Icon Sport

Buros : "Une bonne occasion pour se montrer et éventuellement prendre une place"

Buros : "Une bonne occasion pour se montrer et éventuellement prendre une place"

Le 01/07/2021 à 11:50Mis à jour Le 01/07/2021 à 11:55

XV DE FRANCE - Appelé pour la première fois par le sélectionneur du XV de France Fabien Galthié, l’arrière de l’UBB Romain Buros nous parle ici de ses premiers pas avec les Bleus en Australie, de sa découverte du système de jeu et de son impatience à découvrir Sydney ou de croiser des koalas…

Comment s’est passée votre intégration dans ce groupe ?

L’intégration s’est faite assez facilement car nous sommes nombreux à découvrir le XV de France. Tout a été mis en place pour que ça se passe bien et le plus rapidement possible. Je n’ai pas l’impression que ça ait posé le moindre problème pour qui que ce soit.

Ce groupe a peu d’expérience. Ressentez-vous de la crainte ou une pression particulière ?

Je n’en ai pas l’impression. Peut-être parce qu’on n’est pas encore assez proche du match. J’ai surtout le sentiment que tous les joueurs ont envie de montrer ce qu’ils savent faire, même si il manque du monde. C’est une bonne occasion pour se montrer et éventuellement prendre une place.

Pouvez-vous nous parler un peu de la découverte du système de jeu mis en place par le sélectionneur Fabien Galthié ?

Le système de jeu est relativement proche de ce que j’ai l’habitude de faire avec l’UBB. J’ai le sentiment que l’utilisation du jeu au pied est un peu plus prônée en équipe de France. Et, à tout dire, ce n’est pas ma qualité première, ni le style de jeu que je pratique habituellement. A moi de m’adapter. C’est une autre vision de jeu et c’est intéressant de travailler cet aspect-là.

Justement, sur le jeu au pied, Fabien Galthié a beaucoup parlé du jeu de "dépossession" durant les premiers mois de son mandat. Avez-vous le sentiment que son discours a évolué sur cet aspect-là ?

Je ne dirai pas que le discours a complètement changé parce que ça reste un facteur important de la stratégie de jeu. Mais, c’est vrai qu’il faut jouer les coups quand il sont bons à jouer. Le staff travaille beaucoup pour adopter la meilleure stratégie. Seulement, quand on regarde les statistiques, le jeu au pied est très important, surtout quand il est utilisé à bon escient et qu’il est bien réalisé.

Traditionnellement, l’Australie est une équipe qui aime tenir le ballon et enchaîner les temps de jeu. N’y-a-t-il pas un risque à leur rendre trop souvent la possession par du jeu au pied ?

Si on défend bien, il n’y a pas de risque (sourire). Mais il faudra que notre organisation soit excellente lorsque les Australiens auront le ballon. C’est une équipe avec de très bons porteurs de balle, mais nous avons aussi nos qualités et il faut qu’on se fasse confiance.

Pouvez-vous nous dire ce que vous savez de cette équipe australienne ?

Le staff nous a déjà sensibilisés sur cette formation. C’est une équipe qui excelle dans les duels, avec de très bons animateurs de jeu. Mais qui peut se retrouver en difficulté dans les échanges de jeu au pied ou sur les turn-overs et les contre-attaques. De ce que l’on a pu voir, ils ont parfois du mal à se réorganiser rapidement sur les pertes de balles. En revanche, quand ils tiennent le ballon, ils sont très dangereux.

Vous êtes en Australie depuis un peu plus d’une semaine. Vous tarde-t-il de rentrer dans le vif du sujet avec ce premier test mercredi prochain ?

Nous sommes une grande majorité du groupe à ne jamais avoir joué en équipe de France, il nous tarde donc de jouer ce premier match. Ça fait un petit moment qu’on s’entraîne tous ensemble et je crois que tous les joueurs ont envie de montrer ce qu’ils valent.

Depuis votre arrivée en Australie, vous êtes en « quatorzaine ». N’est-ce pas un peu frustrant d’être à l’autre bout du monde sans pouvoir sortir de l’hôtel autrement que pour aller vous entraîner ?

Nous sommes quand même un bon paquet à venir pour la première fois en Australie, c’est donc un peu frustrant. On aimerait tous pouvoir voir Sydney d’un peu plus près, de voir des koalas (sourire). Mais on s’est adapté et surtout cette période est passée assez rapidement. Nos journées ont été bien remplies. Aujourd’hui, on approche de la fin de cette période, nous allons donc pouvoir en profiter assez rapidement.

Contenus sponsorisés