Icon Sport

Les Bleus prêts pour le désordre

Les Bleus prêts pour le désordre

Le 03/03/2020 à 14:16Mis à jour Le 03/03/2020 à 16:16

XV DE FRANCE - Conscients que les Ecossais peuvent proposer à tout moment un jeu déstructuré, les joueurs du XV de France ont adapté leurs séances d’entraînement en conséquence pour échapper au désordre du BT Murrayfield.

Le terrain principal du CNR de Linas-Marcoussis a des allures de flipper. Sous la direction de Thibault Giroud, directeur de la performance, les Bleus giclent et rebondissent aux quatre coins des 22 mètres sans observer la moindre de seconde de repos. Si la séance à haute intensité initialement prévue ce mardi sera finalement au menu de la journée de mercredi, le "petit" atelier proposé par l’ancien préparateur physique du RCT et du BO, niveau rouge dans l’indice d’effort du staff, n’a pas épargné les organismes des dix joueurs sollicités.

Mais l’objectif est bien précis : préparer au mieux les coéquipiers de Charles Ollivon au désordre éreintant des Ecossais. "Ils ont démontré qu’ils pouvaient battre les meilleures équipes. Mais le vrai danger, c’est qu’ils peuvent à tout moment sortir du cadre. Ils peuvent nous surprendre sur un truc qu’on n’a prévu dans la semaine. C’est pour cela qu’on est très vigilant là-dessus, sur ce jeu déstructuré, imprévisible", souligne le troisième-ligne aile de Lyon Dylan Cretin (22 ans) qui a honoré sa première sélection face au pays de Galles.

" On produit beaucoup plus de courses, beaucoup plus de volume de jeu"

Après six semaines de rassemblement, les Bleus continuent donc de souffrir. "Tu m’étonnes", sourit Cretin. "Il y a beaucoup de courses, on a encore des oppositions à 100% dans la semaine. C’est hyper intense. Mais les résultats nous donnent raison. Sur les données analytiques, on voit qu’on produit beaucoup plus de courses, beaucoup plus de volume de jeu que ce soit devant ou derrière. Ça vaut le coup de suer un peu plus aux entraînements. Le week-end, on se sent mieux sur le terrain. On bouge mieux, on répète plus facilement les efforts. En tant que joueur, c’est agréable de pouvoir répéter les taches en fatigant un peu moins. Par contre, le soir, on est bien contents d’avoir des périodes de repos (sourire)."

Des débuts de match déterminants

Physiquement, les hommes de Fabien Galthié ont démontré qu’ils avaient un plus sur leurs adversaires dans ce Tournoi des Six Nations 2020. Et leur faculté a parfaitement entamé les rencontres constitue aujourd’hui une arme redoutable. "Les prépas font en sorte qu’on soit hyper prêts sur le début de match. On fait beaucoup d’éveil musculaire, neurologique aussi avec des petits trucs tout bêtes comme jongler avec des petites balles. L’idée, c’est de rester éveillé toute la journée. On sort plus tôt des vestiaires pour toucher deux, trois ballons. Ça permet de rentrer à l’échauffement à 100%. On est tous bien prêts dès le coup d’envoi", explique Cretin. Autant dire que les hommes de Gregor Townsend et leur fameux jeu imprévisible devront faire bien mieux que leurs trois petits essais inscrits depuis le début du Tournoi pour donner le tournis au XV de France.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés