Icon Sport

Cros, sur sa lancée

Cros, sur sa lancée
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 21/10/2020 à 14:59Mis à jour Le 21/10/2020 à 15:00

XV DE FRANCE - Fabien Galthié, le sélectionneur national, a fait de François Cros un indéboulonnable du système tricolore. Avant d'affronter le pays de Galles, le flanker toulousain expose les objectifs des Bleus, pour la fenêtre automnale.

Pour avoir démarré les quatre premiers matchs de l'ère Galthié, François Cros fait désormais partie des cadres de cette jeune équipe de France. Coureur, plaqueur, bon dans les airs et précieux dans le jeu au sol, le Toulousain devrait composer samedi soir la troisième-ligne tricolore aux côtés de Grégory Alldritt et Charles Ollivon, face au pays de Galles. Le XV du Poireau ? C'est une équipe qu'il connaît bien pour l'avoir battue lors du dernier Tournoi des 6 Nations, à Cardiff (27-23). Il se souvient : "Ce sont des moments marquants dans une carrière. Jouer dans ce stade (le Principality Stadium de Cardiff), beaucoup de joueurs en rêvent. Mais y gagner, ça décuple l'émotion. Cette victoire au pays de Galles m'a incontestablement aidé à grandir".

François Cros, qui disputera les trois premiers matchs de la fenêtre automnale (Galles, Irlande et Fidji), a comme tous ses coéquipiers du XV de France été pris en otage par la guerre que se sont dernièrement livrés la fédération et les clubs, au sujet de la libération des Tricolores. Il poursuit : "Nous, joueurs, avons simplement essayé de mettre tout ça de côté. On ne voulait pas se disperser : nous avons en effet des objectifs très élevés pour cette fenêtre automnale et nous n'oublions pas que le match face à l'Irlande (la semaine prochaine au Stade de France, N.D.L.R.) peut encore nous permettre de gagner le Tournoi des 6 Nations". Pour rappel, le dernier round de la compétition avait été annulé en raison de la crise sanitaire, l'hiver dernier.

"Retrouver au plus vite des automatismes"

Regroupés au CNR de Marcoussis depuis lundi matin, les trente-et-un joueurs convoqués par Fabien Galthié ont conscience d'avoir du pain sur la planche avant d'affronter l'une des meilleures équipes de la planète, demi-finaliste du dernier Mondial japonais. "Il y a sept mois que nous ne nous sommes pas retrouvés, poursuit le flanker toulousain. Même si les plans de jeu n'ont pas trop changé, il va donc nous falloir travailler dur pour retrouver les automatismes du dernier Tournoi." Quid du huis-clos, enfin ? Cette configuration change-t-elle quelque chose à son approche du match ? "J'ai joué la dernière demi-finale de Champions Cup (face aux Anglais d'Exeter, N.DL.R.) dans un stade à huis-clos. Au demeurant, cela ne change pas grand chose mais c'est juste rageant pour nos supporters, nos familles et nos proches, qui aiment partager ces grands moments avec nous". Comment lui donner tort...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés