Icon Sport

XV de France - Gaël Fickou : "On te jette en l'air pour mieux te couper la tête"

Fickou : "On te jette en l'air pour mieux te couper la tête"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 28/01/2019 à 18:12Mis à jour Le 30/01/2019 à 08:29

XV DE FRANCE - Qui d'autres que Gaël Fickou est mieux placé pour évoquer l'ascension de Romain Ntamack ? Le trois-quarts centre du Stade français (41 sélections) a lui aussi été un international précoce. La gloire, les promesses, les coup de moins bien, il sait de quoi il parle. Alors, on l'écoute...

Pour sa première sélection en équipe de France en 2013 face à l'Ecosse, Gaël Fickou n'avait pas encore 20 ans. On lui promettait alors la gloire. À l'époque, on l'annonçait comme la future star du rugby français, le petit prince de l'attaque. La comparaison avec Philippe Sella était récurrente. La précocité, il sait donc ce que cela signifie. Depuis, il a connu des hauts et des bas. Il le reconnaît, sans faux-semblant. Avec beaucoup d'honnêteté. On lui a reproché dans un passé pas si lointain d'être un peu trop dilettante, pas assez professionnel. En août dernier, il déclarait dans les colonnes de Midi Olympique : "Je me suis parfois reposé sur mes lauriers (...) je suis resté sur mes acquis. C'est, à mon sens, une erreur de jeunesse" Et de livrer la raison de cette carence : "Parce qu'à vingt ou vingt-deux ans, c'est plus facile de rester au lit, de regarder une série à la télé ou de sortir avec des copains que d'aller faire une séance de physique sur un jour de repos".

Test Match - Yoann Huget et Benjamin Fall félicitant le travail énorme de Gaël Fickou sur l'essai de Teddy Thomas (France) contre l'Argentine

Test Match - Yoann Huget et Benjamin Fall félicitant le travail énorme de Gaël Fickou sur l'essai de Teddy Thomas (France) contre l'ArgentineMidi Olympique

Bref, il est aujourd'hui probablement le mieux placé pour évoquer l'éclosion de Romain Ntamack, celui a qui l'on promet la gloire et les traces de son paternel. Son ancien partenaire au Stade toulousain, Fickou le connaît bien. "Je sais de quoi il est capable, assure-t-il d'emblée. Il a énormément de qualités et de talent, il a un jeu qui brille, il s’appelle Ntamack… Je pense vraiment qu’on ne sera pas déçu. Il a la tête sur les épaules." Toutefois, il n'hésite pas à mettre en garde. "Il ne faut pas trop le monter, supplie-t-il. Si demain il est moyen, vous direz qu'il n’était pas prêt. Je la connais la chanson (sourire). C’est la spéciale. On te jette en l’air pour mieux te couper la tête quand tu redescends. Il ne faut donc pas trop parler de lui. Pas lui mettre trop de pression sinon il va déjouer. Et s’il se loupe… "

Mais celui qui a réalisé une première partie de saison exceptionnelle avec le Stade français demeure lucide. Le grand barnum médiatique, il le connaît et l'appréhende parfaitement. "C’est le jeu mais bon... Et puis, ce n’est pas parce que tu es bon en club, que tu as fait tes preuves en coupe d’Europe que... Là c’est vraiment le niveau du dessus. Il va tomber sur des murs et des murs. Il faut le protéger, ne pas trop lui mettre la pression." Et Gaël Fickou, tel un grand frère, de conclure : "Laissez-le faire ses preuves".

Contenus sponsorisés