Icon Sport

Une dernière chance pour Macalou ?

Une dernière chance pour Macalou ?
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 29/06/2021 à 10:08Mis à jour

XV DE FRANCE - En l’absence de nombreux cadres tricolores, Sekou Macalou, troisième ligne du Stade français, fait partie de ceux qui jouent gros sur cette tournée en Australie. Explications.

Entre le XV de France et Sekou Macalou, l’histoire commence à dater. Souvenez-vous. Dès juillet 2016, Guy Novès, alors sélectionneur des Bleus, le couche sur la liste développement de 30 joueurs de moins de 23 ans à fort potentiel que le staff entend suivre attentivement. Le 14 novembre 2017, il affronte les Blacks au Groupama Stadium à Lyon dans une rencontre qui ne compte pas comme une sélection officielle.

La première, il l’obtient finalement le 25 novembre 2017 contre le Japon, match où il se fait remarquer par quelques actions de classe, malgré la contre-performance des Bleus (23-23) qui vaudra à Novès d’être écarté dans la foulée. En 2018, il est dans le groupe qui dispute le Tournoi des 6 Nations jusqu’à cet épisode tragicomique d’une nuit à Édimbourg. Il est écarté par Jacques Brunel, successeur de Novès, pour une raison qui demeure toujours très obscure.

XV de France - Sekou Macalou (France) lors de sa première sélection officielle, face au Japon

XV de France - Sekou Macalou (France) lors de sa première sélection officielle, face au JaponIcon Sport

La suite ? Le troisième ligne du Stade français doit prendre son mal en patience. Son inconstance en club ne joue pas franchement en sa faveur. Entre coups d’éclat et performances aussi nonchalantes que transparentes, il pose question. Mais Fabien Galthié, contraint par une convention FFR-LNR, doit faire tourner son effectif en novembre dernier. Macalou revient pour la fin de la Coupe d’automne. Titulaire contre l’Italie, il inscrit son premier essai en Bleu, mais se retrouve remplaçant pour la finale contre l’Angleterre… Et disparaît encore une fois des radars pour le Tournoi des 6 Nations 2021.

Un défi immense

Ces allers-retours en bleu, Macalou en a pris l’habitude. Il s’en accommode. Dans les entrailles du stade Jean-Bouin à Paris, on ne s’en étonne plus. À plusieurs reprises cette saison, le staff technique parisien s’est interrogé sur son irrégularité. Un coup tout en haut, un autre tout en bas. "Avec Sekou, on ne sait jamais quel joueur on va avoir ", glissait dernièrement l’un de ses partenaires.

Force est toutefois de souligner combien le joueur formé à Sarcelles a réalisé une très belle fin de saison, portant son équipe jusqu’en barrage contre le Racing. À l’évidence, le sélectionneur Fabien Galthié l’a noté et lui a tendu la main pour cette tournée en Australie. En clair ? Macalou s’apprête à jouer son avenir à court terme en équipe de France. Pour prétendre s’inscrire dans la durée et viser France 2023, il doit convaincre à un poste où la concurrence est sévère. Un défi immense pour un joueur qui ne compte que trois sélections sur les cinq dernières années…

Contenus sponsorisés