Icon Sport

XV de France - Le mandat de Brunel, des chiffres alarmants…

Le mandat de Brunel, des chiffres alarmants…
Par Rugbyrama

Le 12/02/2019 à 18:00Mis à jour Le 13/02/2019 à 09:41

XV DE FRANCE - Jacques Brunel est sélectionneur du XV de France depuis janvier 2018. Avec 13 matches disputés à la tête des Bleus, le constat est sans appel : le XV de France est à la dérive (3 victoires pour 10 défaites).

Les chiffres clés du mandat Brunel :

23 % de victoire

En 13 matches sous l'ère Brunel, le XV de France ne s'est imposé seulement qu’à trois reprises (Italie, Angleterre, Argentine) pour 10 défaites. Soit 23% de victoire. Pire encore, sur les six matches disputés à l'extérieur (Écosse, Pays de Galles, Angleterre, Nouvelle-Zélande x3), le XV de France de Jacques Brunel ne compte aucune victoire.

Sur ses sept matches disputés sur le sol français, les Bleus se sont imposés à trois reprises contre l'Angleterre (stade de France), l'Italie (Orange Vélodrome de Marseille), et l'Argentine (stade Pierre Mauroy de Lille). Leurs seules victoires jusqu’à présent. Aussi, sur cinq matches disputés à Saint-Denis, les Bleus ne comptent qu'une victoire, contre l’Angleterre dans le Tournoi 2018 ( victoire 22-16), pour quatre défaites (Afrique du Sud, Fidji, Irlande, Pays de Galles). Des statistiques à faire tourner les têtes.

Score Moyen : 18 – 27 contre les Bleus

Avec 241 points marqués (22 essais marqués, soit 1,7 essai par match) et 352 encaissés (39 essais, soit 3 essais par match), le ratio points marqués/points encaissés des bleus est négatif (-111). Des chiffres qui confirment la faible ambition offensive affichée par les Bleus de Guilhem Guirado. Si l'on écarte la déroute de Twickenham (défaite 44-8) ce week-end et la tournée désastreuse en Nouvelle-Zélande (défaites 52-11, 26-13, puis 49-14), le XV de France a souvent échoué de peu. Des défaites d'une courte tête. A quelques détails près. Les statistiques sont donc moins catastrophiques que prévu. Autrement dit, le résultat moyen du XV de France est une défaite 18-27.

De plus, sur ses 13 matches disputés, les joueurs de Jacques Brunel ont également inscrit 30 pénalités et 3 drops.

Tournoi des 6 Nations 2019 - Jacques Brunel (France) contre l'Angleterre

Tournoi des 6 Nations 2019 - Jacques Brunel (France) contre l'AngleterreIcon Sport

60 joueurs utilisés

60. C'est le nombre de joueurs utilisés sous le mandat Brunel. Un chiffre qui souligne à lui seul les nombreux déboires du XV de France. Malgré quelques cadres installés dans le groupe (Poirot, Guirado, Vahaamahina...), le XV de France se cherche (encore) une équipe type à inscrire dans la durée. Entre les blessures, les choix tactiques, les méformes des uns et les contre-performances des autres, l’ossature des Bleus a du mal à se dessiner. A l'image des 11 joueurs utilisés pour former la charnière du XV de France, les Bleus se cherchent des leaders de jeu. Sur les six utilisées, seules les paires Serin-Lopez et Parra-Belleau ont été reconduites à trois reprises. Trop peu au niveau international pour créer des automatismes.

La liste des 60 joueurs utilisés depuis la prise de fonction de Jacques Brunel :

Piliers : Atonio, Gomes-Sa, Priso, Slimani, Poirot, Bamba, Aldegheri, Baille.

Talonneurs : Guirado, Chat, Marchand, Bourgarit, Pellisié.

Deuxièmes-lignes : Maestri, Vahaamahina, Lambey, Gabrillagues, Willemse, Taofifenua.

Troisèmes-lignes : Itturia, Lauret, Babillot, Le Roux, Galletier, Cancoriet, Lapandry, Sanconnie, Picamoles, Tauleigne, Camara, Alldritt, Gourdon.

Demis de mêlée : Parra, Dupont, Serin, Machenaud, Couilloud.

Demis d'ouverture : Lopez, Belleau, Trinh-Duc, Beauxis, Jalibert, Plisson.

Centres : Bastareaud, Doumeyrou, NTamack, Fickou, Fofana, Lamerat, Chavency.

Ailiers/Arrières : Médard, Huget, Bonneval, Ramos, Palis, Grosso, Thomas, Fall, Penaud, Vakatawa.

Coaching : le théorème du vide

Jacques Brunel a pour habitude de sortir une partie de sa première ligne (les deux piliers) entre la 48ème et la 60ème minute, à quelques exceptions près. Pour le reste, le sélectionneur n’adopte quasiment jamais la même formule. Logique au vu de l’évolution de chaque match. Reste que ses choix sont régulièrement critiqués. Réputé pour coacher tardivement, Jacques Brunel attend souvent l’heure de jeu pour procéder à des changements dans son équipe.

Paradoxalement, après avoir sorti peut-être (trop) prématurément ses leaders contre le Pays de Galles (Guirado, Picamoles, Parra), le staff de l’équipe de France a essuyé de nombreuses critiques. Les joueurs frappés du coq, complétement désorientés sur le terrain après la sortie de ses leaders, se sont liquéfiés. Pour le résultat que l’on connait : défaite 24-19.

Un coaching à intervalles irréguliers. Des choix en fonction de l'évolution du score, de l'état physique des joueurs et surtout en fonction de la stratégie à adopter. Hors, un coaching qui est loin d’être payant pour le moment.

Au final, jamais un sélectionneur n’avait affiché un bilan aussi décevant après 13 rencontres disputées. Le pire de l’histoire du XV de France jusqu’à présent.

Lény-Huayna Tible

Contenus sponsorisés
0
0