Icon Sport

Ô Monaco !

Ô Monaco !
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 19/07/2019 à 18:35

XV DE FRANCE - Débarqués en Principauté jeudi en fin d’après-midi, les Tricolores ont vécu une première journée d’entraînement ultra-copieuse physiquement, avant une séance rugbystique très allégée pour conclure la journée.

Débarqués la veille à l’hôtel Marriott’s du Cap d’Ail, à une portée de drop du stade Louis II, les Bleus n’ont pas vraiment eu le temps de goûter aux joies de la plage. Sur le pont dès le matin pour quatre (sic!) grosses séances de préparation physique, ces derniers ont à peine pu prendre le temps d’une sieste réparatrice avant de retourner sur le terrain (quadrillé par zones sur plusieurs parties du terrain, selon les desiderata de Fabien Galthié) en milieu d’après-midi, sous le regard du vice-président de la FFR Serge Simon, fraîchement débarqué.

Hormis Demba Bamba, toujours à l’écart des suites de son opération d’une hernie cervicale, seuls Doumayrou, Lambey, Chat, Setiano, Penaud et Falgoux (victimes de légers pépins physiques divers et variés) n’ont pas pris part à la séance rugby très light dirigée au sifflet par Fabien Galthié. Ces derniers se sont donc astreints à une petite séance de skills, sous la houlette de Laurent Labit, avant de poursuivre à un rythme individuel (Penaud s’improvisant même reporter photographe pendant un moment de repos) tandis que leurs partenaires révisaient, à quinze contre quinze (dont Camara et Huget, revenus de blessure), leurs repères défensifs et défensifs.

XV DE FRANCE - Fabien Galthié

XV DE FRANCE - Fabien GalthiéIcon Sport

Pas de course, seulement de la marche (au point que de nombreux joueurs n’ont même pas pris la peine d’ôter leurs montres et leurs chaînes), l’attention des entraîneurs (Jean-Baptiste Elissalde supervisant spécialement l’attaque et Jean-Marc Bédérède la défense) étant essentiellement portée sur la précision.

En particulier la circulation et l’organisation des deux blocs d’avant au milieu du terrain en attaque, ainsi que la justesse de la communication autour des rucks en défense. "L’idée d’une séance comme celle-ci, c’est de procéder à un travail purement analytique, qui est en rapport avec celle qu’on a effectuée à plus haut intensité le matin, expliquait le sélectionneur Jacques Brunel. Également de préparer au mieux celle du lendemain, en effectuant ce travail en amont qui permet de gagner un peu de temps." Un temps après lequel les Bleus courent plus que jamais, eux qui ne disposent plus que de sept journées pleines d’entraînement (3 à Monaco, 4 à Valence) avant d’attaquer les matchs amicaux...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0