Challenge Européen

Paillaugue : "Aller chercher la victoire"

Montpellier, en passe de se qualifier pour les phases finales du Top 14, doit aussi effectuer un quart de finale de Challenge européen ce vendredi soir face au Stade français (20h45). Malgré une équipe remaniée, le demi de mêlée Benoit Paillaugue assure que ses coéquipiers joueront le coup à fond.

 
Aller chercher la victoire - Rugby - Challenge EuropéenIcon Sport
 

Que ressentez-vous à l'instant de revenir jouer au Stade français, votre ancien club, titulaire au poste de demi de mêlée et capitaine du MHR ?

Du plaisir. Ce match est l'occasion de retrouver des amis, des adversaires d'un soir qui étaient pour quelques-uns avec moi au centre de formation du Stade. En dehors de ça, c'est un match comme les autres ; ce n'est pas la première fois que je reviens jouer à Paris et il n'y a pas plus d'émotion que ça aujourd'hui. Je le répète, c'est juste du plaisir.

Le Challenge ne faisant pas partie des objectifs prioritaires de Montpellier, la pression est-elle absente ?

La pression est relative : si cette compétition n'était pas la principale des priorités du club en début de saison, ce quart de finale fait partie de nos objectifs. Nous avons tous l'envie d'aller le plus loin possible et de montrer que l'on peut bien figurer. Maintenant, il faut être lucide. Ce sera compliqué de, face à des adversaires qui n'ont plus que cette compétition à jouer. Ils sont favoris. Si on oublie de combattre, ce sera très difficile d'envisager la victoire à Paris.

A titre personnel, vous avez l'occasion de vous montrer après avoir passé la majorité de la saison sur le banc des remplaçants. Le risque est-il de vouloir trop en faire, de prouver en permanence ?

Je dois d'abord chercher à maîtriser mon sujet et à bien faire jouer l'équipe. Le reste viendra tout seul j'en suis persuadé... Si je ne mets pas les choses dans l'ordre, il y a effectivement le risque de se planter. Je dois canaliser mon envie de prouver que l'on peut compter sur moi...je n'ai pas beaucoup eu l'occasion de me montrer, ce fut parfois compliqué cette saison après avoir changé de poste. Je me suis fixé à la mêlé et tout ça ne s'apprend pas d'un coup de baguette magique. Je travaille et j'ai le sentiment d'avoir progressé au contact de Fabien Galthié. J'espère que ça va porter ses fruits. De toute manière, il ne faut pas se rater sur ces matchs à enjeu.

Comment expliquez-vous les difficultés actuelles du MHR, devenu plus laborieux depuis deux mois ?

On ne fait pas de grosses performances mais on gagne quand même, ne l'oublions pas. En outre, je suis certain que l'an passé encore nous aurions perdu face à Agen et Bourgoin, entre autres. Les raisons de ces difficultés sont multiples : la fatigue, les blessés, évidemment... Mais il ne faut pas se cacher derrière de telles excuses : nous sommes en phase d'apprentissage et c'est nouveau à Montpellier de se retrouver ainsi à lutter pour les phases finales. Nous devons retrouver l'état d'esprit que nous avions en début de saison. Il faut aller chercher la victoire.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |