Other Agency

Jaminet confirme, Taofifenua souffre... découvrez les notes des Bleus

Jaminet confirme, Taofifenua souffre... découvrez les notes des Bleus
Par Leo FaurePar Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 17/07/2021 à 14:52Mis à jour Le 17/07/2021 à 14:58

XV DE FRANCE - Dans une rencontre où ils se vite retrouvés en surnombre (exlusion de Koroibete), les Bleus ont pourtant subi la majorité du temps. Contraints de défendre, ils ont globalement subi autour des rucks, devant. Derrière, en revanche, ils ont su bonifier le peu de ballons qui leur arrivait.

15. Melvyn Jaminet, impressionnant : 7/10

Il a encore une fois été à la hauteur de l’évènement. Sa première prise de balle tranchante a lancé son match (1ère). Impeccable sur ballon haut (13e, 27e), il est même apparu facile, prenant le ballon façon basketteur. Quelle belle justesse sur ce ballon de « turn over » juste avant la pause où il dose parfaitement son jeu au pied à suivre pour Thomas. Dommage essai refusé pour en-avant de Vincent au départ (39e)Son jeu au pied a été long et précis. Un seul échec sur sept tentatives face aux perches synonyme de 15 points inscrits.

14. Damian Penaud, transparent : 4/10

Zéro, c’est le nombre de ballons touchés par Damian Penaud durant cette rencontre. S’il n’est pas entièrement responsable de ce constat, il n’est jamais venu se proposer en dehors de sa zone de jeu. Il n’a pas beaucoup eu à défendre non plus puisque les Australiens n’ont jamais attaqué sur son côté. Et pour cause. Son vis-à-vis Koroibete a été expulsé dès la 5e minute. Il est tout de même crédité de deux plaquages. Il avait l'occasion de se mettre en avant sur le dernier renvoi, il a raté le ballon. Dommage. Pas grand-chose à dire sur sa performance.

13. Pierre-Louis Barassi, tranchant : 6/10

Une première titularisation globalement réussie. Il est à l’origine d’une superbe action française juste avant la mi-temps (36e). C’est lui qui franchit et sert Jaminet d’une très belle chistera. In fine, cette percée permettra à Woki un peu plus tard de marquer le deuxième essai français. Surtout, il s’est retrouvé à la conclusion du troisième essai français (47e). Un essai quasiment de cent mètres après une belle initiative de Couilloud et un jeu au pied aussi pertinent que bien exécuté par Teddy Thomas. 100 % de réussite sur ses cinq plaquages. Il a toutefois été sanctionné une fois en première mi-temps.

Pierre-Louis Barassi a été décisif à chacune de ses interventions.

Pierre-Louis Barassi a été décisif à chacune de ses interventions.Other Agency

12. Arthur Vincent, intelligent : 5,5/10

Égal à lui-même, il est toutefois apparu un petit peu émoussé. Il est peut-être un peu fautif sur l’essai de McDermott (11e) en défendant un peu trop large alors que Woki se laisse prendre par le leurre. Il a été sanctionné pour ballon gardé au sol (50e). Mais à tout dire, il a tout de même été précieux. Une belle intelligence de ne pas ramasser le ballon perdu par Jelonch pour ne pas être sanctionné par une pénalité en début de rencontre (4e). Et c’est lui qui récupère le ballon sur le renvoi de la 73e, amenant la pénalité de l’égalisation française (30-30). Globalement, il est l’un des hommes de cette tournée.

11. Teddy Thomas, décisif : 6/10

Une performance aboutie. Il a été précis dans le jeu aérien (2e), ce qui n’est pas sa qualité première. Il a montré sa vitesse impressionnante sur l’essai inscrit juste avant la pause, refusé à juste titre pour un en-avant d’Arthur Vincent au départ de l’action. Il a été décisif sur l’essai de Barassi en début de seconde période (47e) avec un jeu au pied par-dessus parfaitement exécuté. Il a assuré sa part de travail défensif. Aucun plaquage raté. Il s’est même bien opposé au talonneur australien dans le fermé après une touche. Il a cédé sa place à Julien Hériteau (60e)

10. Antoine Hastoy, propre : 6/10

Pour sa première sélection, il a été propre. Son jeu au pied a été efficace. Il a su alterner entre jeu au pied d’occupation et de pression. Un exemple ? Ce coup de pied dans le 2e rideau en début de match sur lequel Teddy Thomas met la pression sur la défense australienne. En suivant, le ballon est gagné sur le contre-ruck. Et c’est l’action qui amène les 3 premiers points français (4e). Il a joué juste et dans le bon timing sur le 3e essai français signé Barassi (47e). Il a beaucoup défendu et plutôt très bien (9 plaquages, un seul raté). A son débit : une chistera en avant pour Penaud (43e) et un ballon perdu au sol (44e). Remplacé par Bouthier qui a commis un en-avant dommageable (76e). En suivant, les Bleus ont été pénalisé sur la mêlée et encaissé les trois points offrant la victoire aux Australiens.

9. Baptiste Couilloud, contrasté : 5,5/10

Encore une fois, sa performance est à mettre sur courant alternatif. D’abord, il s’est fait intercepté une passe par l’ouvreur australien Lolésio, coûtant un essai à son équipe (20e). Ensuite, Il a très bien joué le coup sur son essai inscrit en début de match en emportant son vis-à-vis Mcdermott (7e). Et il est à l’initiative de la plus belle action du match, conclue par l’essai de Barassi (47e). Couilloud a été globalement sur tous les fronts. Peut-être a-t-il eu beaucoup de responsabilités encore une fois sur cette rencontre, mais dans un contexte difficile, il a montré que le staff des Bleus pouvait compter sur lui.

Baptiste Couilloud a alterné le bon et le moins bon à Brisbane

Baptiste Couilloud a alterné le bon et le moins bon à BrisbaneOther Agency

8. Anthony Jelonch, exemplaire : 6/10

Touché au visage à la réception d'un coup d'envoi (4e), qui amène le carton rouge de Koroibete. Sorti sur protocole commotion, remplacé temporairement par Alex Bécognée qui gratte un ballon au sol sur sa première intervention et multiplie son activité défensive. Ensuite, Jelonch est revenu sur la pelouse (17e). En pointe, contre Lolesio (22e) et laisse les Wallabies sous pression. En poibte, il l'a d'ailleurs été dans tous les combats. Un capitaine par l'exemple, un vrai.

7. Cameron Woki, actif : 6/10

Devancé dans l'alignement sur le premier lancé français. Également battu sur l'essai de McDermott, où il se laisse aspirer par le leurre intérieur et ouvre la porte à Hooper, à hauteur. Après ces débuts difficiles, il rentre enfin dans son match. Il surprend la défense australienne au ras pour passer par-dessus, sortir un bras et inscrire un essai « dunk », façon NBA. Sur toutes ses interventions, ses qualités de vitesse ont posé des problèmes aux Australiens mais, a contrario, il a subi la majorité de ses impacts défensifs.

6. Dylan Cretin, discret : 4,5/10

Comme tout le reste des avants français, il a surtout défendu autour des rucks. Une activité intéressante mais peu d'actions franchement positives à son actif. Remplacé par Alex Bécognée (62e), contraint par l'absence de ballons à défendre presque exclusivement.

Dylan Cretin (France) face à l'Australie

Dylan Cretin (France) face à l'AustralieOther Agency

5. Romain Taofifenua, lourd : 4/10

Concentré sur les zones de combat, il n'a pas réussi à se servir de sa puissance pour inverser la pression australienne, dans le défi direct sur la ligne d'avantage. C'est d'ailleurs dans ce registre frontal qu'il est battu par Tupou sur son essai (52e). Quelques difficultés dans le déplacement, également, pour élargir son périmètre d'action plus loin des rucks. Remplacé par Baptiste Pesenti (62e) quand les Bleus souffraient sur leur ligne. Le densité et l'impact au combat du futur Racingman a fait du bien aux Franaçsi. Il est d'ailleurs celui qui gratte au sol le ballon de la dernière chance. Finalement insuffisant.

4. Pierre-Henri Azagoh, au combat : 6/10

Beaucoup d'activité au combat. Avec la possession du ballon, les Australiens ont beaucoup tapé dans la zone du 10 français, où ils sont souvent tombés sur... Azagoh, justement venu renforcer ce secteur. Il fait parti des Français à avoir rivalisé à l'impact dans la première heure. Avant, comme les autres, de s'user et de baisser d'impact.

3. Sipili Falatea, en souffrance : 4/10

Pour sa première titularisation en Bleu, il a été dominé dans l'exercice de la mêlée fermée. Si sa mobilité dans le jeu courant peut compenser, il faudra régler ses difficultés aux bases de son poste s'il veut durer à l'international. Remplacé par Demba Bamba (47e), battu rapidement dans le défi direct par Tupou mais qui ensuite a été précieux, en défense et au sol.

2. Gaëtan Barlot, brouillon : 5,5/10

Comme depuis le début de la tournée, la Castrais a été particulièrement volontaire et dynamique dans toutes ses interventions, qu'elles soient défensives ou offensives. Mais quelques imprécisions et de grandes difficultés sur ses lancers en touche, en début de match. Le point noir de sa tournée. Remplacé par Anthony Etrillard (57e).

Gaetan Barlot (France) s'est montré à son avantage balle en main

Gaetan Barlot (France) s'est montré à son avantage balle en mainOther Agency

1. Enzo Forletta, mobile : 6,5/10

Comme le reste de la première ligne, en difficulté dans l'exercice de la mêlée fermée mais dans une moindre mesure que son alter ego Falatea. Le reste de son match porte de nombreuses promesses : sa perte de poids lui permet clairement de suivre le rythme. Il a gagné en dynamisme, ce qui lui permet de surprendre au ras ou de gagner des duels sur la ligne d'avantage. Une belle activité défensive également, où il a augmenté son rayon d'intervention et sa capacité à multiplier les tâches. Remplacé par Quentin Walcker (62e), immédiatement mis sous pression et au supplice en mêlée fermée par Tupou.

Contenus sponsorisés