwa Ngwenya. Mais malgré tout, nous obtenons quatorze points d'avance, et nous sentions les Anglais à bout. Et puis, il y a eu comme une extinction des feux. Sur une bonne séquence, nous nous séparons du ballon au pied et nous encaissons un essai. Nous manquons le renvoi qui ne fait pas dix mètres, et nous en prenons un deuxième dans la continuité, après avoir raté sur une action autant de plaquages que sur tout le match.

Le positif est que vous avez néanmoins su reprendre le fil du match après vous être faits remonter quaorze points.

P.L. : C'est vrai que malgré tout ça, nous sommes bien revenus dans le match, au point de manquer une dernière occasion avec un en-avant de Florian Faure seul en bout de ligne. Un en-avant qui a permis aux Wasps de jouer un dernier ballon depuis leur en-but...

Justement, sur cette action, les Anglais ont remonté près de cinquante mètres avant que votre défense se réorganise. Durant ces arrêts de jeu, étiez-vous inquiet d'une éventuelle dernière défaillance, ou d'une faute qui aurait pu offrir le nul aux Anglais ?

P.L. : Inquiet, oui, forcément, parce qu'il peut toujours y avoir un plaquage manqué... Mais je ne m'en faisais pas trop car sur la fin du match, nous étions de nouveau bien défensivement, en fermant bien les plaquages.

Au final, que faut-il retenir de cette qualification ?

P.L. : Il faut retenir avant tout le positif, ces deux essais marqués et ces trois occasions plus que nettes. Par rapport au match livré contre Clermont, les séquences de jeu étaient de meilleure facture, même si l'adversaire n'était pas le même non plus. En touche, nous avons eu quelques difficultés, car les absences de Jérôme Thion et Imanol Harinordoquy nous ont quelque peu pénalisé. Mais au final, hormis ces deux minutes complètement manquées, nous avons plutôt maîtrisé notre partie.

Le BO vient d'enchaîner sa cinquième victoire consécutive. Une sixième est-elle indispensable dans le derby ?

P.L. : Mathématiquement, il nous manque une victoire pour nous maintenir. Donc pour nous, ce derby n'est pas un match couperet. Le gagner nous permettrait sûrement de nous libérer par rapport au maintien, et de ne penser plus qu'à cette Coupe d'Europe.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |