Imago

Galthié a de nouveaux Coqs en stock

Galthié a de nouveaux Coqs en stock
Par AFP

Le 18/07/2021 à 14:31Mis à jour

XV DE FRANCE - Nouveau casse-tête pour Fabien Galthié. La tournée en Australie, cruelle pour des Bleus formidables de courage et d'abnégation, a rebattu les cartes et densifié le groupe France.

Au moment de décoller pour l'hémisphère Sud, le manager du XV de France Raphaël Ibanez avait d'ailleurs réclamé une "tournée des révélations". Il a visiblement été entendu... Car, malgré deux défaites sur le fil (23-21 et 33-30) et un succès étriqué (28-26), cette tournée australe a "révélé des potentiels", selon la formule du sélectionneur.

A commencer par la grande découverte du tour "Down Under": l'arrière de Perpignan Melvyn Jaminet, aucune minute en Top 14 mais déjà trois sélections et 41 points en Bleu (15 sur 16 au pied). Pas mal pour un joueur bloqué par la concurrence dans les équipes jeunes de Toulon et qui avait songé à tout arrêter en 2015.

"Il avait un physique trop ingrat quand il était jeune, il est parti sur un autre chemin. Il a retrouvé de la confiance à Perpignan et c'est une véritable pépite", a d'ailleurs lancé Galthié après le deuxième match, où Jaminet a fait oublié son cafouillage maladroit, et fatal, lors de la dernière seconde de sa première cape. Le choc de Melbourne, justement, Arthur Vincent l'avait terminé "lessivé", de son propre aveu. Il faut dire que, avec 23 plaquages (sur 25) et six ballons portés, le jeune Montpelliérain était partout. Un match XXL pour le centre, qui a disputé les trois matches de la tournée.

Le brio de Jelonch

A 14 sélections, le joueur de 21 ans est un habitué des rassemblements à Marcoussis et ses prestations dans l'hémisphère Sud devraient lui permettre d'y revenir. Au point de s'installer dans le XV? Pour déloger la paire Gaël Fickou-Virimi Vakatawa, désormais coéquipiers au Racing 92, il faudra être très fort. Arthur Vincent, qui a été associé au néo-Rochelais Jonathan Danty, lui aussi brillant en Australie, semble armé pour faire trembler la hiérarchie.

En troisième ligne, Cameron Woki et Anthony Jelonch auront également une carte à jouer et une place à prendre. Car le capitaine Charles Ollivon, absent au moins six mois en raison d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, va laisser un vide. Pour l'instant comblé avec brio par Jelonch.

Capitaine de la tournée, le futur Toulousain s'est montré tel que les pelouses du Top 14 le connaissent: solide dans le combat, dur à l'impact... il a pleinement joué son rôle de chef de meute, de leader par l'exemple. En Australie, Jelonch a même pris une nouvelle dimension et pourrait bien conserver le capitanat en novembre. Dire qu'il avait déjà vécu une tournée, en 2017, en touriste, n'entrant jamais en jeu...

Villière est candidat

Entre François Cros, qui semble peiner à revenir d'une blessure à un pied, Dylan Crétin ou Selevasio Tolofua, Woki a lui aussi tiré son épingle du jeu, ajoutant à ses qualités aériennes reconnues un sens du spectacle, digne des Harlem Globetrotters sur son premier essai international. Il faudra également compter sur l'ailier de Toulon Gabin Villière, qui viendra disputer une place de titulaire à Damian Penaud, un peu en retrait sur cette tournée, et Teddy Thomas. Voire à Fickou, qui pourrait être décalé sur un côté pour faire de la place à l'omniprésent Vincent.

Un des six Bleus à avoir joué les trois matches, le talonneur Gaëtan Barlot aura plus de mal à se faire une place au soleil derrière Julien Marchand, Camille Chat ou Pierre Bourgarit. Mais il a étalé ses qualités de gratteur et de percussions. "C'était l'objectif, de découvrir des joueurs, de leur faire découvrir le rugby international ou, du moins, les formater pour les faire "matcher" à ce niveau-là. Malgré la fatigue, le voyage et la quatorzaine, j'ai senti de la fraîcheur, ça a été une bonne expérience. Et c'est important que le groupe France se nourrisse de cette émulation", a souligné Galthié samedi. Pour démontrer que les Bleus avaient aussi un amour de jeunesse.

Contenus sponsorisés