Icon Sport

Les ovnis des Bleus : Bécognée, solide comme un roc

Les ovnis des Bleus : Bécognée, solide comme un roc
Par Rugbyrama

Le 30/06/2021 à 17:32Mis à jour

XV DE FRANCE - Il fait partie des surprises de cette liste des 42 joueurs appelés par Fabien Galthié pour la tournée d'été en Australie. Pour Alexandre Bécognée tout s'est accéléré en une année. Le troisième ligne est passé de la Pro D2 au Top 14, de remplaçant à titulaire et portera sans doute le maillot des Bleus cet été.

Formé à l'Entente des Graves en Gironde, il passe par l’UBB en Crabos et termine sa formation à Mont de Marsan. C’est au Stade montois qu’il fera ses premiers pas en tant que professionnel. À l’été 2020, il rejoint l’effectif du MHR. Un an plus tard il est appelé en équipe de France.

Le parcours du Girondin est plutôt atypique. Il n’est pas passé par les équipes jeunes du type U18, U19 ou encore U20. Rien ne le prédestinait à devenir un joueur professionnel et encore moins un joueur qui pourrait être appelé en équipe de France. À l’UBB il n’est pas conservé car son gabarit pose problème. Trop petit pour jouer deuxième ligne, pas assez adroit pour jouer troisième ligne, personne ne semble avoir perçu son réel potentiel, à l’exception sans doute de David Auradou.

L’entraîneur de Mont de Marsan suit de près le jeune joueur et le club décide de lui faire confiance en 2017 en signant son premier contrat professionnel : ''Alexandre ne rentrait pas forcément dans les cases mais il avait les qualités pour être un très bon joueur. Sur le papier il n’avait pas un avenir tout tracé, mais il est allé se le chercher ce qui lui arrive aujourd’hui. Il a des capacités physiques hors normes et ça, il n’y a pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour le voir (rires). À Mont de Marsan il fait une forte impression d’entrée de jeu, avec deux grosses saisons de 2018 à 2020''.

Alexandre Bécognée (Mont-de-Marsan)

Alexandre Bécognée (Mont-de-Marsan)Icon Sport

Alexandre Bécognée marque les esprits au Stade montois, sans vraiment penser jouer à plus haut niveau un jour : ''Ce qu’il voulait lui, c’était jouer au rugby, le reste ça lui importait peu'', explique David Auradou. Et voilà qu’un beau jour il est contacté par Montpellier. Il rejoint le Top 14 et fait taire les mauvaises langues qui disaient : ''Tu ne feras aucune feuille de match à Montpellier''. Le troisième ligne cumule 881 minutes de jeu, joue neuf matchs en tant que titulaire dont la finale de Challenge Cup (remporté par Montpellier) et est l’auteur de trois essais cette saison.

Du MHR au XV de France

De la Pro D2 au Top 14 il n’y a eu presque qu'un pas pour le troisième ligne de 24 ans. En une saison Alexandre Bécognée a su faire ses preuves au sein de l’effectif Montpelliérain. D’abord utilisé comme un ''impact-player'', avec des temps de jeu plutôt courts et en fin de rencontre, sa densité physique fait rapidement la différence : ''Plaqué fort, contester, c’est là-dedans qu’il excelle. Ce garçon est dur au mal, c’est un gros combattant. Plus c’est dur, plus c’est âpre, plus il va montrer son niveau d’engagement et de jeu. Il ne rechigne pas à la tâche. Il y a des joueurs qui sont plus dans l’évitement lui, ce n’est pas trop son registre même s’il progresse sur la partie offensive. Son engagement physique, c’est vraiment sa qualité première. Des joueurs qui sont capables d’avoir une telle densité physique sur l’homme cela ne court pas les rues'', assure son ancien entraîneur.

Au fil de la saison il prend ses marques et se fait une place en Top 14 malgré la concurrence. Aujourd’hui, ses performances le propulsent au rang international avec le XV de France. Pour Alexandre Bécognée cette tournée en Australie est l’occasion de franchir un nouveau cap. Parviendra-t-il à se faire remarquer parmi les Bleus ? Réponse en juillet…

Par Manon MOREAU

Contenus sponsorisés