• Header Villepreux
 
Les All-Blacks ont su évoluer
04/10/2012 - 17:00

Les All-Blacks ont su évoluer

Les champions du monde néo-zélandais ont donc largement dominé la première édition des Four-Nations. Les All blacks se sont imposés grâce à un rugby qualitativement supérieur à tous leurs adversaires. Leur jeu spectaculaire et gagnant peut servir à ce jour de référence pour le rugby mondial.

Dans cette compétition, les Australiens n’ont pas eu leur rendement habituel. C’était pourtant ces mêmes Wallabies qui, dans un proche passé ne manquaient pas de défier les Néo-zélandais à leur propre jeu. Les vagues collectives impulsées par leur maître à jouer, Quade Cooper, créaient bien des soucis à tous leurs adversaires. Le jouet offensif tout terrain concocté par Robbie Deans paraît, sinon cassé, en manque d’efficacité depuis que le rugby de ce collectif manque curieusement de vitesse et de puissance et plus en mesure de s’appuyer sur le principe d’action essentiel dans le jeu moderne : « avancée- libération rapide » sur les rucks, comme une composante essentielle du jeu de mouvement.

Dans cette compétition, les Néo zélandais, sous la houlette de Steve Hansen ont su évoluer. Ils ont choisi d’utiliser plus souvent le jeu vers le large pour rechercher l’avancée utile dans des espaces de moindre concentration défensive. Pour ce faire , ils utilisent un jeu de passe préalable avant d’aller affronter la ligne adverse. Ainsi, par leur vitesse et leurs trajectoires de course en adéquation ils agressent la défense adverse, obligée de faire face à un surnombre de joueurs sur le point de pénétration. Option qui permet soit de continuer à jouer debout , c’est ce qu’il recherche prioritairement, soit de créer une avancée suffisante pour forcer leurs adversaires à subir un temps de latence peu favorable au déclenchement de la réaction défensive. Ce petit retard imposé à la défense adverse leur permet d’aller jouer dans l’espace de jeu le plus faible.

Ce jeu s’est brillamment exprimé et développé lors du dernier match contre les Argentins qui n’ont pas, cette fois, réussi à assurer efficacement ce qui faisait leur force, à savoir, ralentir le ballon pour permettre un replacement efficace en défense. A contrario, ils concédèrent ainsi sur les nombreux mouvements collectifs offensifs des Blacks un retard coupable. Une facilitation qu’il ne faut pas leur accorder, surtout quand Carter est à la baguette et qu’il anime le jeu de ses partenaires avec une justesse chirurgicale.

Cette large défaite concédée par les Pumas n’étaient pas vraiment attendue. Ils avaient pourtant semblé à l’aise dans cette compétition qui va, n’en doutons pas, les aider à progresser.

Justement, Argentins et Australiens seront prochainement en France. Nous pourrons apprécier comment les Pumas sauront tirer partie de cette expérience, qui , malgré ce dernier revers, doit être considérée comme positive. Il sera tout aussi intéressant de voir si les Wallabies sauront en peu de temps retrouver le niveau de jeu qui a été le leur durant quelques années ou de constater si le mal est plus profond. Il est en tout cas dommage que les Français n’accueillent pas les Blacks lors de cette tournée d’automne. Etre confronté au meilleur niveau et à ses exigences aurait été une évaluation plus qu’intéressante avant le deuxième tournoi de Philippe Saint André.

 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |