Icon Sport

XV de France - Picamoles : "Ne vous inquiétez pas, je vais bientôt laisser ma place aux plus jeunes"

Picamoles : "Ne vous inquiétez pas, je vais bientôt laisser ma place aux plus jeunes"

Le 28/01/2019 à 16:19Mis à jour Le 30/01/2019 à 08:29

XV DE FRANCE - Comme en novembre, Louis Picamoles devrait être le numéro 8 des Bleus durant le Tournoi des 6 Nations 2019. Pour le troisième ligne montpelliérain, ce statut retrouvé semble déranger les médias, contre qui il a exprimé ses griefs ce lundi à Marcoussis.

L’année 2018 fut particulièrement mouvementée et douloureuse pour Louis Picamoles. La désormais célèbre virée nocturne d’Édimbourg, le fort sentiment d’abandon des pontes de la FFR à son égard, qui en a suivi, des relations devenues glaciales avec Jacques Brunel avant un dégel et un mariage de raison pour la tournée de novembre, la défaite historique face aux Fidji (14-21)…De quoi laisser des traces profondes chez l’ancien Toulousain.

À quelques jours de débuter le Tournoi face au Pays de Galles, il a tenu à faire passer un message aux médias. Une question, toute simple, a allumé la mèche. Vous allez a priori enchaîner les titularisations comme en novembre, avez-vous le sentiment d’avoir convaincu Jacques Brunel et son staff ? Réponse du tac au tac de l’intéressé : "J’ai l’impression de les avoir plus convaincu eux que vous. C’est mieux dans ce sens-là et c’est déjà une bonne chose pour moi. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai aucun problème avec le staff. On a parlé, on s’est dit les choses et on est reparti sur quelque chose de plus positif".

" Vous faire ce plaisir-là "

Simple boutade ? Loin de là ! La rancœur est visiblement profonde et son agacement réel vis-à-vis du traitement médiatique de ses perfomances en équipe de France. Avec, en toile de fond, ce sentiment de déranger. En attend-on trop de Louis Picamoles ? : "Avec l’âge, je prends un peu de recul par rapport à cela. Il y a beaucoup de choses qui se disent mais ne vous inquiétez pas, je vais bientôt laisser ma place aux plus jeunes…".

Une dernière phrase à l’écho forcément particulier alors que Wesley Fofana, autre historique du XV de France, a annoncé la semaine dernière sa retraite internationale à l’issue du Mondial 2019 : "Je n’ai jamais caché mon objectif de jouer cette Coupe du monde au Japon, rappelle le capitaine du MHR, qui soufflera ses 33 bougies le 5 février. Effectivement, après, je pense qu’il sera tant de laisser la place aux plus jeunes, de vous faire ce plaisir là".

XV de France - Louis Picamoles avec le groupe Bleu

XV de France - Louis Picamoles avec le groupe BleuIcon Sport

Sous-entendu, ce clap de fin avec le XV de France serait vécu comme un soulagement par la presse, voire ses consultants, suiveurs attentifs des Bleus. "Assumez-le les gars, je lis ce que vous écrivez ! Il y a peut-être un manque de sincérité de votre part". Une sortie amère qui n’est pas sans rappeler celle de Wenceslas Lauret, qui avait clamé au cœur de la tournée de novembre vouloir "fermer la gueule des journalistes". Des ennemis déclarés qui, jusqu’à preuve du contraire, restent bien moins dangereux et malveillants que les adversaires de la France dans ce Tournoi des 6 Nations où elle se présente sans certitude.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0