Icon Sport

Analyse : L’attaque "verticale", atout premier des Bleus

Analyse : L’attaque "verticale", atout premier des Bleus

Le 03/07/2022 à 11:50Mis à jour Le 03/07/2022 à 12:06

XV DE FRANCE - Mise en place pendant le dernier Tournoi, l’attaque en « que leu leu » des trois-quarts français a fait des ravages face à la défense un brin naïve des Japonais. Grâce doit en être rendue au talent de la plaque tournante Matthieu Jalibert, mais aussi des sacro-saints entraînements à 42...

Ce fut l’une des innovations offensives majeures dans le plan de jeu du XV de France pendant le dernier Tournoi, et force est de constater que malgré des conditions de préparation difficiles, celle-ci fait désormais partie des acquis. On parle ici des attaques "verticales" très régulièrement utilisées par la ligne de trois-quarts tricolore qui a donné le tournis à des défenseurs japonais un brin naïfs. Chose d’autant plus remarquable que les Bleus travaillaient depuis leur arrivée au Japon sans l’entraîneur de l’attaque Laurent Labit (positif à la covid-19 et finalement "libéré" pour arriver juste à temps pour le test de samedi), avec un groupe assez différent de celui utilisé pendant le dernier Tournoi.

Encore que, à vrai dire, ne manquait vraiment à l’appel l’hiver dernier que Matthieu Jalibert, retenu à Bordeaux par une déchirure aux quadriceps. Tous les autres trois-quarts ayant eu, au moins pendant les sacro-saints entraînements à 42, le temps de se familiariser avec les préceptes mis en place par le staff tricolore, d’autant plus pertinents qu’ils ont le mérite d’être valable aussi bien sur les lancements de jeu (après touche ou mêlée) que sur des micro-lancements dans le jeu courant. "Attention, ces systèmes ne sont pas magiques et ne peuvent fonctionner qu’avec une animation de qualité derrière nos leurres, nous expliquait Laurent Labit lors du dernier Tournoi. Pour cela, on demande aux joueurs cachés d’arriver légèrement à l’intérieur du ballon, de façon à permettre au porteur du ballon – qui doit faire un choix et éventuellement réaliser sa passe sous pression – d’envoyer pratiquement à coup sûr le ballon dans la course de son partenaire. Ce qui détermine ce choix, c’est la défense adverse et en cela, ce qui est essentiel, c’est la qualité de la communication et la travail de positionnement en pré-action."

Les bons choix de Jalibert

Au vrai, le match contre le Japon en offrit la démonstration éclatante. C’est ainsi que dès la 2e minute, un lancement « à la queue leu leu » derrière une mêlée plein centre du terrain incita l’ailier Fifita à se resserrer sur Jaminet placé dans le dos de Jalibert, offrant à l’ouvreur du XV de France l’occasion de libérer d’une longue passe Damian Penaud, libre de tout marquage dans son couloir (voir vidéo en bas de page : 20s).

XV de France - Le premier essai de Damian Penaud lors du premier test-match au Japon le 2 juillet 2022

XV de France - Le premier essai de Damian Penaud lors du premier test-match au Japon le 2 juillet 2022Icon Sport

Les anticipations de la défense japonaise s’avérant par la suite presque toujours bien lues par l’attaque française.

Ainsi, en fin de première période, un micro-lancement à la verticale dans le mouvement général (copie conforme de celui qui avait ouvert la voie à l’essai de Jelonch au pays de Galles) permit à Jaminet de franchir facilement le premier rideau nippon, après une merveille de passe sur le pas de Jalibert (voir vidéo bas de page : 4'05). Mouvement non conclu, la faute à une dernière passe imprécise de l’arrière tricolore, mais qui confirma toutefois que la clé pour les Bleus résidait bien dans l’attaque du milieu de terrain.

Qualité de communication

Une méthode qui toucha une nouvelle fois ses fruits par l’essai de Lebel en tout début de deuxième période, cette fois sur un lancement après touche. Après un ballon porté, les attaquants tricolores se trouvaient encore dans leur position préférentielle, avec Jalibert placé dans l’axe de Moefana. L’ouvreur du XV de France trouvant cette fois-ci l’intervalle dans le dos de l’appel à hauteur de Vakatawa, sur lequel son vis-à-vis se jeta un brin naïvement (voir vidéo bas de page : 4'55).

On notera ici le bel effort de Lebel qui, placé dans l’axe de Jalibert, réussit à ressortir sur l’extérieur de son numéro 10 pour s’offrir son premier essai international, entre les poteaux s’il vous plaît.

XV de France - Matthis Lebal inscrit le deuxième essai des Bleus lors du premier test-match au Japon (02/07/2022)

XV de France - Matthis Lebal inscrit le deuxième essai des Bleus lors du premier test-match au Japon (02/07/2022)Icon Sport

Mais surtout, la qualité d’improvisation de Jalibert derrière ces lancements. La preuve ? Quelques minutes plus tard, c’est en sortant un brin des schémas que le Girondin trouva une autre faille, en appelant Moefana à son intérieur sur le même type de mouvement, preuve d’une énorme qualité de communication, évidemment facilitée par les repères communs des deux hommes à l’UBB. Las, sur cette dernière occasion, le XV de France ne parvint pas à aller à dame, la faute à une faute de main dans la continuité. Reste que malgré son absence lors du dernier Tournoi, Jalibert a démontré lors de ce premier test qu’il maîtrisait d’ores et déjà à merveille les nouveaux systèmes offensifs des Bleus. Forcément de quoi se érjouir pour le staff et pour tous les suiveurs du XV de France…

Le résumé du match en vidéo :

Contenus sponsorisés