Icon Sport

Au Japon, un dernier tour de piste avant la quille

Au Japon, un dernier tour de piste avant la quille

Le 07/07/2022 à 14:29Mis à jour Le 07/07/2022 à 14:56

XV DE FRANCE - Faciles vainqueurs des Japonais lors du premier test à Toyota (42-23), les Bleus ont un dernier match à jouer à Tokyo, samedi matin face aux Brave Blossoms, avant de filer en vacances. Ne ratez pas la sortie de scène, messieurs !

Pour égaler le record de dix victoires consécutives réalisé par les Bleus des années 30 et marquer l’histoire, le XV de France devra samedi matin (7h50 à Paris) tuer dans l’oeuf le vent de révolte qui poussera nécessairement ces Japonais, après la fessée du premier test (42-23). Et si les Bleus, qui seront en vacances dans la foulée de cet ultime round, ont besoin d’activer certains leviers de motivation après une première victoire relativement facile, on dira simplement que leur première mi-temps, à Toyota, fut loin d’être enthousiasmante et qu’en tout état de cause, ils se doivent aujourd’hui une revanche…

Hé quoi ? La bande à Ollivon avait beau avoir l’expérience collective d’une équipe corpo samedi dernier, on en attendait malgré tout davantage. Le sélectionneur aussi, d’ailleurs. "Lors du premier test, explique Fabien Galthié, on a dénombré huit fautes dans la zone allant des 22 mètres adverses aux nôtres et c’est évidememnt beaucoup trop : parce que des pénalités à cet endroit du terrain se transforment forcément en pénaltouche et qu’au niveau international, 70 % de celles-ci se transforment en essais."

Au niveau purement défensif, cette fois-ci, le XV de France devra également monter en gamme et à ce sujet, Galthié pousse l’analyse un peu plus loin : "A Toyota City, nous avons attaqué 30 rucks sur 76 et c’est beaucoup trop. L’équipe qui joue d’habitude (hormis Ollivon, Penaud et Jaminet, tous les joueurs dits "premium" sont au repos, N.DL.R.) sait cibler les rucks qu’elle doit attaquer ou pas. Là, par faute d’expérience, on a combattu trop souvent au sol pour récupérer seulement cinq ballons, ce qui a ensuite desservi notre jeu d’attaque et notre défense en ligne."

Tanga, un "numérobis" crédible

Quoi d’autre, alors ? Fabien Galthié est évidemment conscient qu’en ayant laissé ses cinq meilleurs gratteurs au pays (Uini Atonio, Julien Marchand, Gabin Villière, Grégory Alldritt et Jonathan Danty) et en ne sélectionnant au Japon le moindre pillard de ballons (seul Pierre Bourgarit excelle au sol, dans cette équipe), il s’est délibérément tiré une balle dans le pied et qu’en temps normal, les Nippons n’auraient pas survécu vingt minutes si leur jeu, aussi rythmé soit-il, avait été confronté aux habituels "chiens de talus" tricolores.

XV de France - Yoan Tanga

XV de France - Yoan TangaIcon Sport

A l’été 2022, Yoan Tanga, qui a longtemps joué flanker et excelle au "grattage" en Top 14, doit prouver au staff des Bleus que malgrè un déficit de puissance par rapport au maître Greg Alldritt, il a pour lui d’autres armes et, sur la lancée d’un premier test réussi, confirmer qu’il est à ce jour un "numérobis" crédible. D’autres, tels Matthis Lebel, Max Spring ou Virimi Vakatawa, jouent tout aussi gros.

Dès lors ? Quoi qu’il se passe pour vous, messieurs, et aussi planante fut jusqu’ici pour nous tous la saison du XV de France, ne foirez pas votre sortie de scène. Parce qu’on serait assez sot pour ne retenir qu’elle…

Contenus sponsorisés