Icon Sport

Taofifenua : "On sent que l'équipe se resserre"

Taofifenua : "On sent que l'équipe se resserre"
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 28/01/2022 à 19:34Mis à jour Le 28/01/2022 à 20:02

XV DE FRANCE - Présent en conférence de presse, le deuxième ligne du XV de France et de Lyon Romain Taofifenua avoue que le groupe France, qui a rompu ses habitudes en quittant Marcoussis pour effectuer son stage, est en train de se resserrer.

Que change le fait de faire le stage à Carpiagne, au sein de la base de la Légion étrangère ?

Pour l'instant cela ne change pas grand chose, on va surtout le voir demain, demain soir et dimanche où nous allons avoir des activités avec la Légion mais pour l'instant on s'est surtout concentrés sur nous même, en s'entraînant sur le camp. Ce qui est agréable en revanche, c'est de s'entraîner au soleil !

Vous faites partie des anciens de cette équipe de France, vous prenez ce rôle de plus en plus à cœur ?

Je pense qu' avec Brice Dulin nous sommes les plus anciens de ce groupe. Cela fait plaisir de voir que l'on est toujours au niveau. On fait tout pour l'être, en tout cas. J'espère que cela va durer. On essaye avant tout d'apporter notre expérience sur les entraînements et les matchs car on sait qu'il y a un rôle important à jouer sur ce plan.

Brice Dulin, lors du match contre le pays de Galles

Brice Dulin, lors du match contre le pays de GallesIcon Sport

Les autres nations donne le XV de France favori pour la victoire finale, est-ce que cela vous ajoute de la pression ?

Je ne pense pas avoir de pression supplémentaire. C'est toujours flatteur d'entendre cela de la part des autres nations. Mais cela va être un tournoi encore plus relevé que les années précédentes. On voit que les autres nations sont en forme, je pense à l'Irlande qui a battu les Blacks lors de la dernière tournée. L'Angleterre et le pays de Galles font toujours de bons tournois, sans oublier l'Ecosse donc je pense que le Tournoi va être très relevé cette année.

Avez-vous le sentiment de jouer dans la meilleure équipe de France depuis le début de votre carrière internationale ?

C'est vrai qu'il y a eu une vraie évolution positive ces dernières années, comme le montrent nos résultats. C'est toujours cool d'avancer dans un cadre comme ça. On sait ce qu'il nous manque réellement pour passer un palier : c'est un titre et j'espère qu'on pourra aller le chercher cette année.

Le préparateur du XV de France Thibault Giroud a évoqué dans les colonnes de Midi Olympique que certains joueurs devaient perdre un peu de poids. Comment vous y prenez-vous ?

Je pense que Thibault s'est mal fait comprendre, il parlait de l'époque où il est arrivé en équipe de France, en 2019. C'est vrai qu'à cette époque là, j'étais un peu en surpoids et j'avais quelques kilos à perdre. Depuis, je me suis réglé, cela va beaucoup et je le ressens vraiment sur le terrain : j'arrive à bien mieux gérer mes efforts et c'est important pour jouer à ce niveau. Il y a une grande exigence ici, mais je sens une bonne différence. J'avais déjà connu les méthodes de Thibault Giroud à Toulon, je savais comment il bossait et cela m'a fait du bien de le retrouver. Et je ne suis pas le seul à ressentir les bienfaits de sa méthode.

Sentez-vous que le groupe est en train de se resserrer après cinq jours de stage ?

Oui, on le ressent sur le terrain. Les entraînements sont tellement intenses que cela resserre naturellement le groupe. Cela nous fait du bien de sortir de notre cadre à Marcoussis, de notre confort.

Le groupe France comprend plusieurs joueurs venant du Pacifique, qu'est-ce que cela vous apporte ?

Les liens viennent plus vite entre les gars de îles qui viennent jouer en France. Même si on ne se connait pas, cela aide. Ce lien est très important pour nous, on l'a déjà vu par le passé. Je pense notamment à mon père et à mes oncles qui ont joué à Grenoble, l'exemple est tout trouvé avec eux. On aime passer du temps ensemble. Je pense aussi à Yoram, Peato ou Seb Vahaamahina avant : ces joueurs sont un super message d'espoir pour les jeunes joueurs qui sont en Calédonie ou à Wallis et Futuna. Leur réussite en Bleu est un vrai message d'espoir pour ceux qui veulent tenter le coup.

Contenus sponsorisés