Midi Olympique

Galthié : "On ne s'interdit pas de surveiller des joueurs de Pro D2"

Galthié : "On ne s'interdit pas de surveiller des joueurs de Pro D2"
Par Rugbyrama

Le 05/08/2020 à 09:05

XV DE FRANCE - Présent à Colomiers ce mardi, pour diriger une séance d'entraînement aux côtés de Julien Sarraute, le sélectionnur en a profité pour évoquer son actualité.

Comment cette venue à Colomiers a-t-elle été organisée ?

J’échange régulièrement avec Julien Sarraute. Avec les autres membres du staff du XV de France, nous essayons de suivre et d’accompagner régulièrement les clubs dans l’entraînement. Concernant Colomiers, je n’y suis pas beaucoup revenu et c’est la première fois que je reviens vraiment pour entraîner. C’est un réel plaisir, ça me fait quelque chose.

On vous imagine plutôt auprès de clubs de Top 14. Gardez-vous tout de même un œil sur ce qui se passe en Pro D2 ?

Ça reste l’antichambre de l’élite et on ne s’interdit pas de surveiller des joueurs de Pro D2. À Colomiers, Julien m’a parlé de deux-trois joueurs sur lesquels nous allons garder un œil. Prenez les exemples d’Anthony Bouthier (28 ans, 4 sélections) qui débarquait tout juste de Vannes ou Mohamed Haouas (26 ans, 4 sélections) qui avait une petite expérience de l’élite, ils ont parfaitement réussi à s’adapter au niveau international.

Repérer des joueurs, échanger avec les staffs : ces tournées sont aussi l’occasion de voir comment les clubs gèrent cette interminable intersaison ?

Premièrement, nous avons eu beaucoup de travail avec le staff afin de débriefer (le Tournoi) et de se projeter sur la suite. Puis, cette période a été propice à l’introspection et la réflexion. En ce qui concerne nos échanges avec les joueurs et les staffs des équipes de Top 14, nous nous proposons et ce sont les clubs qui disposent. On ne donne pas de conseils, nous sommes là pour partager et être transparents, tout simplement.

Ne craignez-vous pas que cet arrêt brutal ait brisé l'élan du XV de France ?

Non, notre feuille de route est différente de celle des clubs. Nous avons environ 36 matchs à jouer répartis sur 4 ans. Certes, il y a eu des modifications avec l’annulation de plusieurs test-matchs mais on va rester souples. S’adapter est la première contrainte du niveau international. C’est un chaos permanent et nous nous efforçons de suivre notre projet, qui est d’accompagner ce groupe de joueurs qui ont à peu près 24 ans et 8 sélections pour les emmener à 28 ans et 40 sélections.

En parlant de chaos, l’organisation du futur calendrier international tend les relations entre les clubs et l’équipe de France...

Il n’y a pas de polémique ou de problème, tout ça c’est de la communication. On a toujours été transparents sur nos méthodes de travail, notre projet et nos convictions. On ne va pas tout remettre en question et on est prêt à s’adapter. Une fois de plus, le niveau international, c’est s’adapter au chaos. S’il faut le faire, on le fera.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés