Icon Sport

XV de France - Paul Willemse (Montpellier) : "Qu’on me laisse ma chance !"

Willemse : "Qu’on me laisse ma chance !"
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 14/10/2018 à 20:25Mis à jour Le 16/10/2018 à 11:37

XV DE FRANCE - Le géant sud-africain de 25 ans devrait être appelé par Jacques Brunel mercredi, pour disputer les tests de novembre. En exclusivité, il se confie.

Rugbyrama : Jacques Brunel pourrait vous appeler mercredi pour la première fois, en équipe de France. Avez-vous déjà eu le sélectionneur au téléphone ?

Paul Willemse : Non, je n’en ai pas entendu parler et je n’ai jamais eu le sélectionneur au téléphone.

Vraiment ?

P.W. : Non, promis ! Par contre, je sais qu’il discute avec Vern (Cotter) pour lui dire les choses que je dois faire un peu mieux, pour me donner de meilleures chances. Et Vern me parle de cela. C’est tout.

Avez-vous toujours la volonté de porter, un jour, le maillot bleu ?

P.W. : Comme je le répète depuis mon arrivée en France, c’est un grand rêve pour moi de découvrir « demain » le rugby international. Ma famille et moi sommes bien intégrés en France et nous voulons donc rester ici. La prochaine étape est de jouer pour l’équipe de France. J’espère… Je ne rêve même de rien d’autre puisque, pour la suite de ma carrière, je suis très bien à Montpellier.

Avez-vous fait la demande de passeport et toutes les démarches nécessaires pour obtenir la nationalité française ?

P.W. : J’ai passé mon entretien de naturalisation mardi dernier. J’ai lu toute la documentation et je n’attends aujourd’hui plus que le passeport. Je ne sais pas exactement combien de temps cela va prendre. Peut-être entre deux et trois mois… Cela fait maintenant presque quatre ans que je suis arrivé en France et j’ai donc pu faire la demande de passeport en tant que sportif professionnel après trois ans.

Votre probable convocation ne va pas aller sans polémique. En avez-vous conscience ?

P.W. : Je voudrais seulement qu’on me laisse ma chance ! Je ne suis pas parfait mais je me suis donné à 100 % pour m’intégrer. Je ne parle pas encore parfaitement votre langue mais j’essaye vraiment et je compte bien progresser. Devenir Français est une grande chose pour moi, pas seulement pour rejoindre la sélection.

Contenus sponsorisés