Icon Sport

Lucu : "Je sais que j'ai une carte à jouer sur cette tournée"

Lucu : "Je sais que j'ai une carte à jouer sur cette tournée"
Par Rugbyrama

Le 22/06/2022 à 18:52Mis à jour Le 23/06/2022 à 08:39

TEST MATCH - Juste avant leur départ au Japon, ce mercredi les Bleus se sont entraînés une dernière fois à Marcoussis. L'occasion pour Maxime Lucu de revenir sur ses retrouvailles avec le XV de France mais aussi sur son envie de se montrer sous son meilleur jour lors de cette tournée d'été qui sera une nouvelle occasion de s'imposer durablement dans ce groupe.

Qu'est-ce que cela fait de retrouver Marcoussis après une saison bien chargée avec l'UBB ?

C'est toujours un plaisir de retrouver Marcoussis et l'équipe de France notamment après cette aventure des 6 Nations. On sait que ce sont des saisons longues mais que les tournées sont aussi importantes pour le XV de France et pour la suite. Je suis toujours très honoré de rejoindre ce groupe malgré la fatigue de la saison. Quand on arrive ici, la fatigue s'estompe et on essaie de donner le meilleur pour l'équipe de France.

Ce mercredi c'était le dernier entraînement avant un long voyage et doc une atmosphère un peu particulière...

Ce sont des tournées qui se jouent souvent dans l'hémisphère sud donc on devait se retrouver trois jours pour retrouver les automatismes car il y a beaucoup de turnovers dus à la phase finale de Top 14. Il fallait retrouver le système de jeu, le groupe et les annonces qui vont avec parce que cela faisait quatre mois que nous avions quitté l'équipe de France, donc ces trois jours nous ont fait du bien avant ce long voyage et le décalage horaire à assimiler pour être au mieux la semaine prochaine.

Dans le groupe comment vous gérez les frustrations de ceux qui n'auront pas l'occasion de s'exprimer sur le terrain ?

C'est un peu le lot des tournées et aussi le fait que l'on soit 42 joueurs c'est vrai que c'est toujours un peu compliqué de faire jouer tout le monde. On sait très bien que les 42 joueurs sont importants pour bosser et faire des entraînements comme on le fait aujourd'hui. On a besoin de tout le monde et c'est aussi ce qui nous permet de faire des grosses performances le week-end. On verra ce que le staff aura décidé, c'est sûr qu'il y aura des déçus mais dans tous les cas l'ensemble de l'effectif sera important pour performer au Japon.

" Je donnerai tout pour ce maillot et cela sera une opportunité de me montrer un peu plus""

Vous n'avez encore jamais débuté un match, cela sera sûrement le cas au Japon, qu'est-ce que cela change pour vous ?

J'attends de voir cela mais en tout cas je me prépare et je m'entraîne pour. Les rôles ont toujours été clairs et évidents maintenant je sais que j'ai une carte à jouer sur cette tournée. Il faut que je fasse de bons entraînements à l'image de ce que j'essaie de faire depuis un an en étant aussi au service du groupe. Si le staff décide de me faire débuter le match je donnerai tout pour ce maillot et cela sera une opportunité de me montrer un peu plus.

La concurrence est assez vive, vous n'avez donc pas forcément le droit à l'erreur...

Oui c'est clair mais ça, c'est le lot aussi de toutes les saisons. Il y a un an j'étais à la maison en train de regarder les matchs et j'ai travaillé pour essayer de revenir. J'ai réussi à intégrer la tournée d'automne puis le Tournoi des 6 Nations. C'est vrai que des contre-performances peuvent amener d'autres joueurs à éclore, on voit qu'il y a énormément de concurrence au poste de demi de mêlée mais aussi aux autres postes. Si on se repose sur nos lauriers la place sera prise. Il y a beaucoup de joueurs français qui méritent de jouer en équipe de France. On travaille pour ça.

On sait qu'il va y avoir beaucoup d'humidité. Nous avons des salles d'entraînements environnementales et lundi quand nous sommes arrivés nous avons travaillé à forte température avec beaucoup d'humidité pour s'imprégner de ce qui va se faire là-bas. C'est sûr que cela ne remplace pas la réalité mais cela nous permet de savoir à quoi il faut s'attendre. On est préparé mentalement au climat.

Le climat est un facteur qui peut avoir une grosse influence sur un match ?

Oui forcément, le ballon devient un peu plus glissant, la transpiration on sait les conséquences que cela a dans la maîtrise du ballon et du jeu. Il y a des choses plus difficiles à faire, au contact il y a aussi un peu plus de ballons qui explosent donc c'est vrai que la préparation mentale est importante pour être concentré sur ces choses-là et ne pas être surpris une fois sur le terrain. Il faudra être vigilant.

En gagnant au Japon, vous avez la possibilité d'égaler le record de victoires consécutives de l'équipe de France, c'est source de motivation ?

Il faut faire attention à cette équipe du japon, ils ont surpris pas mal de monde. Ils ont un jeu qui est spectaculaire, très rapide avec de gros impact notamment sur la ligne d'avantage donc il faut faire attention. On sait que l'on sera attendu et nous sommes là pour continuer à écrire l'histoire. On veut continuer dans la dynamique que l'on a depuis ces dernières années. Le plus important c'est de montrer une belle image.

Contenus sponsorisés